« Stop au spécisme », une nouvelle boucherie vandalisée par des militants végans

Une nouvelle boutique a été vandalisée à Angers dans la nuit du 26 au 27 juin. Une attaque qui aurait été conduite par un groupuscule végan. Pour les professionnels du secteur de la viande, c’en est trop. 

La CPME puis la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs appelaient au calme après que de nombreuse charcuterie aient été vandalisées. Les représentants de la branche avaient envoyé une lettre au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, dans laquelle ils demandaient une protection policière.

Mais rien n’y fait. Une nouvelle boutique à Angers a été vandalisée dans la nuit du 26 au 27 juin. Du côté des bouchers, on accuse le coup.

« Pas une surprise »

Le mode opératoire reste le même : vitrine caillassée, brisée, tags, devanture peinte… Avec toujours ce même slogan qui revient : « stop au spécisme ». Ces groupuscules revendiquent l’égalité entre espèces, hommes et animaux.

De son côté, Bertrand Lebouc, propriétaire de la boucherie, affirme avoir porté plainte mercredi. Il indique que les travaux lui coûteront entre « 1 000 et 1 500€ ». Malgré tout, il décidait de reprendre le travail, après avoir effacé les tags injurieux.

On savait que des boucheries avaient été visées dans toute la France, donc on n’a pas été surpris.

Bertrand Lebouc

L’escalade de la violence ?

Dans leur lettre ouverte à Gérard Collomb, les bouchers, charcutiers et traiteurs expliquaient craindre une escalade de la violence. Interrogé par France TV, Laurent Rigaud, président de la Fédération des artisans bouchers du Nord, confessait que « l’Etat doit prendre conscience qu’il peut arriver un malheur si jamais il n’intervient pas. »

Si ces individus ne sont pas trouvés, le jour où ils tombent sur un boucher ou un groupe de bouchers, que pensez-vous qu’il se passera ?

Laurent Rigaud, président de la Fédération des artisans bouchers du Nord

Nombre d’associations végans ou de défense de la cause animale se désolidarisent aussi des actions violentes de ces groupuscules. Pour Brigitte Gothière, fondatrice de l’association L214, « la façon de procéder de ces groupuscules ne correspond pas à nos modes d’action. »

Même son de cloche chez certains militants limougeauds, qui reconnaissent certains « dérapages ». 

Ce sont des personnes qui souvent manque d’expérience et qui ne se rendent pas compte que ce genre de discours nous dessert. Ca braque les gens les uns contre les autres. 

Pour l’instant, le gouvernant ne s’est pas encore exprimé sur la situation. Mais plusieurs professionnels limougeauds ont prévenu qu’ils porteraient plainte à chaque nouvelle insulte. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Cryptomonnaie : un mineur chinois arrêté pour vol d’électricité

En Chine, un homme a été arrêté par la police pour avoir détourné de l'électricité pour alimenter une installation illégale...

Fermer