3,7% des petits Européens apprennent le français

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1527 fois

Eurostat célèbre cette année la Journée européenne des langues du 26 septembre par une publication sur l’apprentissage des langues étrangères dans les écoles en Europe. Décryptage : au primaire en 2014, 84% des petits Européens étudient l’anglais et 3,7% le français.

93% des petits Français étudient l’anglais

L’apprentissage de la langue anglaise prédomine dans tous les pays européens, sauf au Luxembourg où l’allemand est la langue étrangère la plus répandue :

langue-vivante-en-primaire

83,7% des élèves des écoles primaires dans l’UE étudient ou choisissent d’étudier au moins une langue étrangère. En France, cette proportion est de 99% parmi laquelle 1,7% des élèves apprennent deux langues étrangères ou plus.

L’anglais est de loin le plus étudié dans toute l’Europe avec une proportion de 79,4%, suivi à distance par le français qui ne représente la première langue enseignée que pour 3,7% des élèves au primaire. Les petits Français étudient également l’anglais en premier lieu (92,7%) et l’allemand en second choix avec 5,5%. Au Luxembourg, tous les élèves de ce niveau apprennent une langue étrangère, 83,5% en apprennent au moins deux, avec l’allemand en première position (100%) suivi par le français (83,5%).

Le français, LV1 dans… 6 pays seulement

La langue française n’est enseignée en tant que première langue vivante qu’à 3,7% des élèves européens au primaire, la même proportion qu’en Allemagne :

les-pays-les-plus-francophiles

Les petits Luxembourgeois sont ceux à qui on apprend le plus le français (83,5%) et sont également ceux qui n’apprennent pas l’anglais en tant que première langue vivante. Dans les 5 autres pays « francophiles », le français est largement devancé par l’anglais.

En France, depuis la rentrée 2016, la ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem a avancé d’un an l’apprentissage des deux premières langues vivantes : LV1 dès la CP et LV2 dès la cinquième. Cette mesure en partie censée améliorer la « nullité » des Français à parler l’anglais, connait également de nombreux détracteurs, à cause notamment de la suppression de certaines classes bilangues et des sections européennes. Un plan de formation continue des professeurs est également planifié par notre ministre de l’Éducation pour 2016 et 2017.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Soins dentaires: un pas de plus vers la soviétisation de la santé

Dans son cocktail d'idées décapantes, Marisol Touraine a annoncé, la semaine dernière, le plafonnement du prix des prothèses dentaires. L'idée...

Fermer