Les salaires du secteur privé ont bien augmenté en 2015

L’Insee a publié un point important sur l’évolution des salaires dans le secteur privé en France. Globalement, une augmentation du salaire net moyen de 1,1% est constatée avec un salaire net médian à 1 797€. Cela signifie que la moitié des salariés du privé gagne moins, et l’autre moitié gagne plus.

Si l’on regarde dans les détails la publication de l’Insee, on s’aperçoit que selon la qualification professionnelle, mais aussi le sexe, l’évolution salariale est bien différente.

 

Les salaires des cadres du privé augmentent plus rapidement

L’un des tableaux proposés par la publication de l’Insee indique les moyennes en brut et net, des salaires pour l’année 2014 et 2015. La lecture attentive du document montre que les cadres ont connu une plus forte évolution que les autres catégories socio-professionnelles. En effet, les cadres ont vu leur salaire net moyen augmenter de 1,2%, puis c’est celui des ouvriers qui arrive en seconde position avec une hausse de 1,1%. Viennent ensuite les employés et professions intermédiaires avec des hausses respectives de 0,6% et 0,2%.

Outre le fait que les salaires des cadres augmentent plus vite, on constate aussi que selon les secteurs (construction, industrie ou tertiaire), l’évolution est bien différente. Toutes catégories socioprofessionnelles confondues, les salaires nets moyens ont plus augmenté dans l’industrie (+1,4%) que dans la construction (+1,2%) et le tertiaire (+1,0%). 

 

Des salaires nets moyens allant de 4 141€ à 1 637€

Les cadres, auxquels sont intégrés les chefs d’entreprise salariés, ont vu leur salaire net moyen passer de 4 090€ à 4 141€de 2014 à 2015. L’Insee note que les cadres du transport ont connu la plus forte hausse de salaire net moyen avec +2,0%, suivis des cadres des activités commerciales (+1,7%) et de l’industrie (+1,4%). 

Du côté des professions intermédiaires, le salaire net moyen n’a connu qu’une faible hausse en passant de 2 266€ à 2 271€. Le document note même une baisse du salaire net moyen dans certains secteurs d’activité comme les services aux particuliers (-0,4%) et les services mixtes (-0,6%) qui représentent à eux-seuls 38% des effectifs équivalent temps plein des professions intermédiaires. 

Les employés, eux-aussi, ont bénéficié d’une petite augmentation de leur salaire net moyen qui était à 1 627€ en 2014 pour arriver à 1 637€ en 2015. Ce phénomène serait notamment dû à la plus forte hausse du nombre d’employés peu qualifiés. 

Enfin, les ouvriers ont, eux, vu leur salaire net moyen évoluer de 1 698€ à 1 717€. Cela s’expliquerait par le bénéfice de primes plus dynamiques et par la part des ouvriers non-qualifiés qui diminue. 

 

Les inégalités salariales entre les hommes et les femmes persistent

L’Insee fait finalement le point sur les différences salariales qui existent entre les hommes et les femmes. Si quelques notes positives sont constatées, les écarts sont bien présents.

Les données salariales de l’Insee indiquent qu’une femme gagne, en moyenne, 18,4% de moins qu’un homme dans le privé en 2015. Cette constatation étant faite, quelques points sont à souligner. D’abord, l’écart de salaire moyen a diminué de 0,1 point. Si l’on regarde l’évolution des salaires des femmes tout au long de l’échelle salariale, on s’aperçoit qu’il augmente globalement plus rapidement (+1,2%) que celui des hommes (+1,1%).

Toutefois, en 2015 un homme gagnait en moyenne un salaire mensuel net de 2 438€ quand une femme était à 1 986€.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La zone euro ne règle pas le problème de l’emploi

Le niveau d'emploi de la zone euro a augmenté. La Commission Européenne indique même que ces taux ont atteint un...

Fermer