Caisse des Dépôts: et le prochain directeur général est…

La Caisse des Dépôts et Consignations, maillon sensible du capitalisme français de connivence (et caissier de l'État), perd demain son directeur général, rattrapé par l'âge de la retraite. Sa succession ne serait toujours pas décidée, mais des profils prennent forme. 

Le poste n'est pas le plus exposé médiatiquement, mais il est extrêmement sensible politiquement et économiquement. La Caisse des Dépôts et Consignations constitue en effet le centre nerveux du capitalisme de connivence en France. Créée en 1816, elle dispose des liquidités et de la capacité d'intervention sur les marchés dont l'État a plus que jamais besoin depuis la neutralisation de fait de la Banque de France par l'Eurosystème. Son directeur général doit donc être un fidèle du pouvoir, mais avec les compétences liées à l'exercice. 

Les candidats possibles pour la Caisse des Dépôts

Compte tenu de sa physionomie particulière, le poste suscite forcément des convoitises. Un inspecteur général des Finances connaissant pas le secteur financier privé y serait parfait. Emmanuel Macron aurait eu un parfait profil pour tenir la maison, s'il n'avait été élu à l'Élysée!

Cette sphère est aujourd'hui relativement bien identifiée. On devrait y trouver, par exemple, Jean-Pierre Menanteau, qui quitte... demain, la direction générale du groupe d'assurances paritaires Humanis pour un avenir encore incertain. 

Inspecteur général des finances, Menanteau a un parcours qui le rend crédible pour le poste: ancien cadre dirigeant à la SNCF, ancien directeur général d'Aviva France (la filiale de l'assureur britannique), il peut se targuer d'avoir rafistolé l'équipage mal en point d'Humanis, un groupe tentaculaire et sensible. 

En outre, Menanteau fut en son temps candidat éconduit (par Jean-Pierre Jouyet) à la direction générale d'une puissante filiale de la Caisse des Dépôts: la CNP. Jouyet lui avait alors préféré un cadre issu de la BNP pour ce groupe d'assurances grand acheteur de dette publique. 

Mais Emmanuel Macron pourrait faire un choix moins technique et plus politique en préférant récompenser un fidèle jusqu'ici mal traité: Jean Pisani-Ferry, par exemple, qui ne reçoit à ce stade que les miettes de l'épopée macronienne, alors qu'il imaginait beaucoup mieux. 

27 milliards € de fonds propres 

La Caisse des Dépôts et Consignations est mal connue du grand public. Cet établissement au statut ad hoc est présenté comme suit par le Code monétaire et financier:  "La Caisse des dépôts et consignations et ses filiales constituent un groupe public au service de l'intérêt général et du développement économique du pays. Ce groupe remplit des missions d'intérêt général en appui des politiques publiques conduites par l'État et les collectivités territoriales et peut exercer des activités concurrentielles." Elle dispose de plus de 27 milliards€ de fonds propres pour un bilan comptable d'environ 150 milliards€.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Licenciement, auto-entrepreneurs: le gouvernement sacrifie l’emploi dans les PME

Comme on pouvait le pressentir, les PME devraient sortir rincées de l'épisode de "réformes" lancées par Emmanuel Macron. Entre renchérissement...

Fermer