Réforme du syndicalisme: les propositions Perruchot

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 516 fois

On se souvient du rapport Perruchot, alors député à l’Assemblée Nationale, consacré au financement du syndicalisme. Redevenu simple citoyen, Perruchot persiste et signe et formule huit propositions pour réformer le syndicalisme en France. Il s’est même fendu d’un courrier aux candidats républicains pour leur exprimer ses idées, dont la première consiste à supprimer le monopole syndical au premier tour des élections dans les entreprises.

Plus globalement, Perruchot rejoint le camp des partisans d’une réforme en profondeur du paritarisme.

Depuis près de 70 ans, l’État conIe de nombreuses de missions aux partenaires sociaux. Force est de constater que cette gestion paritaire a atteint ses limites. La question de la valeur ajoutée des partenaires sociaux est clairement posée à la Sécurité Sociale ou à l’Unédic parce que l’État agit sans eux. De plus, l’État doit s’engager davantage pour permettre de réformer ces secteurs comme la formation professionnelle qui est un véritable cas d’école: il devient impératif de replacer les salariés comme les demandeurs d’emploi au cœur des actions de formation et donc d’instaurer un chèque formation pour chaque salarié et demandeur d’emploi.

 

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le COR publie un panorama des retraites dans le monde

Le COR (Conseil d'Orientation des Retraites) publie un intéressant panorama sur les systèmes de retraite dans le monde. La comparaison...

Fermer