Seuls 4% des professionnels de santé approuvent le bilan de Marisol Touraine

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 9249 fois

On lira avec intérêt (sous la plume d’Aurélie Haroche) dans le Journal International de Médecine le résultat d’un sondage d’opinion montrant que seuls 4% des professionnels de santé approuvent le bilan de Marisol Touraine.

Source: JIM

Marisol Touraine rescapée de tous les remaniements malgré une impopularité record

Il faut dire que dans le secteur de la santé, peut-être plus encore que dans d’autres champs d’activité, se réclamer des mesures entreprises par le gouvernement, c’est s’exposer à l’ire d’un grand nombre d’acteurs. Marisol Touraine a en effet battu des records d’impopularité auprès des professionnels de santé. Le mécontentement s’affichait déjà à peine achevée la première année du quinquennat de François Hollande à l’issue de laquelle un sondage réalisé sur notre site révélait que 83 % des professionnels de santé se déclaraient insatisfaits des actions entamées. Lenteur et atermoiements avaient rapidement remplacé l’enthousiasme des praticiens hospitaliers et conforté l’inquiétude des médecins libéraux. Beaucoup avaient donc espéré la voir évincée lors du premier remaniement en avril 2014 : à cette époque déjà 78 % des professionnels jugeaient négatif son bilan et étaient agacé par la méthode qu’ils jugeaient faite d’autosatisfaction et de simulacre de concertation. Mais ce fut le premier d’une longue série d’espoirs de renouveau déçus. Cependant, Marisol Touraine n’avait alors pas encore battu auprès des praticiens les records d’impopularité d’une Roselyne Bachelot ou même d’un Philippe Douste-Blazy. 2015 fut l’année définitive de la rupture, notamment auprès des médecins libéraux qui perdirent leur combat homérique contre la loi de santé et notamment sa mesure la plus vexatoire : l’introduction du tiers payant généralisé. Marisol Touraine refusa indéfectiblement de revenir sur ses positions, entérinant une rupture définitive avec le monde libéral, meurtri tant par la forme que par le fond de la réforme. Mais Marisol Touraine ne se départit jamais de son ton satisfait, même quand le Conseil Constitutionnel amoindrit la portée de la généralisation du tiers payant. La succession des enquêtes et des sondages confirmant le désamour profond des professionnels de santé, même dans les rangs des hospitaliers, soulignant également un dévoiement du dialogue et regrettant la méthode de mise en place des groupements hospitaliers de territoire, n’empêcha pas le ministre d’aller jusqu’à croire qu’elle pourrait se présenter à la primaire de la Belle alliance populaire. Avant de renoncer. Aujourd’hui, les sondages lui confirment que le rejet des professionnels de santé aurait rendu encore plus difficile une telle candidature : interrogés sur le JIM les professionnels de santé sont en effet 86 % à juger mauvais le bilan de Marisol Touraine. Ils sont même 61 % à le qualifier de « très mauvais ». La proportion de praticiens qui se félicitent des actions menées par le ministre de la Santé est très restreinte : 4 % (et 1 % des répondeurs considérant le bilan comme « très bon »). On retient également que 8 % des professionnels déclarent l’action « passable » (signalant la difficulté de départager entre les très nombreuses mesures adoptées) et que 2 % estiment complexe de se prononcer.

Lire la suite

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Pourquoi les mutuelles de fonctionnaires veulent un hold-up sur les salariés du privé

Les fonctionnaires sont-ils des précaires? Il faut lire avec délectation la campagne menée par la Mutualité de la Fonction Publique...

Fermer