Accords commerciaux: l’UE commande des études pour faire leur pub

Temps de lecture : 5 minutes

Cet article a été lu 1053 fois

La Commission européenne a commandé une “étude indépendante” pour montrer les bienfaits des accords commerciaux. Une méthode classique de lobbying pour influencer l’opinion…

Les accords commerciaux stimulent le secteur agroalimentaire de l’UE

Bruxelles, le 27 février 2017

Selon une nouvelle étude, les accords commerciaux peuvent contribuer à l’accroissement des ventes et favoriser l’emploi dans le secteur agroalimentaire de l’UE.

Il ressort d’une nouvelle étude indépendante réalisée pour le compte de la Commission européenne que les accords commerciaux ont contribué à stimuler les exportations agricoles de l’UE et ont soutenu l’emploi dans le secteur agroalimentaire et dans d’autres secteurs de l’économie. Les accords commerciaux conclus avec trois pays, le Mexique, la Corée du Sud et la Suisse, ont ainsi été examinés en détail.

Phil Hogan, commissaire pour l’agriculture et le développement rural, a déclaré à ce sujet: «Ces trois accords ont permis à eux seuls d’accroître les exportations agroalimentaires de l’UE de plus de 1 milliard d’euros et d’augmenter de 600 millions d’euros la valeur ajoutée dans le secteur agroalimentaire. Tout aussi important: cette hausse des exportations a favorisé la création de milliers d’emplois au total dans l’ensemble de l’UE, dont la plupart dans le secteur agroalimentaire, notamment dans le secteur primaire de l’agriculture. Ces chiffres sont clairement la preuve que des accords commerciaux ambitieux et équilibrés fonctionnent bien pour le secteur européen de l’alimentation et de l’agriculture.»

Cecilia Malmström, commissaire chargée du commerce, a déclaré: «Les accords commerciaux, conclus de manière optimale, sont une force au service de nos agriculteurs et de nos producteurs de denrées alimentaires. Cette étude contient également des informations très utiles sur la manière dont nous pouvons continuer à réduire les formalités administratives inutiles et à éliminer les obstacles entravant la poursuite de nos négociations commerciales.»

L’étude montre que les accords ont contribué à l’augmentation des échanges dans les deux sens: les exportations de l’UE et les importations de produits en provenance de ces trois pays ont en effet augmenté, permettant aux consommateurs et aux entreprises de l’UE de bénéficier d’un meilleur accès aux produits agroalimentaires.

Qui plus est, selon l’étude, l’accroissement de ces importations a peu d’effets sur la production de l’UE. Cela s’explique plutôt essentiellement par le fait que ces importations en ont remplacé d’autres originaires d’autres pays tiers ou par une augmentation de la consommation dans l’UE.

Plus précisément, les conclusions de l’étude en ce qui concerne ces trois accords sont les suivantes:

  • L’accord conclu entre l’UE et le Mexique a gonflé de 105 millions d’euros les exportations agroalimentaires de l’UE en 2013, soit trois ans après que les deux parties ont supprimé tous les obstacles commerciaux conformément à leurs engagements pris au titre de l’accord. La majorité de ces exportations concernaient des denrées alimentaires transformées et des boissons. Des importations supplémentaires d’une valeur de 316 millions d’EUR effectuées au cours de la même année ont porté essentiellement sur des produits de base. L’étude met également en évidence le potentiel que représente pour le secteur agricole de l’UE la poursuite de la suppression des droits de douane et des obstacles existants. Cette question est actuellement abordée dans les négociations visant à moderniser l’accord UE-Mexique.
  • L’accord de libre-échange (ALE) UE-Corée du Sud, dont la mise en œuvre intégrale n’est cependant pas encore terminée, a permis d’augmenter les exportations agroalimentaires de l’UE, constituées pour l’essentiel de produits de base et de matières premières, de 439 millions d’euros en 2015 (dernière année pour laquelle on dispose de données). Les importations supplémentaires d’une valeur de 116 millions d’EUR effectuées au cours de la même année concernaient principalement des denrées alimentaires transformées et des boissons.
  • Les accords commerciaux UE-Suisse relatifs aux produits agricoles et aux produits agricoles transformés ont permis conjointement d’augmenter de 532 millions d’euros les exportations agroalimentaires de l’UE en 2010, trois ans après leur mise en œuvre intégrale. La majorité de ces exportations étaient constituées de denrées alimentaires transformées et de boissons. Les importations supplémentaires d’une valeur de 1,17 million d’euros ont pris la forme pour l’essentiel de produits de base.

