Présidentielle 2017: la Super-Bowl (puantes) commence vraiment

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 3402 fois

Qu’y a-t-il de commun entre le football américain et l’élection présidentielle française? La Super-Bowl (puantes) bien sûr, un concentré de haine et de trahisons en tous genres, qui transforme le débat démocratique en pugilat quotidien. Avec la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, la Coupe 2017 devrait être un grand cru.

Les boules puantes que Hamon devra surmonter

Pendant plusieurs années, Hamon a joué la mouche du coche dans les pattes de la majorité présidentielle, empoisonnant singulièrement la vie du Président sortant. Il serait bien naïf de croire qu’un Hollande qui n’a plus rien à perdre (et qui souhaite probablement une malédiction pour cinq générations à tous ceux qui lui ont donné des coups de poignard dans le dos) en restera là. On peut même imaginer qu’il réserve quelques chiens à la chienne de Hamon.

Pêle-mêle, on citera les désertions organisées en faveur de Macron, mais aussi les révélations qui ne devraient pas tarder sur les amours clandestines de Benoît Hamon avec le grand capital (par sa femme interposée). Et quelques esprits malicieux iront aussi chercher, cela ne fait aucun doute, sur le sens très variable de la laïcité qui caractérise le personnage et son entourage.

Les boules puantes que Hamon lancera

Mais le candidat Hamon ne sera pas en reste de boules puantes. Dans sa besace, on devrait en trouver quelques-unes qui réjouiront ses adversaires politiques.

Quelques-unes d’entre elles viseront Mélenchon. On se souvient que l’appareil politique du parti communiste a voté contre un ralliement au Chavez de Saint-Germain-des-Prés. Le Parti Socialiste dispose en effet de la faculté destructrice de présenter des candidats dangereux partout où les communistes sont présents. Voilà qui fait réfléchir. Hamon ne devrait pas manquer d’agiter ce foulard pour fragiliser son adversaire de gauche (les Italiens diraient même son sinistre adversaire).

Ce qu’on ignore, ce sont les boules puantes dont Hamon dispose sur Macron. Il n’est pas du tout impossible qu’il en existe, surtout que les deux hommes ont fréquenté Bercy, même si cette fréquentation fut différée. Rappelons que le prédécesseur de Macron, Montebourg, soutient Hamon. Le monde politique est décidément petit.

Les boules puantes de Fillon ne sont pas finies

François Fillon a eu le privilège de bénéficier de quelques primeurs dans la récolte des boules puantes. Les affaires de Pénélope sont désormais bien connues.

Pour l’instant, le candidat des Républicains est parvenu à gérer l’hémorragie qui guette au vu de l’ampleur prise par les événements. La question sera de savoir dans quelle mesure il pourra tenir dans la durée. L’épreuve qui s’annonce promet en effet d’être rude. Les rumeurs de nouvelles révélations dans le prochain Canard Enchaîné emplissent tout Paris, et, selon la plus grande des vraisemblances, Fillon ne manque pas d’ennemis pour déterrer des cadavres au demeurant de petite taille, mais instrumentalisés sans vergogne.

Des boules puantes au Front National aussi

Dans l’affaire des assistants fictifs au Parlement Européen, le Front National prend aussi sa part de boules puantes. Alors qu’une information judiciaire devrait être ouverte sur ce dossier, le secrétariat général du Parlement lui demande de rembourser sans délai une somme de 340.000 euros.

Là aussi, on peut imaginer que ce n’est qu’un début…

Macron devrait prochainement concentrer les tirs

Reste, bien entendu, la fête à Macron qui devrait commencer bientôt, sur des thèmes déjà connus. Entre ses conflits d’intérêt et le financement opaque de sa campagne, on peut imaginer que les tentations sont grandes pour déterrer quelques dossiers bien pourris et fétides. On guettera attentivement la une des journaux dans les prochaines semaines pour savoir quels cadavres sont lâchés en pâture.

Toutefois, le bon sens voudrait que le candidat socialiste prenne le temps de s’installer et de trouver le la avant de pilonner Macron.

La République du Super-Bowl

Cette campagne fraîche et bien odorante devrait donc divertir les amateurs de choux gras. Le spectacle servira-t-il la cause de la République? Pas sûr, pas sûr.

print

2 commentaires sur Présidentielle 2017: la Super-Bowl (puantes) commence vraiment

  1. non seulement pas de boules puantes avérées sur Macron mais en plus avec l’avènement de Hamon a gauche du PS c’est une autoroute qui s’ouvre devant le petit préfèré de Hollande… y aura t’il effectivement, même sans programme bien défini (sic!), une bataille de casseroles et autres boules puantes sur le préfère des médias… ?
    l’intérêt pour le débat politique n’est pas en odeur de sainteté dans ces échanges boulesques, mais il est censé avoir eu lieu pendant les primaires , ainsi on se reporte un peu sur le jeu américain pour décortiquer le parcours personnel et l’honnêteté intellectuelle d’un candidat a la Présidence

  2. Au vu de l’actuelle contiuation du démentellement de nos pouvoirs décisionnels nationaux,
    deux considérations guident mes choix :
    – La recherche d’un candidat non médiatisé par la “grande” presse, donc qui dérange.
    – Le fait que les traités européens contingentent TOUS les aspects de nos lois fait que les candidats voulant rester dans l’U.E. l’Euro et l’otan auront les mains liées et ne pourront que continuer à appliquer ces règles.
    Ceux qui prétendent les modifier pour une “autre europe” savent qu’ils ne sont modifiables qu’à l’unanimité des 27 pays, donc il ne faut pas y compter vu les divergences d’intérêt.
    Nous n’avons plus qu’internet pour nous faire une idée et découvrir ce qui pourrait être censuré.
    J’ai découvert une personne dont les analyses m’ont impressionné,
    apparemment le seul qui gère son mouvement différemment des autres, avec conscience et honnêteté.
    S’il a ses 500 signatures, (ce qui est devenu extrêmement difficile pour un petit parti),
    Mr François Asselineau pourrait en surprendre plus d’un et redonner espoir à beaucoup d’autres.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La France, ce bathyscaphe dernier cri qui descend toujours plus bas - Jusqu'ici, tout va bien...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Hollande: “Nous sommes Européens pour être plus prospères”

Temps de lecture : 4 minutesFrançois Hollande a prononcé un discours sur les Européens, aux côtés d'Angela Merkel. Mesdames, messieurs,...

Fermer