Venezuela : l’inflation délire du Bolivar… 1.000.000% !!!

26 juillet 2018 ptilly 0

Avec une projection inflationniste annoncée par le FMI à 1 000 000% d’ici la fin de l’année, quel avenir, quelles conditions de vie pour le Venezuela ? Le Venezuela tire 96% de ses revenus du pétrole brut. Or sa production s’est effondrée de moitié en 18 mois, faute d’argent pour moderniser les champs pétroliers. Les finances publiques sont exsangues. L’inflation est incontrôlable et cours vers l’explosion sociale. Vers une libéralisation de l’économie au Venezuela ? Le président a annoncé mercredi une mesure radicale : Pour redresser l’économie avec la reconversion monétaire, le 20 août, nous allons supprimer cinq zéros sur le Bolivar ! Nicolas Maduro Le salaire minimum d’un Vénézuélien (un dollar et demi au taux du marché noir) lui permet à peine d’acheter un kilo de poulet. Le FMI, pessimiste, déclenche toutes les alarmes et prévoit une contraction du PIB à 18% en 2018. Cet état de fait n’étonne plus ceux qui vivent les problèmes au quotidien. Plus rien ne me surprend. Jour après jour, les prix augmentent de manière exponentielle. Je survis grâce à trois emplois et d’un peu envoi d’argent de proches résidant à l’étranger. Marcos Salazar. Professeur 1,6 million de Vénézuéliens auraient émigré depuis 2016 à cause du désastre économique. 87% de […]

L’inflation, meilleure façon de lutter contre les inégalités de revenus

26 juin 2017 Redaction 0

L’INSEE vient de publier une note très instructive sur les effets de l’inflation. Elle montre que les classes aisées souffrent beaucoup plus du phénomène que les milieux populaires. À garder en mémoire quand on se souvient que l’Union Européenne s’est fixé un objectif annuel de 2%. Une hausse du niveau général des prix, quelle qu’en soit l’origine, a des effets différés sur le revenu disponible des ménages. Ces effets passent par trois canaux. D’abord, les salaires réagissent, en lien avec la revalorisation annuelle du Smic et les négociations salariales visant à préserver le pouvoir d’achat. Ensuite, les barèmes sociaux et fiscaux et certains revenus de remplacement sont revalorisés selon des critères légaux ou usuels d’indexation sur l’inflation. Le troisième canal résulte des décalages temporels induits par la législation française, puisque l’impôt payé en N+1 est relatif aux revenus perçus en N et certaines prestations perçues en N+2 sont conditionnées aux ressources perçues en N. L’analyse des effets d’un choc d’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages jusqu’à deux ans après est réalisée avec le modèle de microsimulation Ines, sur des données représentatives de la population résidant en France métropolitaine en 2015. Deux ans après un choc d’un point d’inflation supplémentaire, […]

POURQUOI UNE INFLATION PLUS ÉLEVÉE AUX ÉTATS-UNIS QU’EN ZONE EURO ?

3 février 2017 Redaction 0

Article de la Banque de France, par Vincent Grossmann-Wirth et Eric Monnet. Depuis 2012, l’écart d’ inflation sous-jacente entre États-Unis et zone euro est dû en majorité au rôle très différent des loyers dans les deux indices de prix. En moyenne, cette différence contribue à 70% de l’écart, autant pour la zone euro que pour la France. L’interprétation des écarts d’inflation entre pays doit tenir compte des cycles immobiliers, même si le coût des soins de santé a récemment soutenu aussi l’inflation américaine.   Le rôle de la hausse et du poids des loyers dans l’inflation sous-jacente Pour effectuer la comparaison transatlantique, l’inflation est mesurée par l’IPC (indice des prix à la consommation) pour les États-Unis et l’IPCH (indice des prix à la consommation harmonisé) pour la zone euro (ZE). L’analyse privilégie ici l’inflation dite « sous-jacente », définie comme l’inflation des prix hors énergie et alimentaire. Les prix de l’énergie et des biens alimentaires sont plus volatils et, notamment pour l’énergie, sont principalement déterminés par des facteurs internationaux. Il est donc utile de les mettre de côté lorsque l’on veut procéder à une comparaison des différences fondamentales d’inflation entre pays. L’inflation sous-jacente aux États-Unis s’établissait en décembre 2016 à 2,2 %, soit 1,3 point […]

