Le stress au travail continue d’étouffer le secteur santé

 Une étude de l’Observatoire de la santé psychologique au travail révèle qu’un quart des salariés sont touchés par le phénomène de l’hyperstress. Le secteur de la santé et de l’action sociale est le plus touché avec 42% de salariés concernés.

Stimulus, un cabinet spécialisé dans le bien-être et la santé au travail, a publié son observatoire du stress. S’appuyant sur plus de 30 000 salariés de 39 entreprises aux secteurs d’activité variés, elle révèle des disparités importantes selon les secteurs. Les résultats obtenus ne  donnent pas une image parfaite de la réalité du stress au travail, mais permettent d’en dessiner les grandes lignes grâce au large panel interrogé. Le secteur de la santé et de l’action sociale est celui où l’hyperstress est le plus présent. 

La mauvaise forme du secteur santé se confirme

Grâce à une échelle de mesure du stress reconnue par des les organismes officiels de santé au travail, il est possible d’évaluer le stress sur trois niveau : peu de stress, stress moyen, et le fameux hyperstress, niveau fatidique qui peut se révéler dangereux pour la santé.

Et justement, c’est le secteur de la santé qui est le plus touché par ce phénomène avec 42% de salariés dans cette position. Ce cas de figure n’est pas nouveau, et des études ont déjà révélé que ce secteur est particulièrement exposé au facteur stress. Pas surprenant pour un métier où l’exigence règne.

Le phénomène n’est pas nouveau

Une étude datant de 2017 menée auprès de 27 000 agents et médecins dans 45 hôpitaux du sud de la France, avait déjà constaté que 33% des personnels hospitaliers ressentent un stress élevé au travail. Un chiffre en augmentation depuis 2013. Les principales causes sont la charge de travail importante et les conditions de travail dégradées évoquées par le personnel.

Et alors que l’étude Stimulus révèle que les femmes sont généralement  plus stressées que les hommes au travail, ce n’est pas le cas pour le secteur de la santé. Les homme et les femmes ressentent un même stress moyen proche de 7/10 selon une étude réalisée auprès des professionnels de la santé et du social.

L’hyperstress est le plus haut niveau de stress sur l’échelle de mesure du stress psychologique qui peut avoir des répercussions sur la santé tels que des accidents cardiovasculaires (AVC) ou encore des burn-out

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Comment le gouvernement veut tuer la médecine libérale à l’hôpital

Le sceau de la fonctionnarisation de la médecine plane toujours. Aujourd'hui, la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France publie son...

Fermer