A Paris, une école de commerce propose de payer les frais de scolarité en Bitcoins

A Paris, la Financia Business School devient la première école de France à accepter le règlement des frais de scolarité en Bitcoins. Une première dans l’hexagone qui assoie encore un peu plus l’avènement des cryptomonnaie et leur acceptation par le grand public.

via GIPHY

En mai 2018, alors que les premières inscriptions parvenaient à la Financia Business School, l’école de commerce située dans le 15e arrondissement de Paris annonçait que pour cette année, et les autres qui suivront, elle accepterait le paiement des frais de scolarité qui serait réalisé avec des Bitcoins.

« Contacter l’administration, obtenir un wallet et le tour est joué »

Si l’initiative n’a rien de nouveau, de nombreuses écoles dans le monde acceptaient déjà le paiement des frais de scolarité grâce à des cryptomonnaies tandis que d’autres proposent des cours sur les cryptomonnaies et la blockchain, il s’agit néanmoins d’une grande première en France.

Ainsi, l’école privée a noué un partenariat avec l’entreprise spécialisée dans la blockchain et les cryptomonnaies Coin Capital. L’objectif de cet accord est de permettre de donner plus de transparence aux transactions. Avec la blockchain, les étudiants peuvent suivre, sécuriser leur argent (7 900€ la première année de bachelor) mais aussi réduire en partie ces frais en limitant le nombre d’intermédiaires.

Dans les fais, cinq étudiants de la promo 2018/2019 ont déjà franchi le pas et réglé leurs frais de scolarité en cryptomonnaie. L’un d’eux explique qu’il lui fut très simple de s’acquitter des frais de scolarité avec de l’argent numérique.

Je me suis intéressé très tôt à cette technologie et suis rapidement devenu un farouche adepte du modèle décentralisé proposé par la Blockchain. Dès juin 2017 j’avais acquis mes premiers bitcoins, ce qui m’a permis de payer l’acompte d’inscription à l’école avec la plus-value réalisée dans l’intervalle ! Il m’a suffi de contacter l’administration pour obtenir l’adresse « wallet » avant de déposer mon acompte à l’école et le tour était joué ! 

Adam Hasib, étudiant à Financia Business School 

Le paiement des frais de scolarité grâce à des cryptomonnaies ne serait que la première étape du développement de l’école autour de la blockchain et de la cryptomonnaie. La Financia Business School espère rapidement développer son propre jeton mais aussi donner des cours s’articulant autour de la blockchain, des cryptomonnaies ou encore des ICO.

Enfin, la structure souhaite aussi développer le « Proof of concept » autour de projets étudiants liés à la blockchain et à la cryptomonnaie.

Reste que cette nouvelle n’est pas vraiment si extraordinaire que cela. Si elle propose une avancée significative quant à l’acceptation de la blockchain et des cryptomonnaies par le grand public mais aussi par les structures institutionnelles, le concept n’est pas novateur. Le fait de régler ses frais de scolarité avec des cryptomonnaies n’est au final pas si différent que de l’avoir fait avec de la monnaie fiat.

Il est bien rare qu’un étudiant règle ses frais de scolarité avec une enveloppe remplie de cash. La seule différence réside dans la volatilité des cryptomonnaies. Et sur ce point, on regrettera juste que l’école n’ait pas communiqué sur sa réponse en cas de chute ou d’explosion de la valeur des cryptomonnaies.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Remplacement du fusil de précision dans l’armée : pour Guillaume Verney-Carron, la filière du petit calibre n’est plus un sujet en France

La polémique enfle autour du remplacement du fusil de précision en dotation dans l'armée française. On se dirige de plus...

Fermer