Une thérapie “révolutionnaire” approuvée pour soigner le cancer

Les Etats-Unis ont autorisé un nouveau traitement pour les cancers du système lymphatique, dans la continuité d'une première thérapie révolutionnaire, dévoilé en août dernier.

Son nom est Yescarta. Cette thérapie pour traiter les cancers du système lymphatique, qui permet notamment la circulation des cellules immunitaires, vient d'être autorisée par l'agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA). Un traitement qui se dit déjà révolutionnaire.

Modifier génétiquement les cellules immunitaires

Ce nouveau traitement s'adresse aux adultes atteints d'une tumeur du système lymphatique spécifique, relative aux lymphomes "non-hodgkiniens agressifs". Autrement dit, cela concerne les patients en stade avancé de la maladie. 3.500 personnes par an pourraient être concernées. Il s'agit de prélever des cellules immunitaires au patient, qui vont être modifiées génétiquement et cultivées en laboratoire, pour ensuite être réinjectées en une dose. Et c'est cette injection qui permettrait la destruction des cellules cancéreuses.

Un coût de 373 000 dollars par patient

Qui dit révolutionnaire dit coût important. Pour chaque patient, le recours à Yescarta coûtera 373 000 dollars, soit environ 316.000 euros. Déjà testé sur 101 patients, cette thérapie a permis à 54% d'entre eux une rémission complète. Six mois après le traitement, 80% des patients traités étaient encore en vie. 

En août dernier, le traitement Kymriah avait ouvert la voie aux nouveaux traitements pour soigner le cancer. Le laboratoire américain Kite Pharma, espère que Yescarta pourra également soigner les patients en stade précoce du lymphome.

En l'espace de seulement quelques décennies, la thérapie génique est passée d'un concept prometteur à une vraie réponse pour traiter des maladies mortelles et des formes incurables de cancers (Dr Scott Gottlieb, directeur de la FDA)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
ISF: Macron piégé par le ghetto des beaux quartiers

La polémique sur l'ISF et sa suppression prend un bien vilain tour pour le gouvernement, dont la ligne de défense...

Fermer