Toucher le chômage suite à une démission, c’est déjà possible !

Après un focus sur la notion du projet professionnel en cas de démission, D&E propose de s’intéresser à la faculté qui existe déjà de toucher le chômage sous certaines conditions. Pour cela, il faut pouvoir justifier d’une démission légitime.

Plus de la moitié des départs d’entreprise correspondent à une démission. Et il est possible de toucher le chômage, si la démission est jugée légitime. Dans ce cas, il faut invoquer des raisons professionnelles, relatives à la vie privée du salarié, ou justifier d’un contrat aidé. Le point sur ces conditions.

La démission pour raisons professionnelles

Démissionner d’une entreprise pour des raisons professionnelles, c’est possible quand le salarié fait face à des problèmes condamnables en justice. C’est le cas pour un non-paiement de salaires, que le salarié doit justifier d’une ordonnance de référé. Il s’agit là d’une faute de l’employeur qualifiée comme grave. Autre possibilité, si le salarié déclare avoir été victime d’un acte susceptible de relever du délit lors de l’exécution de son contrat de travail. Là encore, la justice doit intervenir avant la démission, puisque le salarié doit justifier d’une plainte déposée au procureur.

Si le salarié décide de quitter un CDI pour un autre CDI, mais que l’employeur de la seconde entreprise met fin au contrat avant 91 jours, il peut justifier d’une démission pour raisons professionnelles auprès de sa première entreprise et toucher le chômage. Autre possibilité, si le salarié est licencié d’une entreprise, et qu’il s’engage sur un nouveau contrat sans passer par la case chômage, il peut justifier d’une démission pour raisons professionnelles auprès de son nouvel employeur.

Enfin, si un salarié décide de créer ou reprendre une entreprise et qu’elle ferme pour des raisons indépendantes de la volonté du créateur, la démission pour raisons professionnelles intervient également.

Démissionner pour des raisons relatives à la vie privée du salarié

Le salarié peut démissionner pour des raisons personnelles, qui sont légitimes s’il décide de suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi. Dans ce cas, il faut justifier d’un mariage ou Pacs dans les deux mois suivant la démission.

Deux autres raisons moins connues existent, un salarié peut toucher le chômage suite à une démission s’il veut suivre son enfant handicapé admis dans une structure d’accueil dont l’éloignement entraîne un changement de résidence. Enfin, beaucoup plus délicat, le salarié peut toucher le chômage s’il change de lieu de résidence car il est victime de violences conjugales. 

Le cas du contrat aidé

Les salariés peuvent aussi démissionner légitimement dans le cas d’un contrat unique d’insertion, s’il bénéficie d’un contrat initiative emploi ou d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (voir encadré ci-contre). Mais ils doivent pour cela justifier nouvel emploi ou suivre une action de formation professionnelle pour développer son savoir-faire et savoir-être.

Tous les cinq ans, six ans, sept ans, on peut donner ce droit aux salariés. Il faut que l’on regarde les choses, et il faut le donner s’il y a un projet. Celui qui en a assez, on ne va pas lui donner comme ça l’accès au chômage mais celui qui, au bout de 5 ans, 6 ans, 7 ans, a un autre projet, qu’on lui donne la possibilité de toucher le chômage pour mener cet autre projet (Emmanuel Macron)

Le contrat unique d’insertion (CUI) a pour objectif de faciliter l’insertion professionnelle des personnes reconnues par les institutions comme rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi . Le CUI-CIE s’adresse au secteur marchand et le CUI-CAO s’adresse au secteur non marchand.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Les jeunes n’ont pas une bonne image de l’apprentissage en France

Ce n'est pas nouveau, l'apprentissage peine à attirer les jeunes en France. Une enquête de l'agence ELABE pour l'Institut Montaigne dévoile...

Fermer