Le transport routier subit la pénurie de main d’oeuvre

Le secteur du transport routier connaît un manque d'attractivité qui n'est pas nouveau. De nombreux emplois sont à pourvoir, mais la pénurie de main d'oeuvre continue de s'accroître sur le territoire français.

Le transport routier n'arrive plus à recruter. Pourtant, il est pourvoyeur de milliers d'emplois en France, preuve de son développement. Le secteur paie son déficit d'attractivité, qui risque de se répercuter sur son activité et ses prix.

Les fédérations patronales du transport s'inquiètent 

La pénurie de chauffeurs s'aggrave dans le transport routier. Le risque à terme est que ce manque d'effectif se répercute sur l'activité et les prix. La TLF et la FNTR, des fédérations patronales du secteur, ne cessent de s'inquiéter sur l'avenir de l'activité. Le président de TLF, Yves Fargues a d'ailleurs déclaré à LesEchos.fr :

Nous avons déjà connu des problèmes de recrutement, mais jamais de cette ampleur.  Et cela concerne les conducteurs, mais aussi les profils de mécaniciens poids lourds ou d'exploitants.

Une enquête a été lancée auprès des adhérents des fédérations patronales, afin d'identifier les besoins clairs par bassin d'emplois. La FNTR prévoit déjà au moins 20 000 postes à pourvoir, majoritairement des emplois de chauffeurs. Les professionnels du secteurs se sont aussi mobilisés pour créer la plateforme Tremplin, afin de faciliter les recrutements.

Le transport routier grand utilisateur du travail détaché

Le transport routier a beaucoup recours à des travailleurs détachés, notamment pour les chauffeurs. Hier, les ministres du Travail de l'UE se sont accordés sur la réforme du travail détaché. Et l'ancienne directive du travail détaché de 1996 continuera de s'appliquer aux chauffeurs routiers, dans l'attente d'une nouvelle directive européenne. Les pays de l'Est ainsi que l'Espagne et le Portugal s'inquiétaient des conséquences négatives de cette réforme.

La difficulté des transporteurs à trouver des chauffeurs a d'ores et déjà un impact sur les prix dans les appels d'offresCette pénurie crée des tensions sur la chaîne logistique, avec des livraisons décalées ou des chargements qui ne se font pas. (Alain Borri, directeur associé du cabinet de transport BP2R)

2 commentaires sur Le transport routier subit la pénurie de main d’oeuvre

  1. Tout ça va se terminer par des “chenilles processionnaires*” de 3/4 camions, jusqu’à 15 (peut-être) sur les autoroutes ?
    * le 1er chauffeur (humain) ouvre la route, les camions suivants roulent en se guidant sur le signal émis par le précédent, le dernier camion est conduit par un humain aussi, assisté de webcams pour vérifier que tout est en ordre sur les camions qui le précèdent, jusqu’au camion de tête.

  2. peut être faudrait-t-il aussi revoir en profondeur la manière dont ces mêmes entreprises qui s’inquiètent de la pénurie de conducteurs pourraient changer leur regards sur les chauffeurs.

    -manque de considération de la part des administratifs,faisant bien souvent preuve d’une arrogante condescendance.
    -absence de dialogue au sein des entreprises de transport,quelle que soit leur taille.
    -salaires stagnants,y compris pour des qualifications spécifiques.

    des années de déconsidération vis à vis du personnel roulant ont mené à cette pénurie,qui ne vas certainement pas décroître sans une réelle prise de conscience de la nécessité de respecter son personnel.
    qui sème le vent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
L’apprentissage pour pourvoir 10 000 postes dans les Hauts-de-France

Luc Florent, directeur de l’AFPI (un centre de formation des apprentis) tire la sonnette d'alarme. Les entreprises du Nord et du...

Fermer