En Allemagne, plus de poules bio que de poules en cage

Article paru sur Paysan Breton sous le titre Coup d’œil sur la volaille hors de nos frontières

Thaïlande : Nouvelle croissance du secteur de la volaille

En redressement depuis 2015, l’industrie de la volaille thaïlandaise a bénéficié de coûts de production d’aliments réduits, de la croissance des exportations et de prix à l’export favorables en 2016. L’industrie du poulet a prouvé qu’elle était capable d’éviter la pénurie de l’offre, qui aurait pu se produire après la mise en place d’un embargo à l’importation de génétique aviaire en provenance des Etats-Unis. Ainsi, la production de viande de poulet et les exportations thaïlandaises devraient progresser de nouveau de 5 à 7% en 2017.

Des sources alternatives de matériel génétique, notamment de France, des Pays-Bas et du Danemark, combinées à des augmentations continues des exportations sur les marchés existants et des coûts de l’alimentation animale faibles ont conduit à une progression de la production de viande de poulet de 5% entre 2015 et 2016.

Maroc : Augmenter la production et la consommation d’œufs

Le Maroc a produit 5,3 milliards d’œufs en 2015, soit 160 œufs par habitant par an, assurant ainsi l’autosuffisance du pays, selon l’Association Nationale des Producteurs d’œufs. Ce chiffre inclut tous les types d’oeufs distribués sur le marché marocain. Le Maroc a doublé sa production d’œufs au cours des 10 dernières années et couvre désormais 100% de la demande intérieure.

Le Maroc a commencé à exporter des œufs vers un certain nombre de pays africains, réalisant des recettes estimées à 5 Mds MDH. La production d’œufs fournit environ 12 000 emplois directs ainsi que 30 000 emplois indirects grâce à un large réseau de marketing et de distribution. Les investissements dans le secteur ont atteint 2,2 Mds MDH ces dernières années, ce qui a permis de créer 240 fermes supplémentaires pour la production d’œufs.

Les producteurs d’œufs cherchent maintenant à doubler la consommation pour atteindre le niveau de la Tunisie ou de l’Espagne. La consommation annuelle dans ces pays est estimée à 384 œufs par habitant.

Allemagne : Poules pondeuses, le bio dépasse l’élevage en cage

En 2016, l’Allemagne a compté pour la première fois davantage de poules pondeuses bio que de poules élevées en cage. Le nombre de poules pondeuses bio a progressé de 11,7% atteignant 4,2 millions de têtes tandis que le nombre de poules élevées en cage s’élevait à 3,4 millions en baisse de 17,3%.

Pas plus loin qu’il y a 10 ans, deux tiers des poules étaient encore élevées en cages. Le mode d’élevage dominant reste l’élevage au sol avec 25,5 millions de poules, devant le plein air (7,4 millions de poules). En moyenne, l’Allemagne comptait 40,4 millions de pondeuses au sein des élevages de plus de 3 000 animaux. Près de 12 milliards d’œufs ont été produits en 2016 outre-Rhin, en hausse de 1,5%.

Thaïlande : Nouvelle croissance du secteur de la volaille

En redressement depuis 2015, l’industrie de la volaille thaïlandaise a bénéficié de coûts de production d’aliments réduits, de la croissance des exportations et de prix à l’export favorables en 2016. L’industrie du poulet a prouvé qu’elle était capable d’éviter la pénurie de l’offre, qui aurait pu se produire après la mise en place d’un embargo à l’importation de génétique aviaire en provenance des Etats-Unis. Ainsi, la production de viande de poulet et les exportations thaïlandaises devraient progresser de nouveau de 5 à 7% en 2017.

Des sources alternatives de matériel génétique, notamment de France, des Pays-Bas et du Danemark, combinées à des augmentations continues des exportations sur les marchés existants et des coûts de l’alimentation animale faibles ont conduit à une progression de la production de viande de poulet de 5% entre 2015 et 2016.

Maroc : Augmenter la production et la consommation d’œufs

Le Maroc a produit 5,3 milliards d’œufs en 2015, soit 160 œufs par habitant par an, assurant ainsi l’autosuffisance du pays, selon l’Association Nationale des Producteurs d’œufs. Ce chiffre inclut tous les types d’oeufs distribués sur le marché marocain. Le Maroc a doublé sa production d’œufs au cours des 10 dernières années et couvre désormais 100% de la demande intérieure.

Le Maroc a commencé à exporter des œufs vers un certain nombre de pays africains, réalisant des recettes estimées à 5 Mds MDH. La production d’œufs fournit environ 12 000 emplois directs ainsi que 30 000 emplois indirects grâce à un large réseau de marketing et de distribution. Les investissements dans le secteur ont atteint 2,2 Mds MDH ces dernières années, ce qui a permis de créer 240 fermes supplémentaires pour la production d’œufs.

Les producteurs d’œufs cherchent maintenant à doubler la consommation pour atteindre le niveau de la Tunisie ou de l’Espagne. La consommation annuelle dans ces pays est estimée à 384 œufs par habitant.

Allemagne : Poules pondeuses, le bio dépasse l’élevage en cage

En 2016, l’Allemagne a compté pour la première fois davantage de poules pondeuses bio que de poules élevées en cage. Le nombre de poules pondeuses bio a progressé de 11,7% atteignant 4,2 millions de têtes tandis que le nombre de poules élevées en cage s’élevait à 3,4 millions en baisse de 17,3%.

Pas plus loin qu’il y a 10 ans, deux tiers des poules étaient encore élevées en cages. Le mode d’élevage dominant reste l’élevage au sol avec 25,5 millions de poules, devant le plein air (7,4 millions de poules). En moyenne, l’Allemagne comptait 40,4 millions de pondeuses au sein des élevages de plus de 3 000 animaux. Près de 12 milliards d’œufs ont été produits en 2016 outre-Rhin, en hausse de 1,5%.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Macron ou le rêve éveillé, par Vincent Fromentin

Article paru sur la Lettre de Galilée. Comment pouvait-il en être autrement ? À l'issue du Grand Débat organisé par...

Fermer