Prudent, le gouvernement retarde la disparition des mutuelles étudiantes

Les mutuelles étudiantes ne devraient pas disparaître en 2018. Le gouvernement vient d'annoncer une concertation sur un sujet sensible, mais dont l'absurdité économique est bien connue. 

De longue date, et au moins depuis le rapport de la Cour des Comptes sur les mutuelles étudiantes, on sait l'inconvénient économique à maintenir en vie un régime social spécifique pour une catégorie de la population qui "sous-consomme" les soins. Alors que les étudiants constituent un "bon risque", certaines mutuelles comme l'ex-MNEF devenue LMDE sont parvenues à accumuler les problèmes de gestion et de trésorerie, jusqu'à flirter avec la faillite. 

Alors que le gouvernement annonce l'adossement du RSI au régime général, il hésite toutefois à appliquer le même traitement au régime étudiant. Contre tout bon sens économique, l'information circule donc selon laquelle une concertation serait ouverte sur l'avenir du régime étudiant. Celui-ci ne sera, dans tous les cas, pas réglé par le PLFSS 2018.

Deux poids deux mesures.

Si cette différence de traitement est une absurdité économique, elle a en revanche un sens politique. Pour les mouvements étudiants, les mutuelles sont en effet un moyen commode de se financer, ne serait-ce que par la distribution de poste d'administrateurs rémunérés. Compte tenu du climat social ambiant et des gués difficiles à passer pour le gouvernement, notamment sur les ordonnances, ce n'est évidemment pas le moment de se fâcher avec les syndicats étudiants. 

Le gouvernement va "ouvrir des discussions pour une réforme" du régime de sécurité sociale spécifique aux étudiants, a expliqué à l'AFP Benjamin Chkroun, le délégué général du réseau de mutuelles étudiantes régionales EmeVia, sans pouvoir préciser le calendrier de cette réforme ni son "périmètre", à l'issue d'un rendez-vous à Matignon.

"On a eu confirmation" qu'elle ne serait pas inscrite "dans le PLFSS (projet de loi de financement de la sécurité sociale)" 2018, a-t-il ajouté, contrairement à ce qu'avait laissé penser la feuille de route de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, adressée au début de l'été au Premier ministre Edouard Philippe.

Le lancement de "concertations" sur "ce sujet fondamental" a également été promis à l'Unef, syndicat étudiant "opposé à la suppression du régime" étudiant, selon sa présidente Lilâ Le Bas.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le vrai faux plan d’investissement du gouvernement

Le Premier Ministre a reçu aujourd'hui le rapport Pisani-Ferry, qui propose un investissement de 57 milliards € durant le quinquennat sans...

Fermer