USA: on risque de ne pas être détrumpé tout de suite

Les USA vont-ils être le théâtre de la plus grande duperie électorale du siècle? Beaucoup y croient, qui parient déjà que Trump ne mettra pas en pratique le programme qui a permis son élection. Mais les premiers éléments qui nous parviennent des Etats-Unis nous montrent le contraire.

Trump s’obamise face aux travailleurs clandestins

Trump vient de donner une interview tonitruante à l’émission « 60 minutes » de CBS. Il y réaffirme son intention d’expulser les immigrés clandestins qui ont u casier judiciaire, soit deux à trois millions de personnes.

he said his priority was to deport two million to three million immigrants he characterized as dangerous or as having criminal records, a change from his original position that he would deport all of the estimated 11 million undocumented immigrants in the country. President Obama has deported more than two million undocumented immigrants during his time in office.

<il précise que sa priorité est d’expulser deux ou trois millions d’immigrants qu’il qualifie de dangereux ou ayant un passé criminel, un changement par rapport à sa position initiale d’expulser les 11 millions de clandestins présumés du pays. Le président Obama a expulsé plus de deux millions de clandestins durant son mandat>.

Eh oui! expulser deux millions de clandestins, c’est le bilan d’Obama (passé sous silence, bien entendu, par ceux qui voient dans Trump un dangereux fasciste lorsqu’il propose de continuer cette politique).

Les USA et le Watergate

Trump a en revanche eu quelques phrases détonnantes sur ses relations avec le FBI. Depuis l’affaire du Watergate, l’usage veut en effet que le Président ne soit plus informé des affaires sensibles par les « services ». Trump a expliqué qu’il ne se sentait pas forcément lié par cette tradition.

Rien n’exclut donc que Trump ne s’intéresse tout particulièrement aux affaires qui semblent pendre au bout du nez d’Hillary Clinton…

Trump peut s’attendre à une résistance des services

Rappelons que, durant la campagne, Trump avait plaidé pour un retour à des méthodes de renseignement musclées, incluant une légalisation de la torture dans certains cas.

Les « services » américains, ou une partie d’entre eux, devraient donc livrer une bataille perdue d’avance pour empêcher Trump de prendre possession de la machine étatique. Reste à savoir quelle complication cette bataille d’arrière-garde pourrait causer à la stratégie présidentielle.

Un conseiller de choc

Du même coup, Trump a décidé de construire une équipe de choc, qui devrait l’aider à installer sa politique. Il disposera donc d’un conseiller spécial appelé Stephen Bannon, propriétaire du Breitbart, accusé de complotisme et d’extrémisme. Bannon est le principal accusé de « populisme » dans l’entourage de Trump.

Il aura désormais un poids massif dans la politique américaine.

Pour l’instant, donc, pas de détrumpage aux USA.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

1 commentaire sur USA: on risque de ne pas être détrumpé tout de suite

  1. un article qq peu biaise —- 1/ Trump a qq proces aux fesses notamment celui qui concerne la trump university – 2/ H Clinton n est meme pas mise en examen pour le serveur personnel qu elle a utilisee a son domicile . 3/ ce ne sont pas les travailleurs clandestins qui sont vises , ce sont les criminels sans papiers , ce qui n a pas manqué de soulager les grandes exploitations du sud des US ; 4/ Bannon est un extremiste de droite accuse d antisemitisme bien avant de populisme [cf mvt Alt Right et soutiens du KKK et de l ANP a la nouvelle de sa nomination]- 5/ le FBI a plutot aide Trump pdt la fin de la champagne ; ce n est pas le FBI qui est responsible des interrogatoires mais plutot la CIA .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Trump sortirait rapidement de l’Accord de Paris sur le climat

Trump mettra-t-il ses promesses électorales à exécution? Certains (généralement ceux qui considéraient la victoire de Trump comme inimaginable) le pronostiquent...

Fermer