PROGRAMME MACRON: L’IMMOBILISME QUI MENACE LA FRANCE ET SES ENTREPRENEURS, par Sébastien Laye

28 février 2017 Redaction 0

Article initialement paru sur Contrepoints. Le programme d’Emmanuel Macron n’est ni libéral, ni centriste : il est clairement socialiste, à la suite des idées de François Hollande et Manuel Valls. On nous avait promis, sous le sceau de la supposée complexité de la pensée d’Emmanuel Macron (ce qui revient à dire, avec morgue et suffisance, que sa prétendue intelligence serait inaccessible au citoyen), monts et merveilles, clarifications transcendantales et reformes révolutionnaires, à l’occasion du dévoilement (au sens christique du terme ?) du programme Macron. Outre que nombre de ces mesures avaient été en réalité égrenées au cours des dernières semaines (dont les plus ineptes, on citera ici pour titillez les esprits libéraux assez retors pour soutenir Macron, la nationalisation de l’UNEDIC ou encore la possibilité pour tout démissionnaire de vivre de l’assistance publique en percevant des allocations chômage), la déception nous a envahi quand nous avons pu enfin découvrir la philosophie générale de ce programme et son – fragile – chiffrage. Force est de constater, à l’aune de ces éléments, que ce programme n’est pas social-libéral ou même centriste : il est clairement social-démocrate, dans la lignée de ce que François Hollande, Manuel Valls (oui car malgré la comédie sur le renouvellement, il était bien […]

Marine Le Pen face au gouvernement profond

28 février 2017 Eric Verhaeghe 6

Bien sûr, il y a le petit jeu du chat et de la souris entre Marine Le Pen et les « institutionnels » sur le mode du « c’est vilain de faire ça ». Mais, au-delà de ce simple sujet, une question plus sérieuse, moins fardée, se pose: celle de la capacité de nos « démocraties », sous l’emprise de gouvernements profonds, à accepter l’arrivée au pouvoir de mouvements de rupture. Je me risque aujourd’hui à traiter cette question « sur la ligne de crête », en la déminant au maximum. Pourquoi je n’aime pas Marine Le Pen Je suis bien obligé de commencer par cette mise au point, pour dissiper tout doute sur la partialité de cet article. À de nombreux égards, Marine Le Pen incarne tout ce que je n’aime pas. Le simple fait qu’elle ait reçu son parti en héritage de son père est une source d’agacement. Je peine d’ailleurs à comprendre que des petites gens, notamment dans le Nord, ceux dont je suis issu, se laissent duper par ce genre de mise en scène. Marine Le Pen n’a jamais « travaillé » au sens où ils l’entendent, elle n’a jamais frayé avec les pauvres, et c’est un déchirement de voir qu’elle soit parvenu à leur faire […]

Macron dévoile son projet hollandien, par Jean-Marc Boyer

28 février 2017 Eric Verhaeghe 0

Article paru sur la Gazette de l’Assurance. Les réunions d’En Marche en attestent*, après avoir fait croire à des discussions participatives et en réseaux sociaux, le programme du désormais favori E. Macron révèle la simple prorogation de l’actuel quinquennat**. Le programme de l’establishment Le programme s’inscrit dans la poursuite de l’ère Hollande/Valls (tous les deux refusent d’ailleurs de faire campagne pour B. Hamon). La partie économique a été écrite par l’économiste J. Pisani-Ferry (ancien Commissaire général à la stratégie de F. Hollande et M. Valls). Le programme est aligné sur le bon ton du Médef (allègements de charges, baisse de l’IS à 25%, engagement de l’actuel gouvernement,…) et de la finance (allègements fiscaux ciblés) comme l’a dénoncé F. Bayrou. D’ailleurs, l’interview d’E. Macron sur son programme a été donnée aux Echos et non à la presse généraliste. Bien sûr, le programme s’inscrit dans la poursuite du quinquennat pro-européen de F. Hollande (maintien de l’Euro, de la PAC,…). La seule différence notable est qu’E. Macron ne disposerait pas d’une majorité parlementaire et serait soumis aux aléas des compromis et alliances, comme pendant la 4ème République. On le compare avec P. Mendès France, qui a été chef du Gouvernement à partir de 1954, […]

