La Villa Méditerranée est un véritable naufrage financier

Un rapport de la Chambre régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d'Azur épingle la Villa Méditerranée. Ses coûts non maîtrisés et son exploitation sont notamment mis en cause.

Inaugurée en avril 2013, la Villa Méditerranée à Marseille était le projet tant souhaité par le président PACA de l'époque, Michel Vauzelle (PS). Elle est destinée à abriter des conférences, réunions et expositions. Mais le bâtiment cherche toujours à déterminer sa vocation, et sa gestion mène à un véritable naufrage financier. C'est ce que dénonce le rapport de la Chambre régionale des comptes.

40 millions d'euros de dépenses supplémentaires

Les dépenses non maîtrisées liées à la réalisation de la villa Méditerranée laissent pantois. Les dépenses supplémentaires dépassent les 40 millions d'euros. A l'origine, le coût de réalisation du bâtiment devait s'élever à 20 millions d'euros. Il aura finalement coûté plus de 62 millions d'euros hors taxes. 

"L'estimation de l'enveloppe financière prévisionnelle était donc irréaliste"

Ces coûts incontrôlés concernent aussi bien le niveau de la maîtrise d'ouvrage, que la maîtrise d'oeuvre et l'exécution des travaux.

Le mauvais fonctionnement de la régie

Une régie avait été créée, pour permettre à la région de conserver un rôle important dans la gestion du bâtiment. La région PACA a en effet financé quasiment l'intégralité de son fonctionnement, avec 15,5 millions d'euros dépensés entre 2011 et 2014. Mais le conseil d'administration de cette régie est critiqué par la Chambre régionale des comptes en raison d'un absentéisme majeur, et de doutes sur la qualité des échanges en raison d'un taux important de délibérations adoptées à l'unanimité.

Une vocation indéterminée

La Villa Méditerranée souffre d’une indétermination quant à sa vocation. Ni la régie gestionnaire dissoute en 2014, ni la collectivité, n'ont permis de déterminer l'orientation de la structure. Et les différentes phases d'études n'ont pas non plus clarifié cette interrogation. Malgré plusieurs décisions et débats sur le sujet, aucune décision formelle ne définit clairement l'utilité du bâtiment. Structure à vocation culturelle, diplomatique, ou encore symbole de la politique méditerranéenne? Rien n'est encore clair. Plusieurs experts ont pourtant été mobilisés depuis l'année d'ouverture de la Villa Méditerranée, pour s'interroger sur le devenir de ce bâtiment.

Les recettes tirées de l’exploitation du site se sont révélées extrêmement faibles, atteignant un montant total cumulé entre 2011 et 2014 de seulement 292 152 €. Parmi ces recettes, celles provenant des entrées payantes ont atteint un montant total cumulé de 130 885 €, très inférieur aux estimations qui résultaient des études menées en octobre 2002 et janvier 2013.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Flat tax: combien de députés ont compris de quoi il s’agissait?

La flat tax ou PFU (prélèvement forfaitaire unique) était en débat à l'Assemblée Nationale hier. Les remarques des députés (et...

Fermer