3 contre-vérités assénées par Macron dans son interview au Point

L'interview de Macron au Point est un exercice de communication qui montre combien le Président se gargarise de mots mais vit complètement coupé des réalités concrètes. On peut se demander s'il mesure la portée concrète des décisions qu'il prend...

Macron mesure-t-il réellement la portée des décisions qu'il prend? La lecture de son interview-fleuve au Point permet d'en douter. Voici trois exemples précis, et non des moindres, qui permettent de nourrir le doute. 

Plus de libertés pour les entreprises? Vraiment?

Macron, dans son interview, explique (page 35), à propos des ordonnances:

"Cette réforme est ambitieuse pour aider nos PME-TPE à créer de l'emploi en leur donnant plus de libertés et de sécurité".

Mais, immédiatement avant, il explique pourquoi il veut renforcer le pouvoir des branches:

"les branches sont indispensables parce que beaucoup d'entreprises, mal outillées ou trop petites, ne peuvent ou ne souhaitent pas négocier des accords complexes. Et puis n'oublions pas que la branche évite aussi une forme du dumping entre les entreprises. (...) On peut organiser la concurrence, mais en la régulant, sans faire du moins-disant permanent sur les standards sociaux".

Donc, on "régule" la concurrence, on l'organise par des accords de branche. Ce qui signifie donner plus de libertés aux entreprises. 

Plus de régulation, plus de règles: voilà la liberté selon Macron...

Une fiscalité qui encourage le financement des entreprises? Vraiment?

Autre contradiction flagrante dans l'interview d'Emmanuel Macron: le financement des entreprises. Le Président explique:

"Je veux une fiscalité qui incite à investir son argent dans les entreprises, dans l'économie réelle, celle qui crée de l'activité et des emplois, pour laquelle le financement par la dette n'est pas approprié car le niveau de risque est trop élevé." 

Mais alors pourquoi créer une flat tax de 30% sur les revenus du capital quand ceux-ci, placés en assurance-vie, sont taxés à 23% aujourd'hui?

Dans la pratique, Macron relève de 25% la taxation de l'épargne placée en actions... lorsqu'elle l'est sous forme d'assurance-vie (soit plusieurs centaines de milliards aujourd'hui). Mais il explique qu'il faut baisser la fiscalité sur le financement de l'entreprise...

La baisse de l'impôt sur les sociétés

Macron, comme Édouard Philippe, présentent leur politique en matière de baisse de l'impôt sur les sociétés comme très favorable aux entreprises. 

"Nous baisserons l'impôt sur les sociétés, au cours du quinquennat, jusqu'à 25%"

Sauf que... cette mesure retarde les promesses faites par le gouvernement précédent. Rappelons ici que Michel Sapin, sous la pression du Parlement, s'était engagé à baisser cet impôt à 28% en 2020. 

Dans la pratique, Emmanuel Macron ne tiendra pas ce calendrier et va retarder les baisses d'impôt actées par la loi de finances 2017.

6 commentaires sur 3 contre-vérités assénées par Macron dans son interview au Point

  1. Etonnant de voir à quel point D&E a maintenant pour objet exclusif la promotion d’un anti-macronisme assez primaire !
    Il est normal de ne pas être d’accord avec tout ce qui est proposé, mais à ce point cela relève plutôt du comique de répétition…

    • Sans doute nous n’avez pas remarqué le nombre d’adorateurs de Jupiter, louant les qualités innombrables de leur dieu ?
      Il y a aussi un macronisme primaire, ceux qui admirent en ressassant les slogans et les envolées lyriques.

      Mais, il y a une loi immuable : tout énarque accédant au pouvoir commence par augmenter les impôts : 1,7% de CSG cette fois ci avec report des contre parties dans un futur de plus en plus lointain.
      Simultanément tous assurent que le train de vie de l’Etat va diminuer.

      Notre président a commencé comme tous ses prédécesseurs après nous avoir vendu de la nouveauté de sa démarche….

      Les citoyens qui payent en attendant toujours que le mammouth étatique se dégraisse, ont des doutes sur la réalité de la révolution macronienne; Ce n’est pas forcément du anti macronisme primaire, cela s’apparente plutôt à un doute profond qui s’installe après l’euphorie de victoire électorale.

  2. elus avec 15% des français , il est entrain de mettre la France en danger tant avec son imigration massive , qu’avec ses impots supplémentaires au lieu de faire des économies. cela ne fait que reporter encore plus notre déficit. scandaleux . qui va l’arrêter , les députés de l’opposition? la rue ? la révoulution?
    la facture des migrants va être multiplié par 10 dans les 5 prochaines années. les caf , le rsa, le rmi , les aides sociales départementales , les hopitaux , tout le monde va être débordé.

    • Vous dites : “elus avec 15% des français ” ? Vous êtes soit promoteur de fakenews, soit vous étiez sur une autre planète en mai et juin dernier. Quant à ceux qui n’ont pas voté (je ne sais pas si vous en faites partie), il est trop tard pour protester car c’est dans les urnes que nous devons prendre nos décisions. Quant aux migrants – le terme “réfugiés” est plus approprié – fermer nos frontières ne serait pas un choix qui honorerait la France et ne rien faire serait irresponsable. La meilleure solution est de trouver des solutions, sachant que c’est un sujet – j’en suis conscient – très délicat et pour le moins sensible… Mais ayons la lucidité de voir ce qu’a fait Angela Merkel en Allemagne qui accueille près d’1 millions de réfugiés et qui devrait être réélue haut la main pour un quatrième mandat.

      • “Quant à ceux qui n’ont pas voté (je ne sais pas si vous en faites partie), il est trop tard pour protester car c’est dans les urnes que nous devons prendre nos décisions.”
        Je ne sais pas de quelle planete vous etes, mais un vote en france est négatif : on vote pour le moins pire. Ne pas voter ne veut pas dire qu’on ne donne pas son opinion. Bien au contraire. C’est attiré l’attention sur le fait que les politiques proposées ne sont pas à la hauteur des attentes des francais. 15% des francais ont voté pour Macron… Tous les autres, votant ou non, ne sont pas d’accord avec lui.
        Si le vote blanc avait un réel pouvoir, on saurait alors réellement l’opinion du peuple. La démocratie francaise donne le pouvoir au peuple pour choisir entre la Peste, le Cholera ou le Typhus… ca s’appelle pas une démocratie : juste une forme d’oligarchie voir même de dictature. Quelle différence peut on faire entre des choix imposés (notre démocratie) et un choix imposé (comme certaine dictature) ? On a juste l’impression d’etre dans une démocratie dans la premiere version!

      • Parler de réfugies au lieu d’immigres clandestins c’est au mieux de l’inconscience au pire de la malhonnêteté, voire de la manipulation professionnelle de la part de service spécialisés.Les milliers de maliens, sénégalais, maghrébins etc qui arrivent tous les mois en France n’ont rien de réfugiés, mais vous qui demandez des efforts aux français accueillez vous quelque famille de “réfugiés” chez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Presse subventionnée: Macron donne un gros coup de pouce financier au Point

Macron vient de donner un très beau coup de pouce financier au Point, en accordant à cet hebdomadaire une interview...

Fermer