A la Réunion, 250 millions d’euros supplémentaires alloués à la route de tous les records

Lancée en 2014, la construction de la route côtière à la Réunion n’est toujours pas terminée. Évalué à 1,6 milliard d’euros, ce chantier pour construire une voie de 12 kilomètres s’éternise. Et en 2017,  la région a provisionné 250 millions d’euros supplémentaires.

Pour construire une route côtière de 12 kilomètres à la Réunion, il faut du temps… et beaucoup d’argent. Le chantier a été lancé en 2014 et devrait voir le jour en 2020. Problème, les dépenses ne cessent de s’alourdir pour cette route qui devient la plus chère du monde. A titre comparatif, un kilomètre pour une autoroute en plaine coûte cinq millions d’euros. 

Des usines ont été spécialement créées pour ce chantier

1,6 milliard d’euros pour 12 kilomètres. On pourrait croire à une erreur mais c’est bien cette somme gigantesque qui a été allouée pour la construction d’une route sur l’Île de la Réunion avec un viaduc de cinq kilomètres situé à 20 mètres au-dessus de la mer. Si elle coûte aussi cher, c’est qu’il a fallu construire des usines qui fabriquent les différentes parties du chantier, mais aussi une méga-barge réalisée sur mesure en Pologne qui achemine et pose les piles du viaduc. 

En plus, il faut compter les 19 millions de tonnes de roches acheminées afin de consolider l’ouvrage et 230 000 tonnes de galets venus tout droit de Madagascar. À elle seule, l’île ne possède pas les ressources suffisantes pour assurer la construction de cette route des records. Toutes ces constructions et importations font vite monter la facture. Des dépenses qui dépassent visiblement le milliard et demi prévu puisqu’une rallonge de 250 millions d’euros a été accordée. 

Une route qui ne fait pas l’unanimité parmi les habitants

Pas moins de 1 000 ouvriers sont mobilisés sur ce chantier faramineux, notamment en raison du viaduc qui demande des moyens exceptionnels mis en place. Par exemple, une pile du viaduc nécessite 3 heures pour être transportée dans un bateau et ensuite être fixée à 15 mètres de profondeur. Et chez les habitants, les opposants sont nombreux en partie à cause du prix puisque la nouvelle route est entièrement financée par l’argent public :

On jette un peu l’argent par les fenêtres, mais c’est au détriment de l’intérêt commun. […] Ca ne va pas résoudre de l’automobile, au contraire il y aura l’afflux d’automobiles

Cette nouvelle route réunionnaise doit remplacer une vieille voie reliant Saint Denis à La Possession très souvent bouchonnée et surtout menacée par la chute d’une falaise qui surplombe l’actuelle voie. En 2006, plus de 30 000 m³ de roche s’étaient effondrés, faisant 3 morts et des blessés. Mais le coût incroyablement élevé de cette nouvelle route laisse pantois… Plusieurs recours ont été déposés pour mettre fin au chantier, sans aboutissement.

Seule la route du Viaduc de Millau a coûté plus cher avec 160 millions d’euros le kilomètre, dont l’ouvrage de tous les records reste une construction hors norme. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Ce qui changerait les choses c’est d’avoir un transport sur voie ferrée […] on sait quand est-ce qu’on part et on sait quand est-ce qu’on arrive. Des bouchons il y en aura toujours. » 

Un habitant à Franceinfo

1 commentaire sur A la Réunion, 250 millions d’euros supplémentaires alloués à la route de tous les records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
A Cagnes-sur-mer, l’absentéisme des agents coûte 3 millions d’euros

Dans la série mauvaise gestion de l'argent publique, nous nous intéressons cette fois au rapport de la chambre régionale des...

Fermer