Les soignants de Clermont encore en grève pour garder leurs congés pléthoriques

Ce lundi et mardi, le personnel du centre hospitalier de Clermont est appelé à la grève par la CGT. En cause, la renégociation de l'accord local sur les 35 heures, qui vise à réduire le nombre de RTT. 

Le CHI de Clermont est en grève ce lundi 9 et mardi 10 octobre. Depuis quelques mois, les employés tentent de faire entendre leurs revendications auprès de la direction, concernant la renégociation de l'accord local sur les 35 heures. Depuis début mai, le personnel se met régulièrement en grève, pour manifester son désaccord avec la direction de l'hôpital.

Le contenu de l'accord pose problème au personnel

Actuellement, l'accord sur les 35 heures en vigueur impose 7h30 d'heures de travail quotidien et 26 jours de repos. Concernant la renégociation de cet accord, la direction du CHI de Clermont souhaite passer à des journées à 8h de travail quotidien, en instaurant une coupure d'une demie-heure. Ainsi, les journées de repos se verraient réduites, passant à 15 jours par an. Selon le directeur de l'établissement, Stéphan Martino, l'hôpital de Clermont bénéficie d'un des accords les plus favorables pour les CHI de France.

Plus de congés pour plus de stress

Depuis quelques mois, le personnel gronde, puisque leurs conditions de travail ne cessent de se dégrader. Entre autres, les charges de travail augmentent, et les effectifs réduisent progressivement. Les heures supplémentaires rendues en jour permettent un régime de vacances favorable à l'hôpital. Mais elles augmentent la pression sur les employés qui doivent assumer une charge de travail plus importante pour combler les absences. La réduction des RTT aurait donc pour objectif d'améliorer les conditions de travail du personnel. Mais les employés ne sont pas de cet avis. La CGT assure que les RTT sont indispensables pour la santé du personnel

Le nouvel accord sur les 35 heures sera mis en place au 1er janvier 2018, sans report possible d'après le directeur du CHI de Clermont.

« Dans un contexte financier compliqué, il est normal de faire des efforts. La renégociation proposée n’aura pas pour effet de faire travailler plus d’heures au total sur l’année », Stéphan Martino.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Airbnb, Tripadvisor, Booking obligés d’informer le consommateur

Coup sur coup, ce sont trois décrets d'application de la Loi pour une République Numérique qui sont publiés au Journal...

Fermer