Le RSI va s’exporter en Afrique: pauvre France!

Cet article a été lu 29571 fois

Le RSI n’est pas seulement un monumental échec en Afrique. Il est aussi un poison létal que la France a décidé d’exporter en Afrique. On trouve, dans la presse africaine, cet article qui en dit long, une fois de plus, sur l’impossible lucidité des élites françaises face aux dégâts qu’elle propage:

’accord a été signé le 28 janvier, à Brazzaville entre le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Evariste Ondongo, et son homologue de la Gestion des risques et l’action sociale, médecin conseils national du Régime social des indépendants, Pascal Perrot

La convention de partenariat prévoit de faire bénéficier aux professionnels de la CNSS l’expertise de RSI pour capter et intégrer dans son action la population qui évolue dans le secteur formel.

Le directeur de la CNSS, Evariste Ondongo, a indiqué : « l’expérience du RSI, une caisse française qui gère des indépendants, permettra à la CNSS de s’ouvrir à toutes les catégories socio-professionnelles car la CNSS a pour pilier essentiel dans son plan d’action l’extension de la sécurité sociale » avant de rappeler que « sa structure avait déjà commencé la campagne de protection sociale avec les chauffeurs des taxi-bus ».

Pascal Perrot a, pour sa part, souligné que le RSI apportera son expertise dans le domaine de la gestion à la CNSS afin de lui permettre d’avoir une méthode pour aborder le secteur informel du pays. « La CNSS existe depuis longtemps au Congo, mais le RSI apportera une nouvelle méthode qui n’est autre que la façon d’enrôler ; d’affilier les travailleurs de l’informel qui sont appelés indépendants par le RSI et font partie du secteur informel au Congo. Ce secteur est très important car il occupe 80% de la population congolaise. Donc il faut faire un lien entre l’affiliation santé du secteur informel et la mise en place de l’assurance maladie universelle », a-t-il dit.

Rappelant que le secteur informel est très diversifié partout dans le monde, le directeur du RSI a souligné qu’il y a des entreprises qui évoluent dans ce secteur et sont bien structurées. « Les employés de ces entreprises ont des revenus et se retrouvent avec les mêmes déterminants que les salariés. Donc il faut simplement trouver une bonne organisation pour les toucher et les fidéliser en leur faisant confiance », a déclaré Pascal Perrot.

Notons que la cérémonie de signature d’accord a été marquée par l’allocution du directeur de cabinet du ministre du Travail et de la sécurité sociale, Frédéric Manienze et l’historique du Régime social des indépendants, présentée par la responsable des relations internationales, Francelyne Ferry.

Frédéric Manienze a rappelé que : « cette cérémonie de signature d’accord est l’expression de la refondation du système de sécurité sociale en vue de la restructuration de la protection sociale pour l’étendre dans tous les aspects de base à l’ensemble de la population ».

De son côté, Francelyne Ferry a donné la définition de travailleur indépendant ; montré le lien entre le travail informel et formel, et énuméré les missions et facteurs du RSI.

On entend d’ici, la bouche en cul-de-poule, nos décideurs expliquer que tout va bien au RSI et que les critiques viennent uniquement des populistes et des démagogues.

print

18 commentaires sur Le RSI va s’exporter en Afrique: pauvre France!

  1. A ceux qui pensent que le RSI , après un premier échec à laquelle l’Urssaf n’est pas étrangère, ne peut apprendre de ses erreurs et jugent vite , voire trop vite, ne feraient-ils pas partie de cette France qui a décidé une fois pour toute qu’un entrepreneur ayant failli une fois ne peut plus se relever………….? N’est-ce pas tout le contraire que nous enseignent les anglo saxons? Chacun connait les failles de son système, souvent quand il est trop tard. Alors avant de critiquer notre propre pays,le salir constamment face à l’étranger qui s’en frotte les mains , il serait peut-être temps de changer nos mentalités. En commençant par nous même. Parmi tous ceux qui veulent l’abolition du RSI et qu’il m’a été donné de croiser, rares, très très rares connaissent véritablement son fonctionnement , ses pressions étatistes, son service contentieux ( no géré par le RSI) qui fait tant de dégâts humains ……….le problème n’a jamaais été l’erreur de calcul , un mauvais fonctionnement d’un logiciel, mais le recouvrement de créances indues ………et là le RSI n’est pas responsable de la législation en vigueur sur les saisie conservatoires, préventives, etc………Le problème n’est pas d’exporter le RSI, le problème est de constamment critiquer sans s’investir pour changer les choses. Tuer, abolir, couper des têtes n’a jamais été la solution……..Quand on estime qu’un organisme ne fonctionne pas, on s’organise pour changer sa direction . C’est comme si nos voisins, constatant que la France a une gestion catastrophique , décidaient de nous rayer de la carte. J’invite les personnes qui ont le temps de commenter , de faire l’effort de comprendre les conséquences de la disparation pure et simple du RSI. Il y a d’autres solutions qui ne remettraient pas les indépendants aux mains des seules urssafs et ne feraient pas perdre à d’autres leur emploi. Le débat ( constructif) est ouvert.

