RGPD : même le site de la CJUE n’est pas encore conforme !

Les entreprises françaises, et plus largement européennes, commencent vraiment à se mettre en ordre de bataille pour se conformer au Règlement général sur la protection des données (RGPD). Nous pouvons, sans trop de risque, prédire que beaucoup de monde sera difficilement prêt le 25 mai 2018.

Dès lors, il est amusant d’aller voir du côté des autorités européennes pour voir si leurs services ont pris les devants depuis la publication du règlement le 27 avril 2016.

Nous avons choisi au hasard la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) et son site « curia.europa.eu ».

Le site internet de la CJUE n’est pas conforme au RGPD

Si l’on se rend sur le formulaire de contact, il nous est proposé de donner notre adresse mail et notre nom de famille. Naïvement, on pourrait s’attendre à ce que toutes les obligations inhérentes au RGPD nous soient délivrées et que notre consentement au traitement de nos données personnelles soit demandé. Pourtant il n’en est rien comme on peut le voir sur l’image ci-dessous :

Si nous cliquons sur « envoyer », le message s’envoie directement, sans qu’aucune information supplémentaire compatible avec le RGPD ne nous soit délivrée. Pour la transparence, nous repasserons…

Cette impréparation montre bien que les autorités, qu’elles soient au niveau européen ou national, auront bien du mal à se conformer dans les temps aux nouvelles dispositions sur la protection des données. De quoi mettre en colère les entreprises qui, elles, risquent de ne pas être loupées si elles accusent du retard dans les mois à venir.

print

A propos Leo Guittet 171 Articles
Juriste spécialisé dans les données de santé à Tripalio depuis 2014, j'écris quotidiennement des articles sur le thème de la protection sociale collective et des données de santé. Actuellement en thèse CIFRE sur le sujet de l'accès aux données de santé en France, je suis intéressé par tous les sujets qui touchent aux avancées technologiques et juridiques sur ce thème.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Brigitte Macron : tapisserie, décoration et potager, notre déesse s’embourgeoise… par Charlotte Dareau

Nous publions aujourd’hui le septième chapitre de nos chroniques junoniennes, exercice pastiche traitant avec humour du rôle de la première...

Fermer