Quelques petites choses non dites dans le Fillongate

Cet article a été lu 10171 fois

Bien sûr, le Fillongate sent le souffre. Et bien sûr, la défense maladroite de Fillon donne le sentiment aux Français que le bonhomme a quelque chose à cacher. Ma conviction intime est pourtant que la maladresse de notre ancien Premier Ministre ne cache sur le fond rien d’autre… qu’une bonne foi assez naïve. On peut, au pire, reprocher à l’impétrant sa rupture de compréhension avec le pays réel. Pour le reste, les choix de François Fillon apparaissent presque comme marqués par une confondante (et pour ainsi dire déplacée) honnêteté.

Un élu a-t-il encore une vie privée?

Dans son discours de Poitiers, hier, François Fillon a évoqué, pour sa défense, tout ce qu’il avait donné au pays comme gage de son honnêteté. Je ne sais pas si l’argument est audible par le grand public, en revanche je le crois profondément sincère.

Les citoyens perçoivent souvent mal ce qu’est l’engagement politique en France. De fait, le parcours d’un François Fillon, c’est d’abord une vie de sacrifice personnel. Tant qu’on n’a pas bu le sirop du “système”, on ne peut le comprendre. Mais la République adore dévorer le temps de ses élus. Elle exige d’eux un sacerdoce complet: pas de week-end, pas de soirée en famille, pas de vacances. Un élu ambitieux, en France, se donne à la cause et fait abstraction de tout.

Certains ont pu reprocher à François Fillon d’avoir mêlé vie privée et vie publique. J’imagine assez bien que sa femme lui a longtemps reproché de renoncer à sa vie privée pour sa vie publique. Et qu’en contrepartie, Fillon a, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, considéré que les émoluments de sa femme, de ses enfants, étaient la juste contrepartie de ce lourd tribut payé à la cause publique.

Cela ne signifie pas qu’il faille obligatoirement partagé son choix. En revanche, on peut comprendre comment ce genre d’idée peut venir à l’esprit: parce que je suis élu, je n’ai jamais le temps de voir ma femme et mes enfants. Il est bien normal que tout cela ait un prix.

Un élu connaît-il encore les salaires moyens en France?

Les montants de salaire attribués à Pénélope Fillon sont, au regard des salaires moyens versés en France, très élevés. François Fillon, avec une tendre naïveté confondante, semble ne pas avoir anticipé les réactions hallucinées de Madame Michu à la découverte de ces chiffres. Avec beaucoup de malice, le Canard Enchaîné a d’ailleurs les sommes nettes mensuelles en brut annuel chargé et cumulé sur plusieurs années.

C’était évidemment très vicieux, parce qu’un Français moyen, payé 2.000 euros nets par mois, serait surpris de découvrir qu’il coûte, en dix ans, environ 500.000 euros. Et on lui soutiendrait qu’en 10 ans de salaires il a perçu 500.000 euros, il tomberait des nues. C’est pourtant bien ce chiffre qui est le bon, et l’on reste confondu de n’avoir pas entendu, dans la bouche de François Fillon, un rappel de ces chiffres.

Là encore, on y verra une marque de sincérité et de bonne foi de François Fillon. L’homme n’a pas imaginé un seul instant qu’il avait à relativiser les sommes perçues par sa femme, tant elles lui semblent normales et non choquantes. Cela ne signifie pas, là encore, que François Fillon a fait les bons choix et, à coup sûr, on peut lui reprocher son manque de lucidité quand à la réaction “moyenne” des Français sur la question des rémunérations.

Simplement, ramené à un salaire mensuel net, la situation de Pénélope Fillon est moins choquante que les chiffres avancés par le Canard au regard de la rémunération moyenne en France.

François Fillon, un consultant dans les prix moyens du marché

Autre point reproché à François Fillon: les rémunérations qu’il a perçues comme lobbyiste dans le cadre de sa société 2F conseil. Sympathiquement, François Bayrou l’a accusé d’être à la botte des puissances d’argent. Voilà qui vaut son pesant de cacahuètes car, encore une fois, le positionnement stratégique de Fillon paraît étrangement naïf.

Dans la pratique, Fillon semble avoir pratiqué un système que les lobbyistes connaissent bien: la facturation à 10.000 euros par mois. Mises bout à bout, c’est à peu près à ce chiffre qu’aboutissent les factures évoquées par la presse.

Là encore, pour le Français moyen, la somme est extravagante. Mais, François Bayrou le sait, elle ne correspond ni plus ni moins qu’aux tarifs du marché pour ce genre de prestations, et on pourrait même s’étonner que, au vu de sa carrière et de son carnet d’adresses, François Fillon n’ait pas pratiqué des tarifs plus élevés.