    • Une parole sensée mais il est vrai que la patience des assujettis et des redevables a été soumise à rude épreuve.
      La persistence des derapages n’est peut être pas due qu’à un fzublesse récurrente de la direction.
      Je pense qu’elle est systémique comme le serait un système fiscal qui ferait déterminer le résultat imposable par l’agent public.
      Alors laissez établir l’assiette et le montant des cotisations par les entreprises (leur expert comptable) et confiez intelligemment le recouvrement à la puissance publique.
      Le système actuel est une gabegie inique.

    • RSI normalement vendu comme ISU ( interlocuteur social unique)
      avant on avait URSSAF, une caisse maladie, une caisse retraite
      maintenant on a URSSAF, une caisse maladie, RSI ( avec 1 siège différent du siège retraite) des antennes “locales” RSI
      maintenant on a juste un passage d’huissier au lieu de trois

      tout ces problèmes pour ça!

      accessoirement les indépendants sont les seuls en France à pré-payer leurs cotisations dés le 5 du mois, il a fallu attendre 2016 pour s’apercevoir qu’une année comptait 12 mois, avec la réduction du crédit fournisseur ( autrefois le 5 février solde N-1 maintenant acompte N)

      un petit peu de souplesse dans les modes de paiements ( accepter les espèces comme les impôts) le fractionnement, permettraient à bien des commerçants limite bancaire (8€ à 50€ les virements acceptés ou rejetés) mais pas en faillite de payer leurs cotisations sans majoration ni frais bancaires.
      L’organisation administrative du paiement RSI, sa rigueur toute imbécile, conduit un nombre considérable d’indépendants dans la spirale des majorations, frais pour rejets; frais qui les enfoncent encore plus.

      Comment définir cette caisse et son président.

  2. Bonjour
    Le constat c’est bien mais à qui profite cette gestion douteuse ? Alors les défendre cela est impossible.
    Lorsque une société pas des problèmes de gestion on sait tous comment cela fini.
    Juste une conclusion : tout est à l’image de la gestion de la France “la catastrophe” pourquoi ne pas mettre un gestionnaire Président ? C’est la même pour une entreprise qui gère ?
    Alors les excuses à 2 balles pour le RSI assez assez assez…

  3. On ne peut pas constamment dire c est la faute d e l autre c est de la faute à l urssaf c est le r si
    Ce que veulent les clients c est un système qui fonctionne et c est pas le cas on ne peut pas retenir les clients contre leurs grès car la seule solidarité qui vaille c est le versement aux caisses d allocations familiales.

  4. Un débat constructif signifie apporter des solutions à un problème, pas discuter du problème pour savoir si cela en est un ou pas, la question ne se posant plus.
    La haine destructrice n’a jamais été une solution. Se plaindre pour se plaindre encore moins. Et critiquer ceux qui agissent et tentent de résoudre les problèmes est la cerise sur le gateau, un mal très français.
    Les associations SNE, les Pendus , etc……ont fait de façon différente , un travail important mettant en évidence un soucis majeur.
    Des rapports ont été rendus , des améliorations apportées….ils ont été entendus.
    Maintenant croire que ces caisses ou mutuelles n’enrichissent pas leurs cadres dirigeants, c’est croire au père Noel; mais alors il faut abolir EDF, caisse de congés payés ( ceux-là je suis partante) , medecine du travail, CCi CM, organismes patronaux , etc……..
    C’est le français au pouvoir qui a un problème , et le français qui subit les absurdités qui se trompe de cible.
    Mais à chaque fois qu’un râleur est mis au pouvoir , hop, il change son fusil d’épaule.
    Pourtant la solution est là : investir les conseils d’administrations de toutes ces structures et empêcher que seuls les énarques ou les affiliés au Medef s’emparent de vos destins.
    Monter des listes pour accéder au controle des CCI est un quasi jeu d’enfant. Nous l’avons fait en 3 semaines. Demander à des imbéciles heureux de faire leur devoir et d’aller voter……..que répondent-il ? “cela ne sert à rien ” , “rien ne change”.9% de votant et tous appartenant au Medef, qui eux, ont bien compris à quoi cela sert d’aller voter au lieu de râler…..de quoi dégouter ceux qui se sont mis à dos “tous ceux qui comptent en ville” pour donner une chance à une catégorie opprimée et mise à taire de se faire entendre.
    Voilà où est le problème. Dans chaque plus petit entrepreneur . Ni au RSi , ni à l’URSSAf , ni ailleurs. Juste dans cette façon négative , toujours et encore , de se positionner face aux difficultés.

