Les banques ont-elles été complices des arnaques aux diamants ?

diamond, ring

Elle a été la plus grande arnaque de ces dernières années : l’arnaque aux diamants. A coup de sites internet et de publicités mensongères, nombre de personnes se sont fait abuser. Mais il semblerait aussi que de grandes banques auraient aussi eu un rôle important dans ces escroqueries. 

Se déroule en ce moment l’un des plus grandes enquêtes de ces dernières années : celle qui vise à faire tomber les réseaux d’arnaques au diamant. Particulièrement bien ficelée, elle reposait néanmoins sur des techniques largement éprouvées : mise en confiance, harcèlement et investissements massifs. 

Des transferts frauduleux facilités par les banques !

Dans son enquête, Le Monde présente des pratiques qui ont de quoi inquiéter. Par négligence ou délibérément, plusieurs grands groupes bancaires français auraient facilités des transferts frauduleux d’argent de la France vers des pays à la réputation sulfureuse. Il est question de La Société Générale, BNP Paribas, La Banque postale, le Crédit mutuel, le Crédit agricole et sa filiale LCL, le groupe BPCE.

Hélène Feron-Poloni explique que ces banques ont reçues une série de lettres de mise en demeure. 

Ces lettres valent propositions de négociation, avant le passage au contentieux et l’envoi d’assignations aux banques qui refuseraient de répondre favorablement. Les banques doivent en particulier vérifier la destination des fonds, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment. Or, dans bon nombre de cas présentant des opérations inhabituelles et des virements internationauxelles auraient dû bloquer l’envoi des fonds, en plus d’envoyer une déclaration de soupçon à l’organisme antiblanchiment Tracfin. 

Négligence ou complaisance ?

De son côté, l’avocat Gaël Collin explique que certaines banques cachent leur manque de contrôle derrière le principe de « non-immixtion dans les comptes de leurs clients, déclarant n’avoir fait qu’exécuter des ordres de virement. Cette défense ne tient pas. Les établissements sont soumis à l’obligation de vigilance, si par exemple le destinataire des fonds leur apparaît suspicieux ou si tout à coup une personne âgée transfère l’argent de son Livret A au Monténégro.« 

Difficile d’après les faits rapportés par le quotidien de ne pas mettre en doute la capacité des banques à protéger ses clients contre des systèmes frauduleux. On rapporte par exemple qu’une personne âgée a pu tranquillement transférer sans raison aucune 300 000€ au Royaume-Uni alors que ses paiements excédaient rarement la centaine d’euros.

Alors négligence voire complaisance ? Difficile à dire. Les banques contactées répondent toutes que leurs employés sont formés à détecter les fraudes. Néanmoins, Hélène Feron-Poloni a aussi découvert qu’aucun motif ni justificatif n’étaient demandés lors des transferts. Pire encore, certaines banques faisaient figurer la mention « achat immobilier » pour ne pas éveiller les soupçons.

Toujours est-il que si la culpabilité des banques n’est pas avérée, le nombre de victime ne cesse de s’agrandir de jour en jour. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Égalité hommes-femmes: anatomie d’une imposture française

L'égalité hommes-femmes est un mantra obligatoire de la bien-pensance française. Il faut encore une fois dénoncer les inégalités dont les...

Fermer