Quelques nouvelles du referendum-plébiscite hongrois

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 1076 fois

Cet article est initialement paru sur le site Hu-lala.org.

Le plébiscite tant espéré par le gouvernement chrétien-conservateur (Fidesz-KDNP) s’est transformé en déroute. Selon les résultats quasi-définitifs de la Commission électorale (Nemzeti Választási Iroda), le référendum portant sur les quotas de migrants établis par l’Union européenne a été invalidé, faute de participation suffisante.

Pour être valide, le scrutin devait atteindre un quorum de 50% de suffrages exprimés. On en est très loin. La participation s’établit à 43,3 %, et 6,2 % des bulletins sont nuls. La stratégie des différents partis de gauche appelant au boycott a donc fonctionné. Quant au grand nombre de bulletins invalides glissés dans les urnes, il faut sans doute y voir un succès de la campagne très active menée par le parti satirique du chien à deux queues (MKKP).

Parmi les bulletins exprimés, 90,89 % sont en faveur du gouvernement (Non), pour seulement 2,88 % de Oui. En chiffres  absolus, 3,3 millions d’électeurs ont apporté leur soutien au gouvernement. Premiers à s’exprimer, Zsolt Semjén (KDNP) et Gergely Gulyás (Fidesz) ont tenu une conférence de presse au cours de laquelle ils ont feint d’y voir une «victoire qui balaie tout sur son passage».

L’opposition appelle à la démission

Du côté de l’opposition, le Jobbik a déploré la dramatisation des enjeux par le Fidesz, le parti gouvernemental, regrettant que les «Hongrois boivent la soupe de son arrogance». À gauche, l’ancien premier ministre socialiste, actuel président de la Coalition démocratique (DK) Ferenc Gyurcsány a déclaré : «Plusieurs millions de gens se sont opposés à la campagne de la peur et ont dit “non” à Orbán» et appelé la gauche à trouver les voies de l’alternative après cette «victoire». Le Jobbik et DK ont appelé Viktor Orbán à démissionner.

Le président du parti socialiste (MSzP), Gyula Molnár, a quant à lui ironisé sur «une étude d’opinion particulièrement salée à propos du référendum». Le gouvernement – qui a initié ce référendum – aurait dépensé 50 millions d’euros pour sa campagne, selon le site d’investigation Átlátszó (Transparence).

Qui vote quoi ? Les consignes de vote des partis politiques hongrois. (c) Hulala
Qui vote quoi ? Les consignes de vote des partis politiques hongrois. (c) Hulala

Un test politique raté pour Viktor Orbán

«Voulez-vous que l’UE décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l’approbation du Parlement hongrois ?». La question référendaire a été soumise à la Commission électorale (Nemzeti Választási Iroda) le 24 février 2016, par le gouvernement chrétien-conservateur de Viktor Orbán. L’initiative a été approuvée par le parlement avec les votes de la coalition du Fidesz et du parti chrétien-démocrate KDNP ainsi qu’avec les votes de l’extrême-droite (Jobbik).

8 272 625 Hongrois sont inscrits pour participer au scrutin, dont 274 627 établis hors du pays, notamment dans les pays limitrophes. Pour que le scrutin soit validé, le nombre de votes exprimés devait être supérieur à la moitié des inscrits, soit 4 136 313.

Viktor Orbán cherche à tout prix à transformer cette défaite en victoire, rappelant à qui veut l’entendre que près de 90% des suffrages exprimés l’ont été en faveur du «non». Si la Commission européenne a rappelé cette semaine que ce référendum n’aurait eu aucun impact juridique sur les engagements adoptés, le Premier ministre hongrois a de nouveau déclaré dimanche soir que l’«UE ne pourra pas imposer sa volonté à la Hongrie». Champion d’une nouvelle droite européenne en gestation, l’invalidation du référendum prive néanmoins le maître de Budapest de l’illusion d’un pays rassemblé derrière lui. Ce d’autant plus qu’il est le premier leader eurosceptique à perdre ainsi à domicile.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Rémunération des dirigeants : comprendre ce que « diriger » veut dire

Cet article est initialement paru sur le site The Conversation, sous la signature de Blanche Segrestin et d'Armand Hatchuel. La...

Fermer