Protection sociale : le système de santé français n’est pas le plus cher d’Europe

Cet article a été lu 1478 fois

Vendredi 8 décembre, l’agence Eurostat publiait son rapport sur la protection sociale en Europe. Les pays européens consacrent près d’un tiers de leur PIB à la protection sociale. On apprend aussi que la protection sociale française est la plus chère d’Europe.

Le 30 novembre, nous vous parlions déjà du rapport de l’OIT qui mettait en lumière le coût des régimes de protection sociale dans le monde en excluant les dépenses de santé. Mais cette fois, l’agence Eurostat prend en compte ces catégories lors de son étude transnationale. Et le système de santé français n’est pas le plus cher d’Europe. 

34% du PIB français est consacré à la protection sociale

Coup de pied dans la fourmilière, le système de santé français ne serait donc pas « trop cher ». Ainsi, Eurostat met en lumière le fait que les dépenses de protection sociale ont augmentées depuis 2010, passant de 28,6% à 29% en 2015. 

En tête de gondole, on retrouve la France qui consacre 34% de son PIB dans les dépenses de protection sociale, suivi du Danemark et de la Finlande (32% chacun). 

Evidemment, de nombreuses disparités apparaissent. Ainsi, les pays comme la Roumanie ou la Lettonie ne consacrent que 15% de leur PIB à ce type de dépenses. Concrètement, il n’y a que 9 pays qui dépassent les 29% d’investissements. 

Des dépenses variables suivant les secteurs

La partie la plus intéressante du document se trouve dans le tableau comparatif final. N’en déplaisent aux bien-pensants, le système de santé français n’est peut-être pas si cher que cela, et surtout pas « trop » cher. Dans ce dernier, on apprend par exemple que les prestations liées à la maladie, aux soins de santé et d’invalidité ne représentent « que » 34,9% de la somme totale de la protection sociale. Loin derrière les 45,7% de la Croatie ou les 42,9% de l’Allemagne. 

Avec ce tableau, on se rend compte que les chiffres français que l’on étudie sur les prestations liées à la famille et l’enfance, au chômage ou au logement et l’exclusion sociale, ce ne sont jamais les plus hauts d’Europe. En clair, la France n’est jamais dans le trio de tête de plus hautes dépenses. Et c’est même un certain équilibre qui semble se dessiner puisque la somme rognée sur les soins de santé et vieillesse est reversée dans d’autres catégories. 

Alors oui des disparités assez conséquentes existent toujours. Mais force est de constater que la France possède des indicateurs toujours présents dans la moyenne haute européenne. 

D’après l’INSEE, le PIB brut en 2015 est de 2 181,1 milliards d’euros en 2015. 

Du coup, ce sont 741,6 milliards d’euros qui ont été consacrés à la protection sociale la même année. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Guerre des transports : le Gouvernement condamne Uber

Encore une fois, le Gouvernement plie face aux lobbys, ignorant les requêtes des consommateurs en bout de chaîne, et tuant...

Fermer