A Commentry, la priorité n’est pas au temps de travail

Quelle surprise ! Paris ne serait donc pas la seule ville en proie à des problèmes de gestion. La commune de Commentry (Allier) a été épinglée par la chambre régionale des comptes pour un régime horaire particulièrement avantageux. Le gendarme financier estime que les agents travaillent moins de 1 472 heures annuelles alors que la durée légale est de 1 607 heures.

Encore un rapport de la chambre régionale des comptes qui ne va pas manquer d’égratigner et de faire réagir les fonctionnaires. Le gendarme financier met cette fois en lumière une multitude de petites combines entre amis, qui permet aux agents de travailler moins longtemps que la durée légale tout en conservant des salaires intéressants. 

Commentry, deuxième commune de France où l’on travaille le moins

Avec sobriété, la chambre régionale des comptes situe la commune au 102e rang sur 103 des communes contrôlées en 2015 où la durée de temps de travail annuel des agents est la plus proche de la durée légale. Autrement dit, Commentry en est très loin et obtient même la médaille d’argent de la commune qui respecte moins la durée légale de temps de travail.

Ainsi, une délibération de 2002 fixe à 4,5 le nombre de jours travaillés par semaine. Auxquels viennent se rajouter 22,5 jours légaux de congé et 2 jours supplémentaires au titre du fractionnement des congés hors saison. Jusqu’ici pas de problème.

Néanmoins, le maire accorde, après négociation avec le personnel de la collectivité, à tous les agents sans distinction 12,5 jours supplémentaires de congé. Ces derniers se décomposent en 5,5 jours de congé exceptionnels de notation, 4 jours de congé exceptionnels trimestriels et 3 jours de congé exceptionnels dits de jours fériés au cas où, grand malheur, un jour férié tomberait sur un jour de repos hebdomadaire. Ça commence à faire beaucoup d’exceptions…

Seulement, l’ordonnateur précise que « le nombre réel de jours de congés exceptionnels dits jours fériés était en moyenne de 4,5 jours par an« . La CRC estime à 1 472 heures le temps de travail théorique annuel des agents de Commentry, soit 135 heures en dessous de la durée légale. La différence observée est équivalente à 15,1 emplois temps plein pour un surcoût annuel de 551 806€.  

Même si le rapport précise que la commune est assez peu endettée avec une capacité de désendettement portée à 7,5 ans en 2017 pour un encours de dette qui passera de 7,9M€ à 8,1M€ de 2015 à 2018, on se dit que c’est quand même une économie substantielle qui pourrait être réalisée. 

Le temps de travail effectif n’est pas le seul « soucis » rapporté par la Chambre régionale des comptes. Elle pointe aussi du doigt la sur-utilisation des heures supplémentaires. Entre 2009 et 2015, la commune a comptabilisé un peu plus de 30 000 heures supplémentaires indemnisées 533 288€ au total. La pratique a cependant énormément diminué puisqu’un peu moins de 5 000h avaient été effectuées en 2009 (84 525€) contre 2 354h en 2015 (42 985€). 

La CRC apporte d’ailleurs un éclaircissement très simple mais au combien révélateur. En somme, la surabondance d’heures supplémentaire vient en parti du sur-effectif d’agents, lui-même occasionné par un temps de travail trop faible. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Les piscines de Champigny-sur-Marne rapportent dix fois moins que l’investissement concédé

1 million d'euros d'investissement pour seulement 130 000€ de recettes. Voici le bilan catastrophique des piscines de Champigny-sur-Marne (Île-de-France) que...

Fermer