    Du point de vue de notre association qui défend également les dossiers de ses adhérents, injustement taxés, auprès de la médiation du RSI, force est de constater qu’à l’origine il y a une incompétence de gestion de l’entrepreneur dans bien des dossiers…
    Force est de constater également que ceux qui râlent le plus fort sont aussi ceux qui ont souvent le plus tort, n’ayant ni déclaré , ni fait opposition dans les délais. j’invite à essayer de faire de même auprès des impots..:-) !
    Je suis curieuse de savoir comment les prochaines mutuelles indépendantes vont agir quand le cotisant ne fera ni ses déclarations à temps, ( quand il les fait) ou quand il aura des retards de paiement.
    Le soucis est le montant élevé réellement du par les entreprises, et ce taux est fixé par le RSI avec l’état.
    Le problème est donc un problème d ‘état avant d’être celui du RSI, pourtant je vois toujours les mêmes imbéciles voter les candidats qui vendent du rêve au lieu de la réalité.
    La France n’est plus un pays qui travaille, ni un pays qui sait s’unir dans les combats de fond.
    On reste bien assis derrière son écran et on râle……et puis on s’attend que d’autres trouvent la solution.

    Merci pour cet exemple de plus.

    Notre association est constituée de bénévoles qui ne sont pas payés pour résoudre les problèmes des entrepreneurs, mais qui font l’impossible chaque jour et les problèmes plus facile à résoudre (quand on y travaille avec sérieux ) sont ceux du RSI, d’où cette intervention énergique de ma part, confrontée à la mort des entrepreneurs au sens propre comme au figuré.
    Nous avons au moins le mérite de savoir de quoi l’on parle et de tous les problèmes , les seuls qui ont trouvé une solution à 100% sont ceux du RSI……..sans tribunaux, sans avocats…
    Croire que cela nous ne nous écorche pas la langue de devoir l’admettre c’est ne pas connaitre l’action virulente de Aide Entreprise face aux abus et injustice.
    Nous ne disons pas que le RSI est une aubaine, que ses services font la joie des cotisants, mais juste qu’il ne mérite pas (plus) que l’on perde du temps à vouloir sa mort ( qui n’est plus qu’un argument politique) , mais de s’attaquer à des problèmes autrement plus difficiles, en amont.

    Alors c ‘est bien de dire “assez assez assez”, mais c’est encore mieux de se relever les manches et essayer de comprendre ce qu’il se passe dans notre pays et pourquoi les entrepreneurs meurent d’entreprendre. L’abolition du RSI ne va rien résoudre du tout…….et non , nous ne sommes pas payés pour les défendre et nous nous gardons bien de les défendre. Mais objectivement , la publicité anti RSi profite à bien d’autres que les entrepreneurs……Il fait couler l’encre, vendre et enrichir ses opposants, ceux qui gèrent, en tant que courtiers , de “gentilles mutuelles” à l’étranger. Nos capitaux fuient, et le retour de manivelle sera encore plus violent. Bref, moutons un jour , pigeons toujours.

  5. Cher Eric,

    Le jugement de valeur vient d’être émis de votre part.
    Il est public , il vient de la direction de publication et dévalorise une association.
    Vous étiez libre de “modérer”. Mais vous avez choisi de ne pas être neutre.
    Je ne vous demande pas de publier ce commentaire. Effacez le précédent en revanche s’il doit être suivi ensuite de l’intervention du directeur de publication.
    Bien à vous.

