Sa serveuse le vole mais c’est le restaurateur qui est condamné

Dans l’histoire de Fuck My Boss, cette affaire risque de faire date. Alors qu’un restaurateur s’était aperçu que sa serveuse le volait, il avait installé des caméras de surveillance pour la surprendre. Mais cet oubli lui vaut aujourd’hui une condamnation par la justice.

via GIPHY

Le monde à l’envers. En 2011, un restaurateur de Mayenne avait licencié sa serveuse pour faute grave alors qu’il l’avait surprise à ne pas encaisser toutes les commandes et à faire main-basse sur certaines recettes.

Seulement, les moyens utilisés pour la confondre lui ont récemment valu d’être traduit en justice. Finalement, le patron du restaurant est condamné à verser 10 000€ d’indemnités à son ex-salariée.

Les caméras de la discorde

Comme le rapporte Ouest-France, c’est donc le responsable de l’établissement qui était appelé devant la barre de la Cour de cassation le 20 septembre dernier. Il lui était reproché d’avoir installé quatre caméras dans le restaurant sans avoir prévenu ses employés. Une version que lui et ses employés contestent, tous arguant que les précautions préalables à l’installation de ce système avaient été réalisées. Même la salariée licenciée.

Le restaurateur avait aussi reçu l’aval de la préfecture mais rien n’y fait. La justice explique que rien ne prouve que les salariés aient été prévenus avant les faits et que la serveuse ait effectivement connaissance de ce système. De même, la justice affirme que les preuves obtenues l’ont été de façon illégale et qu’elles ne peuvent servir à faire licencier la serveuse. La justice prononce donc le licenciement abusif.

Et même les aveux de la serveuse devant la police, qui lui ont valu un rappel à la loi, ne permettent le licenciement.

1 commentaire sur Sa serveuse le vole mais c’est le restaurateur qui est condamné

  1. Étonnant, car c’est également l’ajustice qui a reconnue comme recevable… des écoutes illégales (celles concernant le nain de jardin.)

    Ça n’est plus une justice à 2 vitesses, mais à double variateur…

    Jean de la Fontaine doit être pété de rire dans sa tombe : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »
    50 shades of gray ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
La loi Pacte, ou l’autre nom du mal governo français

L'examen de la loi Pacte (projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises) en séance publique...

Fermer