Alexis Corbière: quand les Insoumis s’évadent de l’enfer fiscal qu’ils promettent aux Français

Alexis Corbière s’est fait épingler pour avoir recouru au statut d’auto-entrepreneur pour jouer son rôle de porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, durant la campagne présidentielle. La France Insoumise fustige pourtant régulièrement ce statut précaire… Les réponses d’Alexis Corbière montre une nouvelle fois l’aveuglement des politiques étatistes vis-à-vis de l’enfer fiscal dont ils font la promotion quotidienne. 

On connaît déjà les déboires immobiliers du député Alexis Corbière et de sa compagne Raquel Garrido, devenu présentatrice de télévision. Les intéressés avaient fait les gorges chaudes des medias pour avoir tardé à quitter le logement social qu’ils occupent depuis de nombreuses années. On connaît aussi des démêlés de ladite Raquel Garrido, avocate, avec les régimes sociaux dont elle dépend. 

Cette fois, c’est le statut d’auto-entrepreneur d’Alexis Corbière durant la campagne électorale qui fait polémique. Selon les informations distillées par la presse, Alexis Corbière aurait en effet demandé une disponibilité de son statut d’enseignant pour gagner sa vie comme auto-entrepreneur « payé à la tâche ». Encore cette formule n’a-t-elle pas été vérifiée à ce jour, et ceux qui connaissent les largesses de la fonction publique seront étonnés de voir que, pour une fois, l’Éducation Nationale n’a pas déchargé de service mais continué à payer l’un de ses enseignants détenant des mandats. 

Mais… supposons. Alexis Corbière aurait facturé chaque intervention dans les medias durant une bonne partie de la campagne. Pour pouvoir facturer ses prestations, il a recouru au statut d’auto-entrepreneur. 

Alexis Corbière face à la fiscalité de l’auto-entrepreneur

Attaqué sur ce choix qui percute frontalement les déclarations révolutionnaires de son leader (et de son parti en général), Alexis Corbière a exposé des arguments que tous les entrepreneurs comprennent très bien: le financement de la campagne n’étant pas assuré, la France Insoumise a choisi le statut d’auto-entrepreneur pour limiter les dégâts en cas de tourbillon financier.

Donc, quand la France Soumise se transforme en entreprise électorale, elle fait les mêmes raisonnements qu’un entrepreneur. Elle calcule le coût de son éventuelle dette sociale en cas de pépin, et elle ajuste ses dépenses et son activité au vu de cette prise de risque. 

C’est vrai que, dans cette perspective, le statut d’auto-entrepreneur permet d’éviter la TVA sous un certain seuil, et elle évite les indemnités de précarité du CDD, ou les indemnités de rupture du CDI. En recourant à cette formule souple, la France Insoumise a bien démontré par l’exemple en quoi le système à « taux plein » prévu pour un CDI constitue un handicap pour la création d’activité. 

On adorerait que cet aveu remplace une bonne fois pour toutes les vociférations des mêmes Corbière et compagnie sur les bienfaits d’une sécurité sociale coûteuse qu’ils veulent étendre et généraliser avec des tons d’ayatollahs. 

 

 

2 commentaires sur Alexis Corbière: quand les Insoumis s’évadent de l’enfer fiscal qu’ils promettent aux Français

  1. Vous auriez aimé de fausse facturation, qu’il fasse embaucher sa femme, ses enfants, ses amis…on peut saluer la transparence, par rapport à l’obscurité des autres, d’autant qu’ils sont des partis institutionnelles, financés de longue date. La c’est un parti vraiment de rien…chercher à optimiser les couts est plutôt salutaire vis à vis d’autres partiques ou les valises circulent…et pour conclure, je connais pleins de salariés fustigeant leur statut et continuant à être salarié tout en étant dans des syndicats, en tout état de cause j’attends la mise en examen …

  2. « Les Insoumis commencent à comprendre qu’ils ont accepté dans leurs rangs des sales types, des sales cons, des Obono, des POussier…  » Jai personnellement le sentiment que les sales types, les sales cons, les obonobo, les poussier, méluche et cie se sont regrouppés sous lappellation  » insoumis  » . Insoumis à la culture et à lintelligence, évidemment Les mêmes que ceux qui écrivaient le 18 avril 1975 :  » Phnom Penh libérée !  » pour saluer larrivée des tortionnaires de Pol Pot. À jeter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Données personnelles : le RGPD et le cloud sont-ils compatibles ?

Le Règlement général pour la protection des données (RGPD) qui sera applicable le 25 mai 2018 impose à toute entreprise...

Fermer