A Cagnes-sur-mer, l’absentéisme des agents coûte 3 millions d’euros

Cet article a été lu 979 fois

Dans la série mauvaise gestion de l’argent publique, nous nous intéressons cette fois au rapport de la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce dernier pointe du doigt l’augmentation de l’absentéisme des agents territoriaux de Cagnes-sur-Mer dont le coût est estimé à 3 millions d’euros !

Difficile de remettre en cause les données mises à disposition par la chambre régionale des comptes puisque ces dernières ont été transmises directement par la commune. D’après le tableau ci-dessus, on constate que l’absentéisme n’a cessé d’augmenter entre 2011 à 2015 (un seul repli à constater en 2012). 

Ainsi, on remarque que le nombre de jours d’absence annuel a largement dépassé la barre des 16 000, représentant presque 23 jours d’absence par agent, soit 78 équivalents temps pleins. 

Un coût terrible pour la commune

La chambre régionale des comptes oppose deux grands motifs d’absentéisme : les absences pour raison de santé et les autres. Ainsi, 14 551 jours d’absence pour le premier motif ont été recensés, soit un taux d’absentéisme pour risque de santé qui s’élève à 9,7 % en 2015 (11 185 pour 7,3 % en 2011). 

De la même manière, la CRC reprend toutes ces données pour dresser un nouveau tableau qui montre que les congés pour maladie ordinaire et professionnelle, mais aussi pour longues maladies  augmentent. À l’inverse, les congés  pour maternité, motif syndical et autres diminuent. 

Au total, avec un taux d’absentéisme global de 10,9 % en 2015, et en le rapportant à la masse salariale totale de 27,5M€, le coût estimé de l’absentéisme est de 3M€.

La CRC questionne les mesures prises par la commune

Pour autant, la commune n’a pas occulté cette problématique. Elle répondait d’ailleurs aux recommandations de la CRC en envisageant de prendre trois types de mesures afin de lutter contre ce phénomène : renforcer les contrôles médicaux en cas de doute sur la légitimité de l’absence, prendre dse mesures statutaires suivant la gravité de la maladie de l’absent et des réflexions sur les causes de cet absentéisme. 

Pour autant, la chambre régionale des comptes se montrait très dubitative quant à ces mesures. 

La chambre prend acte de ces mesures mais constate qu’elles n’ont pas encore produit tous leurs effets.

Il faudra donc en faire encore plus d’efforts pour convaincre le gendarme financier. 

Au final, le taux d’absentéisme pour raison de santé de 9,7 % en 2015 correspond à la perte de 69 ETP annuel et représente 20,3 jours d’absence annuels par agent. Il convient toutefois de noter que la collectivité ne pallie pas automatiquement la hausse de son taux d’absentéisme en ayant recours au recrutement d’agents non titulaires. Le niveau des effectifs d’agents non titulaires (emplois permanents et non permanents) est en diminution au cours de la période sous revue, passant de 140,2 ETP en 2011 à 98,5 ETP au 31 décembre 2015.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La France se passionne pour les ronds-points laids et coûteux

Dans la série des plus grands gaspillages de fonds publics, les ronds-points de France figurent en bonne position. Récemment, l'Association...

Fermer