Annoncés, les nouveaux crédits accordés à l’armée pourraient être utilisés pour payer le mouvement Gilets Jaunes

Char armée de terre France Leclerc

Alors que l’armée saluait la décision du gouvernement de lui accorder de nouveaux crédits, cet argent ne pourrait ne jamais lui profiter. Et pour cause, la ministre des Armées a affirmé, à l’antenne d’Europe 1, qu’une partie du budget de l’armée pourrait être utilisé pour financer les mesures annoncées par Emmanuel Macron.

« Tous les ministres sont solidaires au sein d’un gouvernement, nous déciderons de la manière dont ces mesures ont vocation à être financées. Je n’exclus rien, et évidemment je suis parfaitement solidaire des décisions que le gouvernement prendra ». 

Au micro d’Europe 1, Florence Parly, ministre des Armées, n’a pas exclu de participer à l’effort de guerre qui sera demandé afin de financer les récentes mesures annoncées par Emmanuel Macron pour contenter les Gilets Jaunes. Le gouvernement pourrait puiser dans le budget consacré à l’armée qui vient tout juste d’être voté.

Un budget qui devra représenter 2% du PIC en 2025

Augmentation du SMIC (ou plutôt de la prime d’activité), baisse des taxes, suppression de la taxe carburant,… les mesures annoncées par le Président de la République pour doper le pouvoir d’achat des français risquent de coûter cher. Alors, pour les finances, le gouvernement aurait recours à un jeu de vases communiquant, en mode « je prends ici pour remettre là.« 

La loi de programmation militaire 2019-2025 établie par les sénateurs Cédric Perrin et Hélène Conway-Mouret prévoit une augmentation du budget des Armées de 1,7 milliard d’euros par an jusqu’en 2022, puis de 3 milliards à partir de 2023, l’objectif étant de porter les dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2025.

Seulement, alors qu’elle a tout juste été votée, elle pourrait déjà souffrir d’un sérieux coup de rabot alors que les deniers ne sont toujours pas arrivés dans les poches de l’armée. 

Pour rappel, l’armée est déficitaire sur ses derniers exercices malgré une activité intense. L’armée devra, par exemple, recourir à plus de réservistes et de contractuels pour son service santé. De même, le coût des opération extérieures a explosé ces dernières années. 

Le projet de loi de finances 2019 prévoit un budget de 35,9 milliards d’euros pour la Défense, en hausse de 1,7 milliard par rapport à 2018, avec notamment une provision de 850 millions d’euros pour les opérations extérieures. Une progression saluée par l’armée, lasse de jouer les variables d’ajustement budgétaire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
La CFDT est-elle vraiment devenue le premier syndicat de France ?

Les élections professionnelles dans le service public tenues fin novembre et début décembre ont vu la CFDT progresser (sans toutefois...

Fermer