Le bitcoin (et les cryptomonnaies) incompatibles avec les devises d’Etat par Simone Wapler

Cet article provient du site La Chronique Agora.

 

Les cryptomonnaies gênent les politiques monétaires des banquiers centraux, conclut une étude de la Federal Reserve de Philadelphie.
 

La Parasitocratie s’intéresse au bitcoin

La Parasitocratie se penche sérieusement sur le bitcoin.
 
En effet, une étude d’un économiste de la Philly Fed (la Federal Reserve Bank of Philadelphia), co-signée d’un universitaire vient de sortir.
 
Et ses conclusions sont très distrayantes.
 

 
Pour lire cette étude, cliquez sur l’image ou ici
 
Voici une traduction à la volée de l’abstract, la synthèse qui figure en tête de ce rapport.
 
Un système monétaire dans lequel circulent des cryptomonnaies émises par le secteur privé en vue de servir de moyen d’échange, peut-il fonctionner ? Un tel système est-il stable ? De quelle façon les gouvernements devraient-ils réagir aux cryptomonnaies ? La coexistence est-elle possible entre ces monnaies et celles qui sont émises par les gouvernements ? Les crypto-monnaies permettent-elles une allocation [des actifs] efficace ? Voilà quelques-unes des questions de taille que soulève au sein du débat politique actuel l’avènement soudain des crypto-monnaies. Pour y répondre, nous modélisons la concurrence entre les monnaies fiduciaires privées. Nous concluons qu’un arrangement purement privé ne peut conduire à une allocation d’actifs efficace, même s’il peut conduire à une stabilité des prix dans certaines conditions technologiques. La concurrence entre devises crée des problèmes pour la mise en place d’une politique monétaire utilisant les méthodes conventionnelles. Toutefois, il est possible de concevoir spécialement une politique réglementaire qui mettrait en place une allocation efficace en éjectant les devises privées du marché. Nous démontrons aussi qu’un mécanisme spécial peut aboutir à une allocation efficace en introduisant un capital productif.
 
Largué ? Normal. Mais n’oubliez jamais que la complexité est l’arme de la Parasitocratie. Ça paraît sensé au premier regard mais en observant d’un peu plus près, en fait, non, pas du tout ! C’est absurde, bizarre, inutilement compliqué
 
Tout est dit dans ce résumé.
 

Les banquiers centraux veulent le contrôle

Le texte en gras est de moi. Les banquiers centraux veulent le contrôle et estime que la concurrence monétaire entrave leurs « politiques monétaires ».
 
Ces politiques monétaires consistent à :
– premièrement, instaurer un impôt par l’inflation pour avantager les débiteurs (entreprises et institutions zombies) ;
– deuxièmement, spolier les épargnants en manipulant les taux les privant ainsi de rendement ; enfin, distribuer de l’argent frelaté aux banques.
 
Ces politiques monétaires ne sont pas faites dans l’intérêt du simple citoyen, elles sont faites par et pour servir les intérêts de la Parasitocratie. Cette classe refuse de lâcher le contrôle des registres de dettes, car c’est ce contrôle qui lui confère son pouvoir.

Article écrit par Simone Wapler pour La Chronique Agora.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

1 commentaire sur Le bitcoin (et les cryptomonnaies) incompatibles avec les devises d’Etat par Simone Wapler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La télémédecine dans le droit commun dès 2019 pour lutter contre les déserts médicaux

La télémédecine est un élément clef du plan de renforcement de l'accès territorial aux soins lancé par le gouvernement. Comité...

Fermer