Suède : refusée à l’embauche pour ne pas avoir serré la main à son employeur, la femme de confession musulmane obtient gain de cause

Une jeune femme de confession musulmane avait été éconduite de son entretien d’embauche car elle avait refusé de serrer la main à son futur employeur. Mais un tribunal suédois vient de condamner l’entreprise pour discrimination. 

L’entretien d’embauche avait tourné court assez rapidement. A Uppsala en Suède, Farah Alhajeh postulait pour un poste d’interprète. Mais au lieu de serrer la main la main de son futur employeur, elle préférait, comme le précise la BBC, poser la main sur le coeur. Un choix fait par conviction religieuse qui ne goûta que très peu son employeur qui mettait fin immédiatement à l’entrevue. 

Mais mercredi 15 août, le Médiateur contre la discrimination rendait un verdict en faveur de la jeune femme au motif que cette dernière avait été victime de discrimination. 

Une amende de 3 829€

Lors de l’audition, l’entreprise a expliqué qu’il était de coutume de ne pas refuser une poignée de main au motif de l’égalité femmes-hommes. De même, la société affirme que tout autre moyen de salutation n’était pas acceptable.

De son côté, la défense le plaignant arguait que la jeune femme avait l’habitude de saluer les gens qu’elle rencontrait, femmes comme hommes, de cette manière, en posant la main sur le coeur.

Je crois en Dieu, ce qui est très rare en Suède… Et je devrais pouvoir le faire et que cela soit accepté du moment que je ne blesse personne. Dans mon pays, on ne peut pas traiter différemment les hommes et les femmes. Je respecte cela. C’est pourquoi je n’ai de contact physique ni avec les hommes ni avec les femmes. Je peux vivre selon les règles de ma religion tout en suivant celles du pays dans lequel je vis.

Farah Alhajeh

Le tribunal a finalement donné raison à Farah Alhajeh en affirmant que la poignée de main en entreprise ne devait pas constituer le seul moyen de salutation possible car cela exclurai les personnes qui la refuserait. 

Par ailleurs, les prudhommes ont estimé que son refus de serrer la main pour des raisons religieuses était protégé par la Convention européenne des droits humains et que la politique de l’entreprise concernant les salutations d’usage était préjudiciable aux musulmans.

Si le Médiateur contre la discrimination reconnait le caractère exceptionnel de l’affaire, il explique aussi que « c‘est une question sensible et c’est la raison pour laquelle nous avons jugé important d’organiser un procès. Le  jugement a impliqué un examen attentif prenant en compte les intérêts de l’employeur, le droit à l’intégrité physique des individus et l’importance de l’État dans son rôle de protection des libertés religieuses. »

L’entreprise a finalement été condamnée à verser à la jeune femme une indemnité de 40 000 couronnes soit 3 829€. Farah Alhajeh explique néanmoins que « l’argent n’est pas important. »

J’espère que je peux donner de l’espoir aux autres musulmans qui connaissent la même situation et estiment qu’il est inutile de continuer.

Farah Alhajeh

L’Europe n’est pas unanime sur la question

Comme l’expliquait le tribunal suédois, l’exercice de sa foi reste protégé par la Convention européenne des droits de l’homme. De même, le refus d’une poignée de main pour motif religieux est protégé par cette même convention.

Pour autant, plusieurs affaires similaires montrent que les Etats européens ne se sont pas encore accordés sur le sujet. En 2016 en Suisse, une école avait permis à deux enfants de confession musulmane de refuser les poignées de main à leurs enseignants. Le motif religieux avait été prouvé et l’affaire n’avait jamais été portée devant les tribunaux.

Par contre, la donne semble être différente en France. Comme le rapporte Le Point, le Conseil d’Etat avait refusé la naturalisation d’une algérienne qui aurait refusé de serrer la main à un représentant de la préfecture pendant la cérémonie officielle. 

Reste maintenant à savoir si ce jugement suédois fera jurisprudence dans le monde de l’entreprise. 

Le tribunal du travail a conclu que le refus de serrer la main de quelqu’un du sexe opposé était une manifestation religieuse protégée par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme.

La politique de l’entreprise est particulièrement préjudiciable aux (…) musulmans, pour qui la poignée de main entre les femmes et les hommes qui ne sont pas étroitement liés est interdite

5 commentaires sur Suède : refusée à l’embauche pour ne pas avoir serré la main à son employeur, la femme de confession musulmane obtient gain de cause

  1. Tres interessant!
    J’aimeras savoir si, au nom des memes droits, une femme europenne serait autorisee a travailler, voire a se promener dans la rue tete nue dans un pays musulman.
    La couture locale ne doit Elle pas predominer sur la religion?
    Quid si demain une religion refuse a une personne le droit de parler a d’autres de sexe oppose (simple supposition)? Est elle encore employable?

    • je ne croix pas mais si jamais ce GVT ose toucher à la loi de 1905 cela nous pend au nez alors soyons vigilent et pourtant je suis une chrétienne

  2. En même temps, le chef d’entreprise n’est pas malin. J’ai déjà eu le cas d’individus dans ce genre qui ne sont là que pour chercher la ***** et qui feront tout pour vous pousser à la « faute » (totalement imaginaire).
    On fait un entretien rapide, on dit à la personne qu’on la recontactera et basta.

    Et puis alors quoi, maintenant quand j’ai un branleur en survêtement et casquette qui se point en entretien, je dois l’embaucher quand même, sinon je le discrimine sur son style vestimentaire ?
    Je ne parle même pas des « commerciaux » qui se pointent avec un tatouage de tête de mort sur le front.

    Ce monde se marche sur la tête. Chaque entreprise et chaque individu devrait pouvoir faire ce qui lui plaît tant qu’il ne nuit pas aux libertés des autres. Et si ça ne plaît à l’autre, merci au revoir, et c’est tout.
    Être libéral (au sens philosophique) dans ce monde devient une souffrance au quotidien…

    Tiens, je vais dire qu’on me discrimine sur mes opinions politiques et philosophiques à imposer ce genre « d’égalité ». Au point où on en est, c’est celui qui a le plus de culot qui gagne visiblement.

    • je suis d’accord avec vous et je l’ai fait lorsque je travaillais toute personne se présentant avec un foulard sur la tête et plus où en costume regional eet je ne parle pas des hommes qui regardaient si le mur allait tomber ma réponse était toujours la meme « merci on vous tient au courant  » et je travaillais dans une grande banque

  3. Pas un mot à ajouter au commentaire de VT 17h32, parfaitement marqué au coin du bon sens … Mon impatience naturelle (!!!) m’aurait poussé à utiliser des mots plus « virils » mais bon, l’essentiel est dit !
    Beaucoup de malades mentaux perturbés glandulaires parmi les magistrats de beaucoup de pays européens qui ont depuis longtemps franchi une frontière que l’on croyait infranchissable dans un pays démocratique = léser les intérêts de la majorité pour soi-disant respecter ceux de minorités très (trop ?) agissantes. Le retour de flamme sera violent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
La Marine Nationale lance la commande de 6 navires : un nouvel échec en vue ?

La Marine Nationale a lancé sa consultation pour le renouvellement d'une partie de sa flotte. Six nouveaux patrouilleurs devraient garnir...

Fermer