Rappelons ici que le tarif de 10.000 euros par mois était celui des contrats souscrits par Mathieu Gallet, alors l’INA, pour faire carrière grâce à l’appui de lobbyistes personnels. Là encore, la pratique est méconnue des Français et les choque sans doute. Mais c’est une habitude dans le milieu de pratiquer ce tarif pour favoriser quelqu’un dans les milieux autorisés. La progression sociale se paie…

Le Fillongate, où le procès d’un homme moyen, trop moyen?

Que nous dit Fillon, aujourd’hui, sinon qu’il n’a rien commis d’illégal? Et, pourrait-il ajouter, il s’est, au regard des pratiques habituelles dans le microcosme aristocratique parisien, montré plutôt raisonnable.

Que lui répond l’opinion publique? Que la légalité n’a rien à avoir dans cette affaire. Que tout est une question de valeur et de morale.

Et c’est bien le reproche que l’on peut faire à François Fillon: celui d’avoir oublié que les pratiques en vigueur dans l’élite parisienne n’ont libre cours que parce que les Français ne les connaissent pas. C’est d’ailleurs pourquoi la technostructure française déteste la transparence: elle sait parfaitement que si les Français savaient, les choses changeraient.

Et, brutalement, les Français découvrent comment les choses fonctionnent. Et soudain ils comprennent que, si l’ouvrier de l’usine se voit refuser une augmentation de vingt euros par mois, c’est pour qu’une élite puisse, en toute bonne conscience, et en ayant le sentiment de simplement recevoir son dû, se gaver. Dans ce jeu, Fillon est loin d’avoir été le pire. Mais il est coupable de n’avoir pas compris que cette “médiocrité” ne suffit pas à absoudre des élites coupées du peuple.

print

4 commentaires sur Quelques petites choses non dites dans le Fillongate

  1. Entre nous…c’est sympa de vouloir relativiser
    Mais quand même…
    sur le mélange vie privée-vie publique, à partir du moment ou c’est lui qui lui donne un statut de salariée sur un métier à connotation politique, c’est lui qui l’a fait basculer dans la vie publique …
    Au demeurant les photos du couple dans paris match entre autre le confirme
    sur sa rémunération de consultant (et on ne parle pas des avantages en nature), ça sent quand même “je suis juge et parti”, comment faire confiance à un homme sensé défendre les intérêts des français, si celui ci “fricote” avec des entreprises qui ont des intérêts à ce que les réglementations bougent à leurs avantages…
    Fillon passe (et c’est peut être une qualité au final) pour quelqu’un qui a optimisé les réglementations, tiré profit de tout ce qui pouvez avantager sa situation financière.
    Il donne l’image de quelqu’un qui fait passer ses intérêts avant ceux des autres (donc des électeurs), et d’un macho d’un autre temps, puisque sa propre femme (que l’on entends jamais) ne semblait pas être au courant de sa situation de subordonnée à son égard
    Après, user du droit ressemble à l’abus de droit

    ramené à un salaire moyen entre 2000 € et 3600 € il y a juste 1600 €, pour quelqu’un dont on soupçonne qu’il occupe un emploi fictif ça fait pas mal…
    Mettez vous à la place de Mr Michu, terrassier à 1200 €/mois, transpirant en plein soleil ses 2 ou 3 litres d’eau la pilule peut être dur à avaler

  2. Vous voyez, je pense, très bien les choses et analysez très bien le malaise.
    La solution ne sera donc pas d’être “au dessus de tout ça”. Il faudrait que Mr Fillon le comprenne vite et engage une réponse en conséquence. Qu’il mette les pieds dans le plat. Qu’il redouble de compréhension et de propositions pour ceux qui gagnent peu pour beaucoup de travail. C’est d’ailleurs là qu’est la force d’un pays.

  3. une honte ce type , pour soutenir sa vie de chateau tout en disant au petite gens de faire des concessions, il a largement profité de tout les avantages possible, (par ex embaucher ses gosses non diplomés pour les payer a prix d’or sa femme payée 5000E par mois pour écrire 2 seules notes dans la revue de son pote milliardaire a qui il a fait avoir la légion d’honneur, -la plus grande distiction francaire, rien que ca…)
    perso je leurs collerais 25 ans de prison et réquisition du chateau au sdf et autre migrants

  4. Aux dernières nouvelles, Madame Fillon que l’on croyait muette a pu présenter quelques papiers prouvant qu’elle avait bien travaillé. C’était pour les années les plus récentes. Pour les “arriérés”, elle a répondu “mais qui garde tous ces papiers ?” Les travailleurs madame, ils doivent les avoir pour leur retraite !
    Donc, manque de preuves !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
11% de la population française sont des enfants d’immigré

L'INSEE publie une étude démographique sur "être enfant d'immigré" en France. Être né en France d’un parent immigré Une population...

Fermer