L’assouplissement quantitatif de la BCE a augmenté l’inflation de 0,5 point

25 octobre 2016 Rado A. 1

Le programme d’assouplissement quantitatif de la BCE n’a augmenté l’inflation que de 0,5 point en 2016 selon une étude menée à la Banque de France. Les milliards d’euros « distribués » par l’Eurosystème depuis 2014 ont ainsi loupé l’objectif de se rapprocher des 2% alors que cette politique monétaire suscite déjà les grognes. L’assouplissement quantitatif à l’origine du rebond des encours de prêts Taux directeurs à 0%, taux de facilité de dépôt à -0,40%, refinancement du crédit (TLTRO Targeted Longer-term Refinancing Operations) et plus d’un milliard d’actifs rachetés, le quantitative easing (QE) a relancé le crédit en Europe : Comme on peut l’observer sur ce graphique, la France se trouve au-dessus du lot avec des encours se rapprochant des 4% pour les ménages et à plus de 5% pour les SNF. Néanmoins, les effets du QE sont particulièrement disparates selon le pays et la mesure considérés. Le programme APP (asset purchase programme) sur le rachat d’actifs n’a notamment profité à la France que pour -0,8 point sur les taux souverains en 10 ans et 0,4 point de croissance du PIB (Insee). L’Italie a pourtant bénéficié de 0,5 point d’inflation en 2015 et 0,7 point en 2016, mais également de 0,5 […]

L’inflation en Europe croupit à 0,2% par an

19 septembre 2016 Rado A. 0

L’Eurostat a récemment constaté une stagnation de l’inflation en Europe à 0,2% en août 2016 alors que la BCE pratique le « quantitative easing » (QE) depuis un an et demi pour la redresser. Dans un contexte de taux historiquement bas, cette mesure exceptionnelle qui coûte plus de 1 000 milliards d’euros n’arrive pas à stabiliser les prix malgré maints ajustements. Encore loin de la marge de sécurité L’objectif ultime de la BCE est de maintenir l’inflation autour de 2% afin d’écarter les risques de déflation, mais elle n’y arrive pas encore pour le moment malgré son recours au QE depuis mars 2015. Voici un diagramme de l’Eurostat en août 2016 : L’inflation a commencé à dépérir depuis 2012 où elle a légèrement dépassé 3% pour arriver à 0,2% en août 2016. Dans toute l’UE, elle est à 0,3% quand la Belgique et la Suède enregistrent les taux les plus élevés, respectivement de 2% et de 1,2%. La déflation représente en revanche – 1,5% en Croatie, – 1,1% en Bulgarie et menace l’Italie, la Lettonie et la Hongrie (- 0, 1% chacune). « À trop tirer, on rompt la corde » La quasi-stabilité de l’inflation ne déçoit pas plus les observateurs que la BCE elle-même dans […]

Nouveaux taux 2016

6 janvier 2016 Jean-Marc Boyer 0

Presque tout augmente, malgré l’absence d’inflation, surtout le social En 2016, ce sont 4 jours travaillés de plus (un 29 février car 2016 est une année bissextile, et 3 jours fériés tombant un dimanche). Impact de +0,1% sur la croissance. Revalorisation du SMIC de 0,6%, sans « coup de pouce », qui serait dommageable à la compétitivité et donc à l’emploi, priorité affichée du Gouvernement. Cela porte le salaire minimum interprofessionnel de croissance à 9,67€ bruts au 1er janvier 2016 (1.466,62€ bruts mensuels sur la base des 35 heures). Autre mesure en faveur de l’emploi (ou au moins pour diminuer les emplois en zones grises) : l’augmentation de la déduction pour les emplois à domicile (2€ déductibles par heure travaillée). Le plafond annuel de la sécurité sociale passe à 38 616 euros soit plus 1,5 % par rapport à 2015 (hausse supérieure à celle de l’inflation). Les taux de cotisation à la retraite de base augmentent de 0,1%. Le Revenu de Solidarité Active et la Prime Pour l’Emploi sont fusionnés en une prime pour l’emploi, qui est sous condition de revenus. Revalorisation de l’APA (GIR 1&2) par décret. En fait, le traitement de l’APA dépend des conseils départementaux (ex généraux) qui sont parfois impécunieux… […]