Travail détaché : la pression monte au Parlement européen

La révision de la directive européenne des travailleurs détachés doit être votée ce mois-ci. Il reste une semaine avant le jour J, de quoi faire monter la pression au Parlement européen.

Le 16 octobre prochain, la commission parlementaire Emploi et Affaires à Bruxelles , votera le projet de révision de la directive des travailleurs détachés. Puis le Conseil européen s’exprimera le 23 octobre 2017. Après une tournée d’Emmanuel Macron fin août pour tenter de convaincre ses homologues européens, l’échéance du vote est proche. La députée européenne et co-rapporteur du Parlement Elisabeth Morin-Chartier (LR) a exprimé ses priorités sur cette directive.

Cinq points essentiels pour le travail détaché

Isabelle Morin-Chartier s’est arrêtée sur cinq points qu’elle considère comme fondamentaux dans la révision :

La définition de notion de rémunération 

Nous soutenons la proposition de la Commission européenne de remplacer le terme de taux de salaire minimum par le concept de rémunération qui comprend plus d’éléments.

Le détachement de longue durée :

Nous soutenons la volonté de la Commission européenne de faire en sorte qu’après 24 mois, les règles applicables aux travailleurs détachés soient entièrement celles du pays d’accueil.

Les conventions collectives applicables aux travailleurs détachés 

Nous avons ajouté un paragraphe à la Directive qui laisse option aux Etats membres de faire appliquer leurs accords collectifs régionaux et sectoriels aux travailleurs détachés

Le détachement par le biais d’une agence d’intérim

Nous proposons que si une agence d’intérim d’un pays A, détache un travailleur dans une entreprise utilisatrice dans un pays B, et que cette dernière souhaite détacher de nouveau ce travailleur dans un pays C, alors c’est l’ensemble des règles du pays C qui devront s’appliquer au travailleur

Et enfin la notion de transparence 

Le bon fonctionnement du système réside dans la capacité des Etats membres à afficher de manière transparente sur un site national unique les droits du pays d’accueil.

La pression monte au Parlement européen

Au cours d’un point presse, la co-rapporteur du Parlement a rapporté la pression qui pèse dans l’Hémicycle, tout en affichant sa satisfaction quant à l’élaboration de la directive sur les travailleurs détachés, rappelant qu’en 1996, 15 Etats membres de l’Europe de l’Ouest avaient participé à la rédaction de la directive, contre 28 aujourd’hui. Les jours à venir vont être décisifs pour le vote, Elisabeth Morin-Chartier est consciente de la nécessité de construire une majorité au sein d’un Hémicycle très divisé

« Cette petite musique impossible pourrait être une mission possible »

« Il y a dix-huit mois, cette directive c’était carton jaune devant la Commission européenne : purement et simplement, refus d’ouverture de la révision ! Jean-Claude Juncker l’a repoussée. J’ai tout fait, pour rapprocher les pays européens, construire un consensus et soigner les plaies du carton jaune. »

Isabelle Morin-Chartier

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’aide aux mineurs isolés étrangers fait exploser les dépenses des départements urbanisés

Le Val-de-Marne est étouffé par l'augmentation constante de ses dépenses de fonctionnement. C'est ce que met en évidence le rapport...

Fermer