La protection sociale coûte 5 points de PIB de plus en France qu’en Europe

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 13587 fois

Eurostat vient de publier les chiffres de la protection sociale en Europe, en distinguant les sommes consacrées à la protection sociale proprement dite, et les sommes consacrées à la santé. Pour obtenir les chiffres totaux de la protection sociale, il faut en réalité additionner les deux sommes. Le résultat montre que la somme consacre cinq points de PIB de plus que ses voisins à la protection sociale.

Les dépenses publiques de protection sociale ont représenté près d’un cinquième du PIB

Soit environ 40% des dépenses totales des administrations publiques

Parmi les fonctions principales des dépenses des administrations publiques dans l’Union européenne (UE), la fonction «protection sociale» a été de loin la plus importante en 2015, représentant l’équivalent de 19,2% du PIB. Venaient ensuite, par ordre d’importance, les fonctions «santé» (7,2%), «services généraux des administrations publiques» tels que les affaires étrangères et les opérations concernant la dette publique (6,2%), «enseignement» (4,9%) et «affaires économiques» (4,3%). Les fonctions «ordre et sécurité publics» (1,8%), «défense» (1,4%), «loisirs, culture et culte» (1,0%), «protection de l’environnement» (0,8%) ainsi que «logements et équipements collectifs» (0,6%) ont eu un poids moins important. Ces données à l’échelle de l’UE masquent toutefois des différences considérables entre États membres s’agissant de la part du PIB consacrée à chaque fonction de dépenses des administrations publiques.

Ces informations sur les dépenses totales des administrations publiques par fonction proviennent d’une publication en ligne d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Part des dépenses de protection sociale liées à la «vieillesse» la plus élevée en Grèce, la plus faible en Irlande

La protection sociale a constitué le plus important domaine de dépenses des administrations publiques en 2015 dans tous les États membres de l’UE. Le ratio des dépenses des administrations publiques en matière de protection sociale a varié d’un État membre de l’UE à l’autre, s’échelonnant de moins de 10% du PIB en Irlande (9,6%) à plus du quart du PIB en Finlande (25,6%). Huit États membres – la Finlande, la France, le Danemark, l’Autriche, l’Italie, la Suède, la Grèce et la Belgique – ont consacré l’équivalent d’au moins 20% de leur PIB à la protection sociale, tandis que l’Irlande, les trois États membres baltes, la Roumanie, Chypre, Malte et la République tchèque ont chacun dépensé moins de 13% de leur PIB dans ce domaine.

Les dépenses de protection sociale peuvent être subdivisées en plusieurs groupes détaillés. Dans chacun des États membres, c’est au groupe «vieillesse», qui comprend les retraites, qu’a été affectée la plus grande partie des dépenses de protection sociale. En 2015, les dépenses des administrations publiques liées au groupe «vieillesse», en pourcentage du PIB, ont été les plus élevées en Grèce (15,7%), suivie par l’Italie (13,8%), la France (13,6%), la Finlande (13,4%) et l’Autriche (13,1%). En revanche, l’Irlande (2,4%), Chypre et la Lituanie (5,8% chacun) ont enregistré les plus faibles pourcentages. Les dépenses des administrations publiques liées au groupe «vieillesse» ont représenté 10,3% du PIB dans l’UE.

Les dépenses des administrations publiques consacrées à l’enseignement et à la santé ont varié sensiblement d’un État membre à l’autre

Avec des pourcentages d’au moins 8% du PIB en 2015, le Danemark (8,6%), la France (8,2%), les Pays-Bas ainsi que l’Autriche (8,0% chacun) ont enregistré les dépenses les plus élevées, en pourcentage du PIB, consacrées à la santé parmi les États membres. En 2015, les dépenses des administrations publiques les plus élevées, en pourcentage du PIB, liées aux services généraux des administrations publiques ont été observées à Chypre (10,2%) et en Grèce (9,9%). Le Danemark (7,0% du PIB), la Suède (6,5%) et la Belgique (6,4%) ont affiché les parts les plus élevées des dépenses des administrations publiques consacrées à l’éducation.

Pour les dépenses liées aux affaires économiques, les parts les plus élevées en 2015 ont été relevées en Grèce (8,9% du PIB) et en Hongrie (8,6%). En 2015, plus de 2% du PIB ont été consacrés à la «défense» en Grèce (2,7%) ainsi qu’au Royaume-Uni (2,1%).

Les dépenses des administrations publiques les plus élevées, en pourcentage du PIB, en matière d’«ordre et sécurité publics» ont été observées en Bulgarie (2,8%), en matière de «protection de l’environnement» à Malte (2,0%), en matière de «logements et équipements collectifs» en Bulgarie (2,1%) et en matière de «loisirs, culture et culte» en Hongrie (2,1%) et en Estonie (2,0%).

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La France a deux fois plus de managers femmes que l’Allemagne

Eurostat a publié une intéressante statistique sur les managers femmes. Sa lecture est riche d'enseignements. Seulement 1 manager sur 3...

Fermer