Un médicament vital pour les hémophiles toujours pas distribué en France à cause de retards bureaucratiques

Les hémophiles sévères français sont toujours privés d’un médicament vital pour eux. Malgré une autorisation de mise sur le marché, le prix du médicament n’est toujours pas fixé. Pendant ce temps les malades attendent. Une fois de plus, le système de santé publique en France démontre sa capacité à rembourser très vite le Doliprane, mais à rembourser lentement les médicaments vitaux. 

La thérapie génique s’applique désormais aux hémophiles. Grâce à une nouvelle formule, ceux-ci peuvent progressivement guérir de cette maladie mortelle (qui empêche le sang de coaguler en cas de blessure). Petit problème: le système de santé publique français ne parvient pas à suivre le progrès médical. Alors que le traitement pourrait être mis sur le marché, l’incapacité de l’État à en négocier le prix empêche la distribution du produit aux 400 patients français atteints de cette maladie. 

Un médicament vital zappé par la bureaucratie sanitaire française

Ce traitement donne donc un nouvel exemple des retards que la bureaucratie sanitaire française accumule dans la prise en charge des malades. La technostructure adore entretenir le mythe d’une France dotée du meilleur système de santé publique au monde.

Ce qui fut peut-être vrai il y a trente ans s’est progressivement transformé en une mauvaise caricature. Flanqué d’une abondante bureaucratie, la santé publique en France est lente, coûteuse, et peu efficace. 

2 commentaires sur Un médicament vital pour les hémophiles toujours pas distribué en France à cause de retards bureaucratiques

  1. Le médicament en question n’est en rien un produit de thérapie génique…
    Il s’agit d’une produit à durée de vie rallongée. En clair, son efficacité dans le temps est 4 à 5 fois supérieure aux produits existants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Nouveaux tarifs à l’hôpital : même les médecins ne s’y retrouvent pas

Alors que des revalorisations tarifaires concernant la prise en charge des urgences à l'hôpital sont entrées en vigueur pour limiter...

Fermer