Quand le RSI fait de la provocation suicidaire avec les entrepreneurs

28 février 2017 Eric Verhaeghe 9

Le RSI s’est lancé dans une communication toute dans la provocation, qui laisse rêveur, songeur, et même qui incline à penser qu’il faut désormais lui donner le coup de grâce. Alors que cette machine qui coûte cher multiplie de façon ininterrompue depuis sa création les ratés monumentaux, on attendrait volontiers un mea culpa. Et bien, non! les dirigeants du RSI ont préféré proférer une nouvelle provocation hier, qui mérite d’être décortiquée attentivement pour comprendre ce qu’elle signifie. La scandaleuse provocation du RSI Le RSI a formulé hier cinq propositions à destination des candidats à la présidentielle, dont la première est celle-ci: « Sortez de l’ambiguïté, écartez un choc massif de cotisations et rendez contributifs les dividendes des SAS » « Si vous défendez la Sécurité sociale, fondée sur des principes d’universalité, de contributivité et de solidarité, mettez fin à la dérive permettant aux présidents de société anonyme simplifiée (SAS) de se rémunérer en dividendes non contributifs de droits en cas d’arrêt maladie, d’invalidité ou de retraite. La situation actuelle est inéquitable, dangereuse pour les indépendants et la Sécurité sociale dans notre pays. » Autrement dit, le RSI propose désormais d’être compétent pour les entrepreneurs qui échappent à ses effets toxiques. Non seulement le RSI est […]

Les nouvelles règles du jeu de la responsabilité sociale des entreprises

28 février 2017 Redaction 1

Article de David Restrepo Amariles et d’Arnaud Van Waeyenberge paru dans The Conversation.  Les normes issues des pratiques de responsabilité sociale des entreprises peuvent-elles s’apparenter aux normes juridiques classiques ? Oui, car la RSE s’impose de plus en plus comme un véritable système normatif à même de se substituer au droit. Une avancée importante alors que, comme le montre l’indice 2017 des 100 Most Sustainable Corporations in the World, les entreprises – notamment françaises – sont de plus en plus proactives en matière de pratiques responsables. La responsabilité sociale des entreprises (RSE) connaît un succès manifeste depuis plusieurs années, donnant lieu à une production normative particulièrement prolifique, inventive et dynamique : codes de conduite, chartes éthiques, mécanismes de « lanceurs d’alerte », procédures de contrôle inspirées de la compliance, dispositifs de surveillance, d’évaluation et de labellisation par des agences de notation et, plus récemment, indicateurs de performance et mécanismes intelligents dits de SMARTLaw. Pendant longtemps, les juristes ont ignoré ces normes qu’ils considéraient comme étrangères au droit. N’émanant pas des institutions officielles de production du droit, ces dispositifs normatifs de la RSE ne seraient en effet pas « bien-nés » et ne pourraient dès lors être considérés comme des normes juridiques en tant que telles. La tendance semble toutefois […]

Le sentiment de précarité générationnelle s’accroît

28 février 2017 Redaction 0

La précarité générationnelle est un sentiment qui croît. Une étude de l’INSEE le montre: plus le temps passe, et plus le nombre de Français qui ressentent leur situation comme moins favorable que celle de leurs parents augmente. En 2011, la moitié des personnes de 25 à 66 ans estiment que leur situation financière s’est améliorée par rapport à celle de leurs parents quand elles-mêmes étaient adolescentes En 2011, en France métropolitaine, 54 % des personnes âgées de 25 à 66 ans considèrent que leur situation financière s’est améliorée par rapport à celle de leurs parents quand elles-mêmes étaient adolescentes (i. e. avaient 14 ans) : 33 % la qualifient de « meilleure » et 21 % de « bien meilleure » (figure 1). Au contraire, 25 % des personnes déclarent que leur situation financière s’est dégradée : 18 % jugent leur situation « moins bonne » et 7 % « bien moins bonne ». Enfin, 21 % estiment que leur situation financière n’a pas ou peu évolué depuis leurs 14 ans. Le sentiment d’amélioration de sa situation financière par rapport à celle que connaissaient ses parents au moment de son adolescence est cohérent avec l’évolution du niveau de vie observée sur longue période. Entre 2005 et 2011, la part des personnes ressentant une amélioration de leur situation financière a baissé de 6 points […]

Jean-Louis Borloo ne rejoindra probablement pas Emmanuel Macron sauf… par Jean-Jacques Cordival

27 février 2017 Redaction 0

Article initialement paru sur le blog de Jean-Jacques Cordival Jean-Louis Borloo ne rejoindra probablement pas Emmanuel Macron sauf… Après l’annonce, ce vendredi 24 février du Parquet National Financier (PNF) de l’ouverture d’une information judiciaire pour« détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique »(selon le communiqué) comme suite à l’enquête sur les emplois présumés fictifs dont auraient bénéficié l’épouse de François Fillon et deux de ses enfants, la campagne pour la présidence de la République continue de s’enfoncer chaque jour un peu plus dans le grand n’importe quoi.  Quel spectacle donnons-nous à nos voisins européens et à la communauté internationale ?! Hier, l’ensemble des média s’est  emballé sur l’invitation à dîner par Emmanuel Macron candidat à la présidentielle, de l’ancien chef de file du centre droit, ce dimanche soir, Jean-Louis Borloo.  Il se dit en coulisses que le dîner pourrait se situer dans le prolongement du déjeuner au Terminus Nord près de la gare, entre le même Borloo et Jean-Paul Delevoye chargé des investitures chez Macron…ce dernier n’ayant, semble-t-il, pas réussi encore réussi à le convaincre ; pourtant certaines « mauvaises langues » affirment […]

