Travail détaché: Macron lâché par le patronat français

Sur le travail détaché, Emmanuel Macron se bat pour l'application du coin socio-fiscal en vigueur dans le pays d'accueil, position au demeurant risquée pour ses effets de bord. Discrètement, le patronat français exprime son désaccord sur ce projet. 

Jean-Louis Marchand, président de la Fédération de l'Industrie Européenne de la Construction (FIEC), vient d'accorder une interview au Moniteur Export, où il prend de fortes distances avec le gouvernement français. S'il s'abstient de dénoncer frontalement l'initiative d'Emmanuel Macron, il souligne sans ambage qu'en accord avec les mouvements patronaux français les plus concernés, sa fédération préconise de rendre la lutte contre la fraude beaucoup plus drastique, sans toucher aux dispositions en vigueur.

Cette position n'étonnera pas. La révision des dispositions applicables au travail détaché en Europe pose une question de fond: celle du retour de fait au protectionnisme, dont les conséquences en matière de protection sociale sont encore mal explorées. 

Sauf à imposer la sécurité sociale française à l'ensemble des pays de l'Union Européenne, on voit mal en effet comment la France pourrait ne pas mettre ses comptes sociaux en danger en ouvrant des droits aux travailleurs détachés sur son sol. Ceux-ci auront en effet tout intérêt à profiter de leur séjour en France pour obtenir des prises en charge sanitaires moins favorables dans leur pays. 

D'un point de vue économique, les entrepreneurs concernés savent la difficulté de rester compétitifs face à des différentiels socio-fiscaux aussi larges. 

"nous n’étions pas favorables à la révision de la directive détachement des travailleurs qui a été proposée en 2016 par la Commission européenne, et qui est à présent en discussion devant le Conseil et le Parlement de l’UE. Les problèmes qui se posent sont d’abord ceux de la fraude et de l’insuffisance ou de l’inadaptation des contrôles supposés l’enrayer. Nous aurions préféré que l’accent soit mis sur une application rigoureuse de la directive d’exécution plutôt que sur une révision du texte d’origine."

in Le Moniteur Export

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Ordonnances travail : les routiers ouvrent la semaine de la grève !

La semaine va être compliquée dans l'hexagone. Cinq grèves contre les réformes du Code du travail sont planifiées à partir du 18 septembre....

Fermer