80% des entreprises européennes sont victimes de cyberattaques

Lors de son discours annuel sur l’Etat de l’Union, Jean-Claude Juncker, un point précis sur la cybersécurité est passé un peu inaperçu. Pourtant, la cybersécurité est un sujet central pour les entreprises, et l'Europe a bel et bien besoin de moyens supplémentaires pour lutter contre les cyberattaques. Pour cela, la Commission propose de nouveaux outils de lutte.

L’Europe est mal équipée pour contrer les cyberattaques

Le développement du numérique en Europe s’accompagne logiquement de nouvelles menaces, de toutes sortes. A ce titre, les tentatives de fraudes se multiplient, les groupes de criminalité sont de plus en plus performants et trouvent sans cesse de nouvelles techniques de piratage. Vol de données, actes frauduleux, déstabilisation des institutions, toutes ces cyberattaques ont touché 80% des entreprises européennes. Et malgré la déclaration de Jean-Claude Juncker, « nous protégeons mieux les Européens à l’ère du numérique », le constat est que la cybersécurité n’est largement pas au point en Europe. Il reconnait d’ailleurs un manque d’équipement pour lutter contre les attaques. Pour les quatre dernières années, la cybercriminalité a coûté cher à l’Europe. En 2013, les criminels ont généré pas moins de 1,44 milliards d’euros, rien que ça.

Les menaces numériques explosent

Les chiffres de la Commission européenne sont clairs, et alarmants. La cyberattaque ne cesse d’augmenter d’année en année. Depuis 2016, 4 000 attaques par des logiciels d’extorsion de données personnelles ont lieu chaque jour dans le monde. C’est une augmentation de 300% par rapport à 2015. Certaines peuvent créer le chaos dans des entreprises. Dernière grosse cyberattaque en date, celle qui en mai 2017 a touché plus de 150 pays et provoqué la fermeture de plusieurs sites de production Renault. Pourtant, la Commission réalise seulement un an plus tard du retard dont elle est victime concernant la cybersécurité.

Nouvelle Agence de cybersécurité de l'UE

Le renforcement de l’UE concernant la protection numérique, passe par la création d’outils adaptés pour lutter contre les cyberattaques, dont elle manque aujourd’hui. Pour la Commission, cela passe par le renforcement de l’Agence européenne de cybersécurité, chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA). En réalité, par renforcement la Commission entend réexaminer le mandat de l’Agence européenne, actuellement établie en Grèce, qui expire en 2020. Jusqu’à présent, l’ENISA ne disposait que de compétences d’expertises et de conseils, mais n’agissait pas en en tant que tel en matière de cybersécurité. A l’ordre du jour donc, une nouvelle Agence de cybersécurité de l’UE, et un nouveau système européen de certification, afin de garantir la sécurité dans l’environnement numérique.

Des propositions pertinentes, mais qui restent à tester pour prouver leur efficacité, dans un domaine ou les criminels de l'informatique sont très en avance.

"Nous devons renforcer la confiance des citoyens et des entreprises dans l'environnement numérique, notamment dans une période où les cyberattaques de grande envergure sont de plus en plus fréquentes. Mon souhait est que des normes de cybersécurité élevées confèrent un nouvel avantage concurrentiel à nos entreprises." Mariya Gabriel, commissaire pour l'économie et la société numérique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
L’Assurance maladie accuse la Cour des comptes d’oublier 265M€ d’économies

Dans son rapport sur les dépenses de sécurité sociale, la Cour des comptes a émis de vives critiques sur le...

Fermer