Une plainte pour « extorsion de fonds » déposée contre le RSI

A Vesoul, l’association Travailleurs Indépendants et Courageux (TIC 70) s’est déplacée au tribunal de grande instance pour porter plainte contre le RSI pour « abus de pouvoir et extorsion de fonds en bande organisée ». 

C’est un énième cas de maltraitance du RSI qui nous est rapporté. L’association TIC 70, basée à Lure (département de la Haute-Saône) s’est rendue devant le TGI de Vesoul pour défendre plusieurs entrepreneurs anciennement affiliés à qui l’on demande des sommes folles. 

« Il nous faut une caisse, une structure, mais qu’elle soit bien gérée. Regardez : on me réclame tantôt 21 000 euros, ou encore 22 000 ou parfois plus. C’est incompréhensible.« 

Pour l’association, la situation est simple : il ne s’agit ni plus ni moins que d’abus de pouvoir et d’extorsion de fonds. « Le texte de la plainte précise que le défunt RSI a créé une situation sans précédent dans le monde économique des indépendants.« 

Ainsi, l’association ne compte pas rendre les armes et prévoit de se développer au niveau national. Elle reste aussi très au fait des plaintes qui ont été portées ailleurs, mais aussi des déclarations de la classe politique. De la même façon que Nathalie Bassire, députée LR à la Réunion, TIC 70 prône une « amnistie de toutes les personnes condamnées. » 

Aujourd’hui, c’est une véritable traque à laquelle se livre le RSI. Ce cas n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui d’une entrepreneuse dans la Sarthe qui a tout perdu du jour au lendemain. Ainsi, ces abus de pouvoir de pouvoir ont été rendus possibles en partie grâce à la complaisance des personnels du régime. Il est vraiment temps que le RSI soit enterré.

Moi, on me demandait 8 000 euros.  Et puis maintenant, c’est 524, sans aucune raison !

Martial Devillers, commerçant

 

Et moi c’est 40 000 !

 Une jeune toiletteuse pour chiens de Belfort 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Créosote : vers une crise sanitaire plus grave que le glyphosate !

Quelques jours après que l'Union Européenne ait autorisé pour cinq nouvelles années l'utilisation du glyphosate, elle autorise pour deux ans...

Fermer