Pour tenter de se relancer, Philippe Martinez (CGT) mise sur les valeurs sûres

28 septembre 2018 Adrien Pittore 0

On le voit moins depuis quelques temps. Philippe Martinez n’est actuellement pas au moins, tout comme la CGT. Alors en coulisses, il tente de relancer la machine syndicale. Pour cela, pas de recettes miracles : il ressort les anciennes recettes. Car c’est bien dans les vieux pots… C’est peu dire que Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, n’est pas au sommet de la vague. Entre un mouvement social à la SNCF que l’on qualifiera difficilement de réussi, une incapacité à organiser la ripose sociale aux réformes présidentielles et un Pascal Pavageau (FO) qui tend à monopoliser l’espace médiatique imparti aux syndicats contestataires, M. Martinez peine à convaincre. Aussi tente-t-il, depuis quelques jours, de relancer la machine. La défense de la veuve et de l’orphelin Il fut un temps, pas si lointain, où un secrétaire général de la CGT en difficulté aurait tenté de surmonter ses problèmes en multipliant les dénonciations du grand capital et du grand patronat et de leurs relais gouvernementaux. Hélas, cette époque étant révolue, Philippe Martinez mise sur les valeurs sûres de la contestation sociale actuelle. En une semaine, il s’est ainsi fait à deux reprises le défenseur de la veuve et de l’orphelin. Il […]

Jusqu’où Philippe Martinez peut-il jouer la carte de la radicalité ?

20 avril 2016 Mickaël Ciccotelli 0

C’est en jouant la carte de la radicalité que Philippe Martinez, secrétaire général d’une CGT toujours tourmentée, a décidé de se maintenir dans sa position et de s’y faire reconnaître comme légitime. Ce bon vieux retour aux classiques pourrait toutefois rapidement se heurter aux structures actuelles de la CGT. L’ambiance fébrile des grands jours Une fois n’est pas coutume, le 51ème congrès confédéral de la CGT ne s’ouvre pas sous les meilleurs auspices. L’affaire Lepaon est encore – bien évidemment – dans tous les esprits. S’il est vrai que ce que la France compte de ministres, de parlementaires et d’hommes politiques locaux a dû s’étonner de l’indignation suscitée par les sommes citées à l’occasion de ce grand déballage médiatique, dans les rangs cégétistes, le mauvais usage des fonds syndicaux est beaucoup moins bien passé. En outre, la sinécure promise par le gouvernement à Thierry Lepaon ne plait guère plus. Résultat : assis non loin – mais pas à côté… – de Louis Viannet et Bernard Thibault, Thierry Lepaon a été hué par la foule des congressistes. Grand nettoyage de printemps ! Pour les militants et les responsables de la CGT, l’autre sujet du moment, c’est le projet de loi Travail. […]