La Caisse des Dépôts épinglée pour ses dérives de gestion

La Cour des Comptes vient d’épingler les dérives de gestion à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Le texte du référé que nous publions ci-dessous mérite d’être lu, dans la mesure où il illustre le penchant naturel des structures monopolistiques ou protégées par la réglementation à s’attribuer des avantages supérieurs au marché.

La Caisse des Dépôts épinglée

On notera le texte de synthèse de la Cour:

L’établissement public Caisse des dépôts (CDC), placé « de la manière la plus spéciale, sous la surveillance et la garantie du Parlement », est à la tête d’un vaste groupe qui exerce à la fois des missions d’intérêt général et des activités concurrentielles principalement à travers ses filiales. Il employait, à la fin de l’année 2015, 5 915 agents dont environ les deux tiers se consacraient aux missions d’intérêt général (monopoles sur les dépôts de fonds protégés par la loi, exercice de mandats publics dont la gestion de 48 fonds de retraite). La Cour relève que les dépenses de fonctionnement de la CDC ont connu une progression anormalement rapide, depuis 2007 et jusqu’à une date récente, avec des conséquences sur les coûts d’exercice des mandats publics. Les dépenses de personnel et les coûts informatiques notamment ont été insuffisamment maîtrisés. Des irrégularités ont été constatées en matière de rémunérations. Les fonctionnaires perçoivent ainsi des indemnités de départ à la retraite et des indemnités de mobilité géographique dont aucun texte n’autorise le versement. La Cour note néanmoins des efforts récents dans le sens d’une gestion plus rigoureuse. Ceux-ci doivent être pérennisés grâce à un cadre budgétaire plus adapté et une gouvernance modernisée. Elle formule cinq recommandations.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La TVA réduite pour la presse en ligne fragilisée par la Cour de Luxembourg

La CJUE vient de rendre un arrêt qui pourra avoir un impact critique sur la TVA réduite pour la presse...

Fermer