L’étude souligne qu’il est important de suivre attentivement les négociations commerciales des principaux concurrents de l’UE afin de s’assurer que cette dernière n’accuse pas de retard en ce qui concerne les conditions d’accès à des marchés importants pour les produits agroalimentaires. L’étude montre également que des accords ambitieux, conclus plus récemment, comme l’accord commercial UE-Corée, entré en vigueur en 2011, ont une incidence positive plus marquée que les accords plus anciens et moins complets tels que l’accord UE-Mexique de 2000. Cela témoigne d’une progression de la qualité et de l’efficacité des accords commerciaux de l’UE pour ce qui est de la suppression des obstacles et de l’amélioration de la compétitivité du secteur.

L’étude souligne également l’importance des campagnes de promotion et d’information de l’UE pour aider les exportateurs de l’UE à pénétrer de nouveaux marchés et à développer leurs activités sur les marchés existants. La Commission a considérablement augmenté son budget consacré à la promotion et le commissaire Hogan a déjà effectué des visites de haut niveau dans six pays (Colombie et Mexique, Chine et Japon, Viêt Nam et Indonésie) afin de promouvoir les produits agroalimentaires de l’UE et d’offrir aux entreprises et organisations de l’UE la possibilité de trouver de nouveaux débouchés commerciaux sur ces marchés. La prochaine visite de ce type aura lieu en mai au Canada, qui vient de conclure son propre accord de libre-échange avec l’UE. Mme Malmström, commissaire européenne chargée du commerce se rendra également au Canada en mars ainsi qu’à Singapour (autre pays avec lequel l’UE a récemment conclu un accord commercial) et au Mexique à la fin du printemps.

Les exportations agroalimentaires de l’UE battent des records en 2016

Grâce aux trois accords commerciaux, l’année 2016 a également été marquée par des exportations agroalimentaires de l’UE sans précédent, ses exportations totales atteignant une valeur de 130,7 milliards d’euros, soit 1,7 milliard d’euros de plus qu’en 2015. Les hausses les plus fortes des exportations annuelles ont été enregistrées pour les États-Unis (+ 1,26 milliard d’euros) et la Chine (+ 1,06 milliard d’euros). Parallèlement, la valeur des importations agroalimentaires de l’UE a diminué de 1,5 % pour atteindre 112 milliards d’euros. En 2016, le secteur agroalimentaire représentait 7,5 % des exportations totales de marchandises de l’UE; du côté des importations, 6,6 % de l’ensemble d’entre elles sont constituées par des produits agroalimentaires. Avec un excédent de 18,8 milliards d’euros, le secteur agroalimentaire contribue pour près de moitié à l’excédent commercial global de l’Union européenne, qui s’établissait à 39,3 milliards d’euros en 2016.

Contexte

L’étude a été réalisée pour le compte de la Commission par la société de conseils indépendante Copenhagen Economics et a analysé l’incidence sur les exportations de produits agroalimentaires des trois types différents d’accord commercial: les accords plus anciens, de «première génération», comme celui conclu avec le Mexique; les accords de libre-échange de nouvelle génération, approfondis et complets tels que celui conclu avec la Corée du Sud; et les accords sectoriels spécifiques comme celui conclu avec la Suisse.

En savoir plus

Questions et réponses

Version intégrale de l’étude: Incidences des accords commerciaux de l’UE sur le secteur agricole

En savoir plus sur l’accord commercial UE-Mexique

En savoir plus sur l’accord de libre-échange UE-Corée du Sud

En savoir plus sur l’accord commercial UE-Suisse

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Hamon, Mélenchon, ou la rupture historique de la gauche avec l’esprit mutualiste

Jusqu'ici, il existait une osmose de la gauche avec l'esprit mutualiste. Disons même qu'être mutualiste voulait souvent dire être de...

Fermer