Second tour Mélenchon-Le Pen: entre la peste et le choléra, que choisiront les entrepreneurs?

Cet article a été lu 18649 fois

C’est de moins en moins un cas d’école, et de plus en plus une hypothèse sérieuse de travail: un second tour Mélenchon-Le Pen. Dans ce cas de figure, quel sera le choix des entrepreneurs ? On trouvera ici quelques considérations contestables sur ce sujet.

Un second tour létal pour l’entreprise

Qu’il s’agisse de Mélenchon ou de Le Pen, les programmes proposés sont évidemment redoutables pour les entrepreneurs, et ceux-ci devront alors choisir entre la peste et le choléra. Les deux programmes sont en effet fondés sur une augmentation de la dépense publique et sur une réorientation fondamentale des politiques par rapport à l’arrimage actuel avec l’Europe.

Sur ce dernier point, il faut sans doute relativiser les effets négatifs des choix futurs. La stratégie de l’euro fort prévue par les traités handicape fortement l’industrie française, et l’affaiblissement probable de la monnaie unique qui suivrait une élection de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon redonnera des marges de compétitivité à nos entreprises.

En revanche, le renforcement des services publics promis par chaque candidat s’appuiera sur une augmentation de la pression fiscale qui sera mortifère pour notre tissu économique, et mettra un grand nombre d’entreprises dans une situation encore plus délicate que celle d’aujourd’hui. Sur ce point, la situation sera rapidement critique.

Le programme soviétique de Jean-Luc Mélenchon promet une catastrophe à moyen terme

D’un côté, Jean-Luc Mélenchon multiplie les promesses favorables aux petites et moyennes entreprises. D’un autre côté, son programme annonce leur mise à mort dès les premières années de son mandat, notamment par une augmentation massive du coût du travail: forte revalorisation du SMIC, augmentation du salaire des fonctionnaires, recrutements massifs, notamment dans les hôpitaux, explosion des critères de Maastricht, remise en cause du remboursement de la dette qui produit une forte montée des taux d’intérêt.

Très vite, la pression fiscale devient accablante et les marges de profit se réduisent comme peau de chagrin, au nom d’une logique punitive portée par des idéologues professionnels de la politique et donneurs de leçon.

Dans les trois ans, le nombre de faillites aura explosé dans des proportions peu connues jusqu’ici.

Le programme économique de Marine Le Pen

Du côté de Marine Le Pen, plusieurs inconnues sont encore à lever. Nul ne sait exactement sur quel programme elle pourrait être élue au second tour. L’hypothèse de travail retenue ici est celle d’une alliance surprise avec une partie des Républicains nouée au lendemain du premier tour. L’idée serait que Marine Le Pen renonce, dans la semaine suivant ce premier tour, à la sortie de l’euro en échange d’un ralliement d’une partie importante des Républicains, notamment de l’aile droite structurée aujourd’hui par Laurent Wauquiez.

Dans ce cas de figure, le Front National éliminerait les points les plus urticants, pour les entrepreneurs, du programme actuel. La remise en cause de l’Union Européenne serait remise aux calendes grecques, et la France négocierait simplement une adaptation des critères de Maastricht.

L’incompétence économique de Marine Le Pen est un problème

Dans cette perspective, le programme de Marine Le Pen resterait prisonnier, malgré tout, de l’incompétence profonde de son entourage. Je pense ici tout particulièrement à Philippe Murer, que j’ai entendu dans un débat au Cercle Aristote vociférer contre le “libéralisme” (mot générique désignant tous ceux qui pensent que la pression fiscale n’est pas le remède contre tous les maux) et annoncer une taxe sur les robots dès l’élection de Marine Le Pen. Le concept reposait sur une idée simple: il faut remplacer les robots par des ouvriers ou des employés français.