Quand l’URSSAF dysfonctionne comme le RSI

27 février 2017 Redaction 0

Il arrive que l’URSSAF dysfonctionne comme le RSI, on l’oublie parfois… L’un de nos lecteurs, qui a souhaité rester anonyme, témoigne. Comment l’URSSAF dysfonctionne Activité d’architecte jusqu’au 31 mars 2010 date de départ en retraite. Début octobre 2010, création d’une activité de formation sous le régime d’auto-entrepreneur. Pour l’année 2010, des cotisations étaient dues pour un montant total de 2 043 € basé sur les montants déclarés de 2009. Le 11 mars 2011, notification de l’Urssaf « suite à radiation ». Prétextant une absence de déclaration de mes revenus 2010 (jamais reçue), l’assiette retenue d’office pour les AF est de 67 954 € et de 83 535 € pour la CSG/CRDS conduisant à une cotisation de 10 404 € au titre de 2010 et à payer au plus tard sous un mois sous peine de majorations de retard. Parallèlement, toujours le 11 mars je reçois la notification « suite à radiation » du calcul définitif de 2009 pour le montant de 10 402 € dont 8 002 € ont déjà été payés. Le 21 avril, réception d’une « Notification suite à relance téléphonique » alors que je n’ai jamais eu le moindre coup de fil. Cette notification s’élève à 11 […]

Accords commerciaux: l’UE commande des études pour faire leur pub

27 février 2017 Redaction 0

La Commission européenne a commandé une « étude indépendante » pour montrer les bienfaits des accords commerciaux. Une méthode classique de lobbying pour influencer l’opinion… Les accords commerciaux stimulent le secteur agroalimentaire de l’UE Bruxelles, le 27 février 2017 Selon une nouvelle étude, les accords commerciaux peuvent contribuer à l’accroissement des ventes et favoriser l’emploi dans le secteur agroalimentaire de l’UE. Il ressort d’une nouvelle étude indépendante réalisée pour le compte de la Commission européenne que les accords commerciaux ont contribué à stimuler les exportations agricoles de l’UE et ont soutenu l’emploi dans le secteur agroalimentaire et dans d’autres secteurs de l’économie. Les accords commerciaux conclus avec trois pays, le Mexique, la Corée du Sud et la Suisse, ont ainsi été examinés en détail. Phil Hogan, commissaire pour l’agriculture et le développement rural, a déclaré à ce sujet: «Ces trois accords ont permis à eux seuls d’accroître les exportations agroalimentaires de l’UE de plus de 1 milliard d’euros et d’augmenter de 600 millions d’euros la valeur ajoutée dans le secteur agroalimentaire. Tout aussi important: cette hausse des exportations a favorisé la création de milliers d’emplois au total dans l’ensemble de l’UE, dont la plupart dans le secteur agroalimentaire, notamment dans le secteur […]

Hamon, Mélenchon, ou la rupture historique de la gauche avec l’esprit mutualiste

27 février 2017 Eric Verhaeghe 2

Jusqu’ici, il existait une osmose de la gauche avec l’esprit mutualiste. Disons même qu’être mutualiste voulait souvent dire être de gauche, et être de gauche voulait souvent dire être mutualiste. Et patatras! Voilà que la campagne électorale révèle brutalement que cette histoire d’amour glisse à une vitesse fulgurante vers une rupture en bonne et due forme. Mélenchon en conflit frontal Jean-Luc Mélenchon est le premier à avoir officialisé la rupture, en proposant la sécurité sociale intégrale, c’est-à-dire l’intégration des complémentaires santé au régime général. En assumant cette idée, Mélenchon a franchi son Rubicon. Il reconnaît le but ultime de la sécurité sociale « inventée » en 1945: exproprier toute forme d’initiative non étatiste dans le domaine de la santé. C’en serait donc fini de la vieille tradition mutualiste française qui a structuré pendant plusieurs décennies le peuple de gauche: place à l’institution publique. Mélenchon avoue donc sa préférence pour la soumission à l’Etat Officiellement, Mélenchon est un insoumis. Il préconise une démarche collaborative issue de la société civile. Mais la première forme de collaboration s’appelait la mutualité… et c’est elle qu’il veut supplanter aujourd’hui au profit d’une machine étatique qui ne laisse aucune place aux choix individuels. Ou comment habiller un programme […]

1 2 3 17