Schiappa et En Marche renouent avec la technique des copains-coquins

Marlène Schiappa vient de rendre service à une députée En Marche, dont l'ancien employeur était menacé de diminution de subventions préfectorales. Un petit coup de téléphone, et on maintient l'intervention du contribuable pour aider les amis...

Alors on récapitule. Caroline Janvier vient de se faire élire députée de la deuxième circonscription du Loiret. Auparavant, elle était salariée d'une association, l'AIDAPHI (Association Interdépartementale pour le Développement des Actions en faveur des Personnes Handicapées et Inadaptées). L'action de cette association est tournée vers les personnes handicapées, donc. 

L'AIDAPHI se consacre aussi aux violences conjugales, selon un mélange des genres bien connu des milieux associatifs. À ce titre, l'AIDAPHI dispose d'un lieu d'accueil pour les femmes battues, où elles sont écoutées, puis aidées socialement. D'où le financement par l'État de deux postes de travailleurs sociaux à destination des femmes battues dans cette association dédiée au handicap.

Assez logiquement, l'État, dont les dépenses explosent, entend supprimer ce financement. Mais... Marlène Schiappa (éclairée ou alertée par la députée Janvier?) vient de s'emparer du dossier et de débloquer des crédits d'urgence pour maintenir les subventions. 

Et hop! le retour des cadeaux aux copains et des arbitrages à la petite semaine sur le dos du contribuable. 

Marlène Schiappa

«J’ai immédiatement demandé une délégation de crédits d’urgence pour que le préfet du Loiret puisse rétablir les deux postes et nous faisons en ce moment même un état des lieux précis de la situation des dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le Loiret. Les femmes doivent être protégées partout en France.»

2 commentaires sur Schiappa et En Marche renouent avec la technique des copains-coquins

  1. Ah bon ? Qu’y a-t-il donc de “logique” dans l’arrêt de financement de l’Etat ? Il n’y a pas de femmes handicapées victimes de violences, et qui ont besoin d’un accueil spécifique ? Sachant que de toute façon, il manque de lieux d’accueil pour femmes battues, avec ou sans handicap…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Ordonnances travail: les derniers rebondissements

Peu à peu, le contenu des ordonnances se précise. Voici un rapide tour d'horizon des précisions données par le gouvernement....

Fermer