Encore une nouvelle branche professionnelle!

5 décembre 2016 Redaction 4

Officiellement, le gouvernement diminue le nombre de branches professionnelles. Pourtant, 2016 aura vu la naissance de trois branches nouvelles, signe que la mosaïque existante correspond à un besoin économique effectif. Ainsi, après la branche des gens d’Eglise, puis la branche du rail, c’est le portage salarial qui vient de franchir la première étape de sa reconnaissance comme branche professionnelle. Faire et défaire, c’est toujours agir! Ainsi, alors que le gouvernement annonce son intention de réduire les branches à 100 ou 200 entités, il manifeste dans le même temps une véritable suractivité dans la création de nouvelles branches. S’agissant du portage salarial, la démarche ne manquera pas d’étonner dans la mesure où les sociétés de portage salarial ont pour première mission de « prendre en charge l’ensemble de la gestion administrative de l’activité des professionnels autonomes, la gestion du salaire du porté et des obligations sociales et les responsabilités associées ». Autrement dit, le portage salarial consiste à commissionner des entreprises (généralement 20% du chiffre d’affaires) pour qu’elles assurent les fonctions classiques d’un employeur, lien de subordination directe en moins. Une convention collective annoncée pour cette nouvelle branche professionnelle Selon le PEPS, syndicat patronal du portage salarial, les négociations pour une nouvelle convention […]

La SNCF et le savoureux paradoxe de la branche du rail

8 juin 2016 Redaction 0

L’empoisonnante grève à la SNCF est largement analysée comme une manoeuvre toxique de la CGT. Ce point de vue n’est probablement pas dénué de fondement, mais il fait l’étrange économie de la responsabilité patronale dans ce dossier. La mystérieuse branche du rail Le fait n’a pas été suffisamment expliqué au public, mais la raison première de la grève du rail est indissociable de l’organisation qui se met en place dans le secteur ferroviaire. Dans la perspective de l’ouverture (enfin!) du rail à la concurrence, à l’horizon 2020, la France a constitué une branche du rail en bonne et due forme. Celle-ci devait négocier une convention collective, avant que les entreprises du secteur (et singulièrement la SNCF, qui capitalise 148.000 salariés sur les 160.000 de la branche) ne se dote d’accords spécifiques. On ne le dit pas assez, mais la constitution de la branche du rail (en remplacement du rôle social historique du ministère des Transports) est au coeur des problématiques qui expliquent les grèves aujourd’hui. Et sur ce point, la responsabilité patronale est écrasante, tant la méthode choisie pour négocier la convention collective était porteuse des conflits auxquels nous assistons aujourd’hui. Une fédération patronale postiche Pour négocier une convention collective […]