La très petite entreprise, le vrai paradis du salarié selon les salariés eux-mêmes

La très petite entreprise n'est pas l'enfer salarial que certains aiment imaginer. C'est au contraire le lieu du bonheur professionnel. Une étude de la DARES vient de le montrer.  

Avec un peu de retard (les résultats portent sur l'année 2010!), la DARES vient de publier une étude sur l'exposition aux risques professionnels dans les petits établissements. Sa lecture ne manque vraiment pas d'intérêt puisqu'elle remet en cause un grand nombre de préjugés sur la qualité de vie dans les très petites entreprises. 

Une exposition plus forte aux risques cancérigènes

Point négatif des petits établissements: l'exposition aux facteurs cancérigènes est plus forte que dans les grandes entreprises. Selon la DARES, 13% des salariés des très petites entreprises y étaient exposés contre moins de 10% dans les grandes entreprises. 

Cette exposition est supérieure à deux heures hebdomadaires dans les très petites entreprises dans près de 4% des cas, soit le double de la situation dans les grandes entreprises. 

En dehors de ce point précis, la pénibilité globale du travail n'est pas plus forte dans les très petites entreprises que dans les grandes entreprises. 

Les très petites entreprises épargnées par le stress des organisations

Pour ce qui concerne les autres facteurs de pénibilité, les très petites entreprises apparaissent en revanche comme des lieux quasi-paradisiaques.

Ainsi, le graphique ci-dessus souligne la différence de qualité de vie et d'autonomie des salariés dans ces petits établissements. Alors que 20% des salariés des grandes entreprises considèrent qu'ils ne disposent ni de l'information ni du matériel nécessaires pour accomplir correctement leurs missions, ils sont moins de 10% à partager cette perception dans les très petites entreprises.

Concernant la conflictualité individuelle au travail, les résultats sont les suivants:

 

On le voit, la proportion de salariés percevant des comportements hostiles dans les très petites entreprises est très inférieure à la proportion dans les grandes entreprises. Là encore, les préjugés sont battus en brèche...

Sur le fond, on s'interrogera d'ailleurs sur l'idée probablement absurde selon laquelle les très petites entreprises seraient des reproductions miniaturisées des grandes entreprises. Les problèmes de souffrance liées à la taille de la structure y sont en effet inexistants ou presque. 

1 commentaire sur La très petite entreprise, le vrai paradis du salarié selon les salariés eux-mêmes

  1. Le salaire est proportionnel à la taille de l’entreprise. On pense souvent que lorsque c’est une grande entreprise on est mieux payés contrairement aux petites entités. Moi je pense que cela dépend de la négociation lors de l’entretien d’embauche et aussi de l’échelon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La technostructure étrangle le RSI façon anaconda

La réforme du RSI comment à se dessiner: elle devrait être lente et essentiellement tournée vers une étatisation complète du...

Fermer