    • Je ne cherche pas à polémiquer. Je reproduis ici simplement la somme de propos désobligeants que vous avez assénés en deux commentaires:
      ” J’invite les personnes qui ont le temps de commenter , de faire l’effort de comprendre les conséquences de la disparation pure et simple du RSI.” (Bien sûr, on critique mais on ne fait pas d’effort pour mesurer les conséquences… heureusement que vous êtes là pour faire les efforts à notre place)
      “La haine destructrice n’a jamais été une solution. Se plaindre pour se plaindre encore moins. (…) Demander à des imbéciles heureux de faire leur devoir et d’aller voter……..que répondent-il ? (…) Du point de vue de notre association qui défend également les dossiers de ses adhérents, injustement taxés, auprès de la médiation du RSI, force est de constater qu’à l’origine il y a une incompétence de gestion de l’entrepreneur dans bien des dossiers… Force est de constater également que ceux qui râlent le plus fort sont aussi ceux qui ont souvent le plus tort, n’ayant ni déclaré , ni fait opposition dans les délais. j’invite à essayer de faire de même auprès des impots..:-) !” (Ben oui, ceux qui ont un problème avec le RSI sont généralement des incompétents ou des fraudeurs… vous en avez beaucoup des comme ça?)
      On continue:
      “Le problème est donc un problème d ‘état avant d’être celui du RSI, pourtant je vois toujours les mêmes imbéciles voter les candidats qui vendent du rêve au lieu de la réalité. (…) La France n’est plus un pays qui travaille, ni un pays qui sait s’unir dans les combats de fond.
      On reste bien assis derrière son écran et on râle……et puis on s’attend que d’autres trouvent la solution. Merci pour cet exemple de plus.” (Ben oui, Brigitte, vous êtes la seule à bosser. Nous, on critique derrière notre écran et rien d’autre).
      Encore quelques-unes pour la route:
      “Alors c ‘est bien de dire “assez assez assez”, mais c’est encore mieux de se relever les manches et essayer de comprendre ce qu’il se passe dans notre pays et pourquoi les entrepreneurs meurent d’entreprendre. L’abolition du RSI ne va rien résoudre du tout…” (Là encore, vous bossez et nous glandons…)
      Mais… bien entendu, vous n’émettez aucun jugement de valeur.

  6. Il est pas possible de garder le r si en état trop de choses à changer à commencer par les dirigeants qui voient dans le r si une mine d or servant les intérêts personnels de beaucoup d autre part il est évident que la justice devrait s interresser à tout ces gens là?

  7. pour ma part je ne veux pas que ma caisse soit gérée par une entreprise privée qui spécule avec notre argent pour son propre profit mais une association gérée par des collèges de ses sociétaires ou adhérents.Nous avons besoin de transparence et un acces en ligne de notre compte ,on ne peut pas nous reprocher d’etre incompétents ,nous artisans et autres professions libérales,si des impayés provenant de cotisations ,de régulations et autres sont tirés du chapeau et sans explications.Je confirme que le RSI utilise des methodes plus que douteuses pour relever nos cotisations et il faut que toute la methode de calcul et de prélèvement change.Que nos droits de citoyens soient respectés et liberté à chacun de s’assurer ou bon lui plait,de toute façon il est vrai que pour l’instant on ne peut qu’avoir envie de fuir le RSI !

  8. Que de virulences quand on parle du RSI, que de violence dans vos propos … Oui le RSI a des dysfonctionnements, Oui les relances peuvent être intempestives mais cela reste un régime favorable aux chefs d’entreprises et ne le tuons pas sans une véritable alternative constructive.
    Expert-comptable de mon état et spécialisé en social, je rencontre régulièrement des problèmes de recouvrement, des sommes appelés sans réponses … Mais ce n’est pas pire que certaines mutuelles de salariés qui font la sourde oreilles à nos demandes et qui s’empêtrent dans la phase 3 de la DSN.
    Alors quelques retours terrains : Dans la plupart des cas le RSI fonctionne bien mais quand ça part en vrille … ça part en vrille. Et on s’aperçois que même si c’est long, on arrive à discuter et à corriger les demandes erronées du RSI. Maintenant, il va y avoir de nouveaux problèmes que l’on va devoir gérer : Le contrôle va être réalisé par les URSSAF (et oui, on avait très très peu de contrôles jusqu’à maintenant, et cela va changer) et on va avoir une gestion commune du rSI et de la CIPAV (On n’est pas sorti de l’auberge !)
    Il faut donc continuer à faire évoluer le RSI, ils en ont conscience et je peux en témoigner pour avoir rencontrer à plusieurs reprises des responsables de ce régimes, salariés ou élus (je vous rappelle que des chefs d’entreprises sont à son CA). Il faut qu’ils revoient leur méthode musclée de relance et ils faut qu’ils soient encore plus à l’écoute de leurs “clients”

  9. Le r si ne donne jamais son mode de fonctionnement pour les petits entrepreneurs qui ne peuvent pas avoir recours à un cabinet comptable si tel était le cas les gens prendraient un autre statut peut être plus cher mais d un meilleur service
    D autre part les remboursements ne sont pas les mêmes pour un salarié que pour un indépendants notamment les délais de carences
    Le défaut d information du rsi n est certainement pas le fait du hasard?ni la non publication des bilans avec les sous compte et rémunération des administrateurs et président pourquoi?

  10. Le r si est conscient des problèmes mais il ne peut pas obliger les clients à rester dans un système qui ne fonctionne pas .
    Si vous êtes pas content de votre boulanger vous en changé
    C est pas plus compliqué que cela .Mais obligé les clients à rester c’est peut être un délit pénal?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Trump a-t-il signé l’arrêt de mort de Facebook?

Trump vient de faire un très sale coup à Facebook (et à quelques autres réseaux sociaux), passé inaperçu en France...

Fermer