Profits du CAC 40: les grandes entreprises françaises devraient-elles plutôt perdre de l’argent?

Les profits du CAC 40 reviennent au-devant de la scène avec des résultats présentés injustement comme records. Les 92 milliards € que les géants français ont gagné en 2017 sont présentés comme une honte et un quasi-affront pour l’opinion publique. Mais les Français préfèreraient-ils que leurs champions économiques perdent de l’argent et licencient à tour de bras?

Les profits du CAC 40 devraient nourrir encore cette année le fantasme selon lequel il existe des cagnottes cachées dans l’économie française. Publiés dans la foulée des annonces sur les milliards de Bernard Arnault, ces chiffre agissent comme des mantras répétés jour après jour. Ils s’infiltrent dans les esprits et influencent en profondeur notre perception de la réalité. 

Non, les profits du CAC 40 ne sont pas « records »

Quand on étudie les chiffres, on regrette bien entendu cette nouvelle simplification médiatique qui rappelle, si on en doutait encore, que les medias subventionnés sont bien les champions de la fake news.

En effet, avec 92 milliards € de bénéfices, les entreprises du CAC 40 n’ont pas encore atteint les chiffres… des années 2005 et 2006, où elles avaient flirté avec les 100 milliards €. Une présentation honnête de la réalité devraient donc plutôt regretter que les entreprises du CAC 40 n’aient pas encore retrouvé leurs niveaux de profit de l’avant-crise de 2008.

En réalité, les profits du CAC 40 ne sont pas assez élevés, et il est bien dommage que les médias officiels ne le soulignent pas. 

Des profits de plus en plus difficiles à dégager

Ces chiffres ternes surviennent dans un contexte de plus en plus rude. Pour dégager ces « profits records », les entreprises du CAC 40 doivent cumuler plus de 1.200 milliards de chiffre d’affaires, soit l’équivalent de 60% du PIB français. C’est environ 300 milliards de chiffre d’affaires de plus qu’en 2005 et 2006. 

Ce petit rappel montre comment le taux de marge et de profitabilité des grandes entreprises s’est effondré en une dizaine d’années. Loin d’être une performance, les profits du CAC 40 témoignent donc de l’étendue des dégâts causés par la crise de 2008 en France. 

La France perdue dans les chiffres

Autre facteur d’inquiétude: la France constitue une part de moins en moins importante du chiffre d’affaires des entreprises du CAC 40. On en serait à 25% en 2017 contre plus de 35% il y a dix ans. L’Europe elle-même est en déclin dans les activités de nos groupes. Elle représenterait la moitié seulement du chiffre d’affaires.

Les profits du CAC 40 sont donc une sorte de rapatriement des activités menées ailleurs, notamment en Asie et en Amérique. Si l’on se souvient de l’état pitoyable de notre balance commerciale, il devient urgent de trouver ces profits trop peu élevés. 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Loi PACTE : favoriser les entrepreneurs politiques, pour le meilleur et pour le pire

Cet article a été publié initialement sur le site The Conversation. La mission Notat-Senard sur la réforme de l’objet social...

Fermer