2 regards neutres sur les politiques migratoires

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 596 fois

Les politiques migratoires font partie de ces sujets de gestion publique totalement dominés par l’émotion et la posture idéologique. Pourtant, 2 études, l’une en France, l’autre en Grande-Bretagne, permettent de mieux saisir les questions soulevées par ce phénomène de plus en plus présent dans les préoccupations collectives.

L’INSEE dévoile la géographie de l’immigration

L’INSEE a publié hier une intéressante étude sur la répartition géographique  des immigrés en France. Elle a le mérite de mettre en valeur la concentration de l’immigration extra-européenne dans les grandes villes et leurs banlieues. En voici d’ailleurs un résumé intéressant:

On le voit: les immigrations chinoises et maghrébines sont très fortement concentrées dans les zones urbaines. L’INSEE précise même que plus de 50% des immigrés maghrébins vivent à Paris, Lyon et Marseille, soit une population de plusieurs millions de personnes qui modifie la donne géographique.

Il est assez curieux que, sur ces questions, un silence total soit requis par le débat public. Le bon sens voudrait qu’une délibération ait lieu sur la politique d’accueil des immigrés et sur une occupation rationnelle du territoire. L’extrême concentration à laquelle nous assistons dans certaines zones est en effet créatrice de déséquilibres ou de modifications qui ne peuvent rester sans réponse.

Un sondage sur les attentes des immigrés musulmans en Grande-Bretagne

De son côté, Atlantico analyse un sondage sur les attentes des Musulmans en Grande-Bretagne. Les résultats sont édifiants:

Une enquête d’opinion menée récemment indique que 52% des musulmans britanniques sont favorables à une pénalisation de l’homosexualité et que près d’un quart (23%) souhaiteraient voir la charia s’appliquer dans certaines zones.

Il serait intéressant de mener un sondage équivalent en France dans les communes à forte concentration musulmane. Les populations qui y vivent y sont en effet assez peu consultées et, au fond, nous ne connaissons rien de précis sur leurs attentes ou leurs aspirations. Des analyses statistiques permettraient d’éclaircir bien des questions et bien des débats sans issue aujourd’hui.

Vers une reprise de la crise migratoire?

Ces sujets devraient inévitablement venir dans le débat, puisque la crise migratoire devrait reprendre dans les semaines à venir.

La Turquie a suspendu provisoirement les traversées de migrants depuis son territoire. Toutefois, le gouvernement turc parle déjà d’annuler cet accord.

« L’accord que nous avons conclu avec l’UE est très clair. Nous voulons que cette tragédie humaine cesse, que nos citoyens puissent voyager sans visa et que l’union douanière soit modernisée », a-t-il insisté. « Si l’UE ne tient pas sa parole, y compris sur l’accord sur les migrants, nous annulerons tous les accords », a poursuivi le chef de la diplomatie turque, qui s’exprimait devant le Parlement.

Ces propos ont au moins le mérite de la clarté… Rappelons que le gouvernement turc a plusieurs revendications: le versement d’une aide d’au moins 6 milliards d’euros et la suppression du visa pour les Turcs voyageant en Europe.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Jusqu’où Philippe Martinez peut-il jouer la carte de la radicalité ?

C'est en jouant la carte de la radicalité que Philippe Martinez, secrétaire général d'une CGT toujours tourmentée, a décidé de...

Fermer