On n’empêchera pas, dans cet univers, l’idée incongrue d’une taxation pour tout recrutement d’étrangers qui obsède le Front National. Les employeurs français savent tous qu’aujourd’hui le recours à une main-d’oeuvre immigrée est une nécessité imposée par le marasme de la main-d’oeuvre française, hyper-protégée et peu décidée à se prolétariser en exécutant les parts les plus ingrates de son contrat de travail. Dans ce contexte, une victoire de Marine Le Pen est annonciatrice de décisions funestes pour l’entreprise.

Au rang des incompétences, on ajoutera volontiers l’influence de Philippe Olivier. L’intéressé n’hésite pas à déclarer: « Nos deux piliers, ce sont la protection identitaire et la protection sociale. » On n’attendra donc pas d’une présidence Le Pen les réformes salutaires de la protection sociale que les entrepreneurs attendent…

L’ingouvernabilité de la France en cas de victoire de Le Pen ou de Mélenchon

Sur le fond, sans même évoquer la question des programmes économiques, la problème de la gouvernabilité de la France en cas de victoire de l’un ou de l’autre candidat est un motif d’inquiétude.

Dans l’hypothèse d’une victoire du Front National, on peut facilement imaginer les freins que l’opinion opposera à un gouvernement porteur d’une telle rupture. Mais l’opposition risque d’être aussi forte en cas de victoire de Mélenchon. Sur l’ensemble des sujets, le programme de Mélenchon risque en effet de plonger le pays dans un blocage complexe. Par exemple, Jean-Luc Mélenchon a annoncé son intention de supprimer les subventions à l’enseignement privé, sujet sur lequel la gauche avait achoppé en 1983.

Tout porte à croire que ce scénario de deuxième tour serait de toute façon porteur d’un chaos politique.

La mort rapide par la peste, la mort plus lente par le choléra

Dans la pratique, l’élection de Marine Le Pen devrait produire un chaos politique rapide, dans la mesure où ceux qui nourrissent depuis des années la stigmatisation du Front National auront beaucoup de mal à reconnaître la légitimité d’un gouvernement conduit par cet épouvantail. Dans les jours qui suivront l’arrivée de Marine Le Pen à l’Elysée, la situation du pays sera donc extrêmement tendue.

La tension de la présidence Mélenchon sera moins immédiate. En revanche, un scénario à la “Allende” est extrêmement probable. Élu sur un programme réformiste, la tentation de rupture dont Mélenchon est porteur conduira à une situation de blocage. Il ne disposera pas, en effet, de la légitimité nécessaire pour collectiviser l’économie française comme il entend le faire.

Entre ces deux scénarios, les entrepreneurs devront choisir.

print

3 commentaires sur Second tour Mélenchon-Le Pen: entre la peste et le choléra, que choisiront les entrepreneurs?

  1. j admire votre sens de la démocratie
    si les français votent Mélanchon L Pen ce sera la faute des pourris qui gouvernent la France depuis 50 ans
    Fillon est celui qui a fait annuler le traité de Lisbonne c était un référendum perdu autour de 55%
    et il donne des leçons??? l Otan c est lui aussi avec Sarko
    ne vous étonnez pas que les gens veulent les sortir
    Macron c est pareil un pur produit du système

  2. Il est clair qu’il vaut mieux éviter d’avoir à effectuer un choix de cette nature, l’un comme l’autre aboutissant à un endettement accru, que l’on ne pourra plus financer, et à une catastrophe économique et donc sociale. La France ne peut plus se permettre ni aventures, ni réformes timides ni une nouvelle ère d’attentisme mou.
    Retrouver des marges de manœuvre, libérer les énergies, faire confiance aux entreprises, seul le programme de F. Fillon le permet. Aujourd’hui, plus que jamais il faut choisir en fonction de la société que l’on souhaite construire, et non des hommes. Sortons du socialisme larvé qui étouffe la France depuis trente ans et donnons une chance à notre pays et aux nouvelles générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Les enseignants appelés à faire battre Fillon

On notera utilement cet article de blog de la présidente de l'association Reconstruire l'école, qui appelle à faire battre François...

Fermer