Le « surprésentéisme », ou ces salariés qui refusent un arrêt maladie

Un baromètre « santé et bien-être au travail » réalisé par l’organisme de protection sociale Malakoff-Médéric, révèle que près de 20% des salariés du secteur privé n’ont pas respecté un arrêt maladie en 2016.

Les salariés ne respectent pas toujours un arrêt maladie qui leur est prescrit par leur médecin traitant ! L’étude sur l’absentéisme publiée par Malakoff-Médéric est révélatrice qu’un bon nombre de salariés du privé négligent un arrêt maladie.

12% des arrêts maladie n’ont pas été pris

 L’enquête est formelle, 19% des arrêts de travail prescrits au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, n’ont pas été respectés ! Parmi ces 19%, on compte 7% qui « ont été pris mais pas en totalité » et 12% qui « n’ont pas été pris » du tout. Parmi les salariés qui n’ont pas respecté leur arrêt, 72% déclarent l’avoir directement refusé, alors que les 28% disent l’avoir accepté dans un premier temps… avant de se raviser et d’aller travailler.

Mais pourquoi ne respectent-il pas leur arrêt de travail ? Les principaux intéressés présentent comme principales raisons le fait qu’il n’est « pas dans (leurs) habitudes de se laisser aller » (48%), la « peur d’être surchargé de travail au retour » (29%) ou encore se « sentir contraint par la hiérarchie » (22%). Et pourtant, 65% des salariés concernés disent être conscients de l’impact de leur refus sur la « baisse de leur productivité au travail » et sur la « qualité de leur travail », quand 39% des sondés confessent finalement regretter de ne pas avoir respecté l’arrêt maladie prescrit.

Le phénomène du « suprésentéisme »

Les personnes qui travaillent alors qu’elles sont supposées être en arrêt maladie font partie de ce que l’on appelle le « surprésentéisme« . Il s’agit d’un nouveau mot qui correspond à ce comportement qui ne cesse de croître. En 2016, plus de la moitié des français ont fait preuve de surprésentéisme. Des chercheurs ont observé quelques 92 facteurs explicatifs. Parmi ces facteurs, 7 profils se dégagent : le dirigeant, le précaire, le passionné, l’indépendant, le solidaire, le contraint et le grand malade.

Vous reconnaissez-vous parmi l’un de ces profils ? Si oui, bienvenue dans le monde du surprésentéisme !

34,1% des salariés du privé ont eu au moins un arrêt dans l’année pour maladie, un chiffre stable depuis 2013. Les 30-39 ans sont les plus touchés mais la durée des arrêts augmente avec l’âge

 

 

 

 

La population des 30-39 ans est la plus concernée par l’absentéisme avec 37,8 % des salariés ayant eu au moins un arrêt de travail (contre 28,5 % pour les moins de 30 ans, 34,3 % pour les 40-49 ans et 36,1 % pour les plus de 50 ans).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Fonctionnaires : l’Assemblée vote le retour du jour de carence

L'Assemblé nationale a voté ce lundi pour le rétablissement du jour de carence dans la fonction publique. Engagement d'Emmanuel Macron,...

Fermer